Le Château Hourtin-Ducasse tire son nom de ses deux anciens propriétaires, ayant vécu au XVIIIe et au XIXe siècle. Ce domaine situé à Pauillac, sur la rive gauche de l’estuaire de la Gironde, a été repris par la famille Marengo en 1976, qui, aujourd’hui, élabore des vins élégants et équilibrés. Le but du domaine : laisser la vigne livrer sa plus belle expression.

L’agriculture de conservation

Le Château Hourtin-Ducasse s’étend sur 25 hectares, dont 23 hectares de vignes. Une démarche d’agriculture de conservation sert de ligne de conduite dans le travail du vignoble. Cela consiste à préserver la richesse du terroir et sa biodiversité et à garantir ainsi la qualité des vins. L’agriculture de conservation s’inspire des techniques utilisées dans l’agriculture biologique et dans la biodynamie. Le peu d’intervention humaine dans le développement des plantes n’use que d’éléments naturels tels que des huiles essentielles ou une infusion à base de plantes. Les sept enfants de Michel et de Marie-Noël Marengo font incontestablement partie de leurs motivations dans cette conservation de la qualité de leur terre.Les 70 récompenses reçues par le domaine durant les 27 millésimes prouvent que le succès ne dépend pas toujours du suivi des règles. L’essentiel, c’est d’avoir des valeurs. « L’élément qui nous tient à cœur, c’est de faire parler la nature, de chercher le caractère et le talent du millésime. C’est ce qui fait que chaque millésime est unique », explique Marie-Noëlle Marengo. Le domaine a donc une méthode peu ordinaire dans l’assemblage des cépages.

Assemblage de cépages à l’aveugle

Chez les Marengo, cet assemblage destiné à la construction de chaque millésime se fait à l’aveugle. Il n’y a pas de proportions précises sur les différents cépages, mais il existe une quinzaine d’échantillons grâce auxquels le caractère du vin va être forgé puis valorisé. C’est une manière de laisser la vigne et son fruit s’exprimer et les millésimes de « raconter ce qui s’est réellement passé dans la nature à travers ses forces et ses faiblesses », selon Marie-Noëlle Marengo.Le pourcentage de renouvellement de barrique se fait en fonction de cet assemblage et dépend des attributs du fruit. Les décisions doivent accompagner, voire pousser, ces potentiels. En 2008, par exemple, le fruit a été très expressif et généreux, son encadrement et son accompagnement ont nécessité un renouvellement de 60 % des barriques. En revanche, il n’y a eu que 32 % de barrique en bois neuf en 2011 pour ne pas risquer d’ajouter des arômes qui s’écartent de ceux qui sont naturels au fruit. Ce dernier a été délicat pendant ce millésime. 

Cru Bourgeois du Haut-Médoc

D’une robe grenat cristalline, le Château Hourtin-Ducasse 2011 révèle un nez floral, tendre, épicé, fruité, vanillé et boisé. Ce vin a une belle attaque en bouche avec un peu de grain et un bon volume. Des arômes de sous-bois au printemps se dévoilent après 2 heures d’aération. Ce vin est mentionné dans de nombreux guides tels que Wine Enthusiast ou  Gilbert & Gaillard 2015. Il a également raflé plusieurs médailles, dont la médaille d’or au China Wine Awards 2013, le bronze au Hong Kong IWSC 2013 de Cathay Pacific et au Decanter World Wine Awards 2015, à Londres.Les Roses de Marie 2015 sont issues d’un mariage de cabernets-sauvignons et de cabernets-francs. Ces cépages sont pressés et vinifiés séparément. Le millésime a trouvé son identité après deux séances d’assemblage. Le deuxième a fait l’unanimité et a donné une robe rosé pâle, aux reflets gris nacré. Ce teint est confirmé par un nez floral, fruité, minéral, charnu et frais. L’attaque en bouche est suave avec un bon volume de fruit, beaucoup de gras et de la salinité en finale.