logo-flash-matin

Mention légale

Flash Matin
SARL RCS Paris 412 026 288 00032
Siège social : 3, rue Jacquemont 75017 Paris
Tél : 01 53 11 06 07
Président : Cap Média Communication représentée par Monsieur Jérôme Bultez
Directeur de la publication : Jérôme Bultez

Hébergement

Nom de domaine Flash Matin
1&1 Internet SARL
7, place de la Gare
BP 70109
57201 Sarreguemines Cedex

Hébergement Flash Matin
Online SAS
BP 438
75366 Paris Cedex 08

LES ARTICLES LES PLUS LUS

Pour être bien chez soi : un accompagnement à domicile de qualité et collaboratif

Avec l’âge, la vulnérabilité aux maladies et la perte d’autonomie augmentent. « Savoir prévenir et accompagner la dépendance est aujourd’hui essentiel. » Pour être bien chez soi met tout en œuvre pour appliquer cette devise, tout en respectant les spécificités de l’île de la Réunion. Une équipe « pluri-professionnelle » La prise en charge des personnes âgées hospitalisées lors de leur retour à domicile dépassant la simple fourniture d’équipements, Mona Kanaan, Docteur en Pharmacie, décide d’innover. En mars 2006, elle crée Pour être bien chez soi qui s’articule autour d’une équipe d’experts chargée d’assurer une prise en charge plus globale, s’étendant aux aidants (familles et environnements des patients). Structurée en départements répondant aux besoins spécifiques des personnes âgées malades, la société compte actuellement 20 collaborateurs. Elle propose une prise en charge « à la carte », spécifiquement adaptée à l’état de santé de chaque patient. Elle intervient sur toute l’île de la Réunion, jusque dans les sites enclavés. Une société ayant à cœur de répondre aux exigences de qualité Selon Mona Kanaan, directrice de Pour Bien être chez soi, « le secteur de la santé des personnes âgées à Domicile et dans les hébergements intermédiaires type Résidences Autonomies EHPA et EHPAD de la Réunion mériterait plus d'attention et de moyens de la part des institutions et des agences régionales de santé.» Il y a un manque criant de professionnels coordonnées type SSIAD et HAD pour accompagner les nombreux  PSAD sur le terrain. L'addition de la précarité à l'isolement aux maladies métaboliques avec une prévalence de l'insuffisance rénale, respiratoire est 7 fois plus importantes par rapport à la métropole. Le domicile étant une priorité pour maintenir et préserver les personnes âgées dans les meilleures conditions. Il est pertinent de positionner en face des structures professionnelles de santé coordonnées, sérieuses et d'envergure permettant autant la coordination de soins de proximité que de la prévention sous toutes ses formes. Devant ces difficultés, Pour bien être chez soi a souhaité valoriser son professionnalisme. Elle est certifiée ISO 9001 mais également ISO 26000 : 2010 depuis février 2017. Ainsi engagée dans une dynamique RSE (responsabilité sociétale et environnementale), elle s'attache à répondre au maximum aux besoins de la collectivité dans le respect de la bonne gouvernance. Une société préconisant l’information Pour bien être chez soi favorise toute communication sur le quotidien des personnes âgées. Fin mars 2018, elle a donc organisé un symposium international intitulé « Le défi du vieillissement réussi », pour un partage de connaissances. ...

Artois Expo : des espaces pour tous vos événements

Artois Expo est un complexe événementiel entièrement modulable imaginé pour s’adapter à un maximum de manifestations allant de 10 à 5000 personnes selon l’évènement : conventions, réunions d’affaires, assemblées générales, séminaires, salons, congrès, expositions, concerts, spectacles ou encore banquets. C’est un des parcs d’exposition les plus importants de la Région. Son hall d’accueil a été conçu pour faciliter les déplacements des visiteurs et donner accès aux différents espaces. Des espaces sur mesure Artois Expo vous propose des solutions adaptées pour tous les styles et les tailles de manifestations. Ainsi, il dispose de 2 halls, le premier de 3800m² et le second de 1500m² se transforme en auditorium tout équipé pouvant accueillir jusqu’à 1000 personnes.. Il met également à disposition un espace affaire avec des salles de conférence et salons d’une superficie allant de 35 m² à 250 m² pouvant accueillir jusqu’à 250 personnes en plénière et 500 en cocktail. Chaque espace peut être modulé suivant vos besoins à la carte: équipement vidéo, sonorisation, lumières, fourniture de mobilier… L’ensemble du site est accessible aux personnes à mobilité réduite. Des professionnels à votre écoute Chaque demande est étudiée par des professionnels de l’événementiel. Grâce à eux, tout est mis en œuvre pour répondre aux besoins des utilisateurs en 48h et mettre en place la solution la mieux adaptée. Un lieu facile d’accès Artois Expo se situe à Saint-Laurent-Blangy à égale distance de Paris, Bruxelles, Lille et Londres (45 minutes). A deux pas du centre-ville d’Arras, il est également proche des sorties de l’autoroute A1 et de l’autoroute A26. D’ailleurs, Artois Expo met à disposition plus de 800 places de parking gratuites. Si vous devez séjourner plusieurs jours, les hôtels de la ville d’Arras et de ses environs seront ravis de vous accueillir dans leurs 2669 chambres. ...

SCEV Monnin-Couvent : des champagnes aux âmes différentes

Sous le ciel ensoleillé de Trélou-sur-Marne, sur la rive droite de la Marne, entre Épernay et Château-Thierry, la maison Couvent Fils prend soin de ses trois hectares de vignes avec la plus grande rigueur. De ce terroir situé dans la vallée de la Marne se développent les trois cépages champenois, dont le pinot Meunier en sera le roi (70 %). Les vignes sont cultivées de façon raisonnée dans une optique de préserver le patrimoine, héritage des générations futures. Des bulles pétillantes Médaillée d'argent lors du Concours Général Agricole auquel la marque participe pour la première fois, la cuvée Empreinte est l’ambassadrice de la maison Couvent Fils. Elle est issue de l’association de trois cépages champenois et a bénéficié d'un vieillissement de 24 à 36 mois dans les caves. Pour satisfaire les amoureux de la gastronomie fine, la maison propose le Plaisir secret. Cette cuvée est élaborée à partir d’un millésimé sélectionné en fonction de sa finesse. Au moment du dégorgement, un dosage en demi-sec est réalisé. À consommer en apéritif, elle révèle aussi toutes les saveurs d’un foie gras et constitue l’allié incontournable des douceurs chocolatées.   À la découverte d’un savoir-faire La maison Couvent Fils invite les touristes à découvrir le champagne à la source. Un parcours durant lequel la visite des caves ou du pressoir est organisée. Après cette balade pédagogique, les vignerons proposent une dégustation à leurs convives. L’occasion d’apprécier les cuvées fabriquées dans le respect des techniques traditionnelles. L’immersion totale au cœur de l’univers champenois s’effectue quant à elle grâce à un séjour complet au sein d’un gîte pour six personnes labellisé Gîte de France (trois épis). ...

Castelnaudary : immersion au cœur du Pays cathare

C’est à une heure de la mer Méditerranée que se dresse cette petite ville fière de ses villages et cités fortifiées, héritage d’un passé à forte résonance cathare. Randonnées, visites guidées, circuits sur la célèbre route du cassoulet  ou promenades en bateau sur le canal du midi sont autant d’occasions de découvrir la richesse de ce patrimoine atypique. Ce trésor, fierté de tous les habitants, se célèbre à l’occasion de fêtes et d’événements organisés chaque année dans le but de partager, de faire revivre et de faire découvrir les traditions ancestrales qui ont forgé la réputation, relativement gourmande, du Pays cathare. Un riche patrimoine témoin d’un passé glorieux Castelnaudary se situe d’emblée au cœur d’une région marquée par une forte identité cathare. Ce catharisme, se reflétant dans le visage fortifié des cités et des bâtisses emblématiques de la ville, fait l’objet d’une préservation entamée dans le but de garantir l’authenticité d’un paysage haut en couleur, embelli par les champs de tournesol, de blé ou par les vignobles. Sur les traces de cette civilisation, consacrez quelques heures à la visite de l’abbaye de Saint-Papoul, une ancienne cathédrale abritant, dans le réfectoire des moines, les œuvres d’art du maître de Cabestany datant du XIIe siècle. Sillonnez également les ruelles du centre historique de Castelnaudary où se dressent de nombreux monuments, à l’instar de la Halle de Verdun, le musée du Lauragais, la chapelle de Notre-Dame-de-Pitié ainsi que la collégiale Saint-Michel. Découvrez, entre autres, l'activité meunière de la région, son histoire et ses traditions, lors d’une visite du fameux moulin de Cugarel, datant du XVIIe siècle, depuis lequel vous pourrez admirer la plaine céréalière du Lauragais ainsi que la montagne Noire. C’est d’ailleurs depuis cette montagne que coulent les eaux stockées dans le site de Saint-Ferréol et partagées ensuite au niveau du Seuil de Naurouze pour donner naissance au canal du Midi. Point de départ de ce canal séculaire, Castelnaudary a conservé les aspects emblématiques de cet ingénieux système hydraulique, inauguré en 1681, à l’instar des quatre écluses Saint-Roch, du grand bassin et du port doté de hangars de stockage céréalier que vous pourrez admirer lors de balades en bateau.   Castelnaudary : capitale mondiale du cassoulet Le cassoulet, une spécialité gastronomique qui caractérise Castelnaudary et qui fait sa réputation internationale. Ce plat emblématique trouve, en effet, ses origines historiques dans ce petit coin du sud-ouest de la France. L’art de vivre y est ainsi tourné autour du cassoulet, ce qui explique la tenue de nombreuses festivités organisées pour le célébrer, pour ne citer que la célèbre fête du cassoulet, un événement résolument familial ponctué d’animations, de visites de villages et de concerts gratuits. À l’image des fameuses routes du vin, cette recette possède également sa propre parcelle de route : la route du cassoulet. S’étendant sur 180 km entre Castelnaudary et Carcassonne, cette dernière regroupe tous les acteurs qui rentrent dans la composition de ce plat exquis et gourmand, allant des cultivateurs de haricots aux éleveurs de canard, en passant par les potiers dont certains font partie intégrante de la tradition du cassoulet, comme la famille Not et ses poteries artisanales classées Patrimoine vivant. Ce parcours, créé en 2007, est, par ailleurs, l’occasion de s’imprégner de la gastronomie locale, lors d’ateliers de cuisine organisés sur réservation par l’office de tourisme, durant lesquels tous les secrets du cassoulet vous seront révélés, ou lors de dégustations de vins audois au cœur des domaines viticoles qui longent cette route agrotouristique. ...

Le Jardin du Pré-Fleuri : un parfum d’Asie dans le Grand Lyon

Mélange subtil entre les saveurs de l’Asie et de l’Europe, ce restaurant vous propose une rencontre inédite née de la fusion volontariste entre cuisine française et Asiatique. Un jardin Zen aux couleurs de l’Asie Décorée aux façons de l’Asie, la terrasse extérieure est à elle seule une invitation à la détente. Les convives glissent naturellement dans une ambiance zen où le stress n’a pas son mot à dire. Ici, entre deux parties de pétanque, de ping-pong ou de badminton, les invités s’accordent une pause digestive à l’ombre des platanes.  A l’intérieur, on découvre un cadre plutôt simple mais convivial où le mobilier ainsi que les éléments de décors arborent fièrement une couleur vert-Jade. Clin d’œil à peine voilé pour la Chine dont sont originaires les propriétaires. Cuisine française avec une touche asiatique Derrière les fourneaux, le chef Konno Naoki distille un mélange de culture et de saveurs exotiques au gré des commandes. En entrée, le carpaccio de Saumons noirs vinaigrette wasabi fait mouche à tous les coups ! En plat principal, entre poissons ou viandes, le plus difficile est de choisir. Pour faire honneur aux origines du chef, pourquoi ne pas se laisser tenter par les fameuses gambas flambées au saké avec riz rouge pilaf ? Un pur délice ! Pour achever comme il se doit ce périple culinaire, rien de tel que le cheesecake saveur yuzu au azuki (haricot rouge japonais). Pour les habitués, le restaurant propose un rendez-vous dominical autour d’une formule brunch. L’occasion est idéale pour savourer  de délicieux raviolis japonais aux poulets et légumes grillés ou encore un DimSum à la vapeur (porc et crevette). Côté boisson, l’endroit est connu pour ses nombreuses bières du monde. ...

EUREKAM : un dispositif pour réduire les erreurs médicamenteuses en anesthésie

EUREKAM a réussi à percer le marché européen grâce à son dispositif DRUGCAM, aujourd’hui installé dans une trentaine de centres hospitaliers en France. Créée en 2012, la startup rochelaise est éditrice de systèmes de contrôle numérique pour la sécurisation et la continuité des soins. Ses deux cofondateurs, des passionnés de l’innovation technologique, ont pour ambition de révolutionner le métier de la santé, grâce à des machines capables de prévenir les erreurs médicamenteuses. En combinant intelligence artificielle et savoir-faire technique, l’équipe crée de nouvelles solutions pour mieux soigner. Une technologie innovante Injection d’un produit au lieu d’un autre, préparation de médicament avec une posologie incorrecte, erreur de voie d’administration…, les erreurs médicamenteuses peuvent survenir à n’importe quel instant dans un établissement de santé. En France, ce fléau est à l’origine de 70 000 EIG (évènements indésirables graves) par an, soit environ un cas toutes les demi-journées d’hospitalisation (étude nationale de 2005). « Pour le moment, nous n’avons que la vérification humaine pour éviter ces erreurs. Et encore, cette étape est souvent négligée », se désespère Loïc Tamarelle, président d’EUREKAM. La société était, à l’origine, spécialisée dans la sécurisation des préparations de la chimiothérapie. Aujourd’hui elle s’attache au protocole des praticiens du service anesthésie. « Ce service manipule continuellement des médicaments puissants, relativement à risque, tels les curares, des narcotiques ou de l’adrenaline », fait comprendre l’équipe. Dans la plupart des cas, la préparation reste encore manuelle. Ainsi, le danger auquel s’exposent les patients s’avère immédiat si jamais une erreur médicamenteuse a lieu. Contacté par un grand CHU de la France, EUREKAM accepte alors de développer une technologie innovante permettant de sécuriser le process des préparations médicamenteuses en anesthésie. Sécurité et intégrité Le détrompeur d’EUREKAM est une machine fonctionnant sur la base d’analyses d’images. Grâce à cette technologie, celle-ci est capable de détecter, de reconnaitre et de vérifier l’étiquetage d’un flacon ou d’une ampoule. « La machine va d’abord scanner le texte. Ensuite, elle lit à haute voix les informations écrites », explique le dirigeant de l’entreprise. La synthèse vocale a l’avantage d’offrir beaucoup plus de précisions par rapport à la lecture visuelle, qui, elle, peut être troublée par plusieurs facteurs (fatigue, confusion ou illisibilité, lumière inadaptée, etc.). En plus d’identifier la molécule, elle peut en même temps informer sur sa concentration. « Autrement dit, la machine alerte tout le bloc opératoire s’il s’agit effectivement du bon médicament administré avec le bon dosage. » Toutes les actions entreprises par le médecin ou l’infirmier anesthésiste sont par la suite stockées sur un horodatage numérique. Cette traçabilité médicale entre en jeu quand ils ont besoin de s’assurer de la conformité de leurs actes à la bonne pratique. Une autre façon d’honorer la sécurité, l’intégrité et la valeur éthique exigée par le métier. En outre, l’horodatage est également autorisé en guise de preuve médico-légale.  Le détrompeur, nouvelle solution Le Salon SFAR 2018 (Société française d’anesthésie et de réanimation) va accueillir en grande première le lancement de cette nouvelle solution. « Ce détrompeur en est à sa première génération. Vont suivre d’autres versions plus perfectionnées qui iront plus loin encore », assure Loïc Tamarelle. La startup prévoit la version commercialisable pour janvier 2019. En attendant, elle cogite déjà sur la possibilité d’utiliser cette technologie en service de pédiatrie...

Fondation Clément : haut lieu culturel de la Martinique

Les origines d’une vision L’idée de la Fondation Clément trouve ses germes dans les années 80 suite au rachat par le groupe martiniquais GBH de l'entreprise les Héritiers H. Clément. Le groupe s’est investi dès le départ dans la restauration de la maison ancienne qui était sur le domaine, jetant là les bases d’une longue série de projets. Toute l’activité culturelle du site va débuter par la préservation du patrimoine bâti et l'ouverture au public. Des projets annexes sont développés, telles des restaurations de jardins. En 2005, GBH décide de développer des programmes culturels en créant in fine la Fondation Clément. Elle a pour but de valoriser l'art contemporain martiniquais, préserver le patrimoine bâti et conserver des fonds documentaires. Conserver pour diffuser auprès du public Trois axes de travail se dégagent rapidement pour mener à bien cette action. Premièrement, le patrimoine bâti avec la gestion et la préservation de trois sites de la Martinique : l’Habitation Clément, l’Habitation la Sucrerie et l’Habitation Pécoul. L'Habitation Clément est classée au titre des Monuments historiques de France depuis 1996. Elle est ouverte tous les jours de l'année de 9 h à 18 h 30. L'Habitation Pécoul et l'Habitation Sucrerie sont des lieux ouverts au public de façon ponctuelle pour les journées européennes du patrimoine en septembre chaque année. La deuxième action concerne le patrimoine documentaire. « Nous collectons et nous conservons des archives anciennes sur l’histoire de la Martinique et de la Caraïbe, plus généralement. Ce sont des archives privées que nous mettons à la disposition du public et des chercheurs. Les archives comprennent des textes anciens bien entendu, mais aussi toute une série de documents iconographiques comme des photographies, des cartes géographiques anciennes et même des cartes postales », nous explique Florent Plasse, en charge du patrimoine à la Fondation Clément. Cette bibliothèque est nourrie des acquisitions faites auprès de particuliers soucieux de garder l’esprit originel de leur collection, à l’intérêt pour le territoire hors du commun, mais aussi d’éviter le démantèlement hors de l’île de celles-ci. La bibliothèque compte aujourd’hui près de 10 000 ouvrages, 500 œuvres d’art et pas moins de 200 mètres linéaires. Le troisième volet, sûrement le plus visible, est l’action en direction de l’art contemporain. Une histoire qui se construit au fil du temps La Fondation Clément produit des expositions d’artistes en lien avec la Caraïbe depuis plus d’une dizaine d’années. Cette production trouve un écho particulier aujourd'hui grâce à l’accueil de ce programme d’exposition sur la commune du François, terre originelle des Rhums Clément, dans un bâtiment inauguré en janvier 2016 et signé de la main de l’architecte Bernard Reichen. « C’est une chance de pouvoir travailler sur un contexte aussi riche. On aurait pu fabriquer un musée complément autonome, sans lien avec l’histoire. Mais le défi a été de trouver la réponse juste par rapport à une situation déjà longue et à la place d’un site, installer des éléments contemporains dans une histoire qui s’est construite au fil du temps. », raconte l’architecte. Les conditions d’exposition répondant aux différentes normes internationales permettent d’accueillir chaque année un projet d’exposition en lien avec une grande institution nationale. Dernièrement, c’est le Centre Pompidou qui a vu son exposition « Le Geste et la matière », réalisée en partenariat avec la Fondation Clément et consacrée à la peinture parisienne allant des années 1945 à 1965, accueillie au sein des murs de la Fondation. À ce moment-là, nous ne sommes pas dans de l’art concernant la Caraïbe, mais dans l’idée de pouvoir permettre à un public martiniquais d’accéder aux mêmes expositions que celle de la métropole. On participe à la décentralisation de la culture, au désenc...

Restaurant Aria Nova : la Méditerranée à l’honneur !

Le restaurant Aria Nova sort des sentiers battus, entre autres grâce à son chef cuisinier qui fait preuve d’une grande créativité, tout en respectant les recettes méditerranéennes traditionnelles. Outre les assiettes joliment présentées et bien garnies, le cadre et l’environnement ne sont pas pour déplaire non plus, d’autant plus que l’établissement est sis au centre de la vieille ville. Une décoration hors du commun Ce restaurant se démarque de bien des manières, et cela se voit dès le premier coup d’œil. Outre sa terrasse découvrable qui permet de dîner le soir à ciel ouvert, une armure médiévale trône fièrement, juste à côté de l’entrée, tout près de laquelle se trouve un tableau affichant le menu. Juste derrière, un fût en guise de table, entouré de chaises de bar. Vous êtes d’ores et déjà mis dans l’ambiance, avant même d’avoir mis les pieds dans la salle. L’ambiance authentique de cette dernière est rehaussée par un parquet en bois et des murs en pierres blanches bonifaciennes, tandis que des tableaux bien colorés arborant différents couchers de soleil et inspirant des moments d’évasion sont accrochés aux murs. Une cuisine authentique Si le décor original est un plaisir pour les yeux, les assiettes en séduisent aussi plus d’un. Le Chef Ayrton Toffart, un amoureux des bons produits et un ancien de chez Georges Blanc à Vonnas, vous fera (re)découvrir les saveurs méditerranéennes – avec un mélange d’Italie et de Corse – d’une tout autre façon avec ses plats revisités. Il mise uniquement sur les produits de qualité optimale : il va jusqu’à cueillir lui-même les plantes aromatiques, ne travaille que des légumes bio et n’utilise que des produits locaux. D'autre part, tout ce qui sort de sa cuisine est fait maison ! En entrée, le Chef suggère le carpaccio de loup avec du citron vert, fin et savoureux à la fois. En guise de plat, choisissez entre le côté terre et le côté mer : ravioli maison aux langoustines et crémeux à la vanille Bourbon ou côte de veau bio. Pour finir, rien ne vaut la douceur et la finesse du tiramisu à la châtaigne. Bien sûr, la carte change au fil des saisons. Accompagnez votre menu de vins locaux de haute qualité dont ceux issus du Clos Paoli. ...

Vignerons de Maury, une terre de légende

Dominé par le château de Quéribus, une ancienne place forte Cathare dont l'existence remonte au Xe siècle, le vignoble des Vignerons de Maury est protégé par un couloir naturel de 17 km de long sur 4 km de large avec au nord les Corbières et au sud les premiers contreforts des Pyrénées. En arrière-plan du vignoble se dessine le pic Bugrach dont la légende affirme qu’il s’agirait du refuge ultime à l’apocalypse annoncée. C’est ici, dans cette terre de légende, mystérieuse et aride balayée par la tramontane que se dévoile au plus profond de la vallée de l’Agly, sur un vignoble de 700 hectares au relief particulièrement pentu, toute la richesse des vins des Vignerons de Maury. Des Vins Doux Naturels et des rouges secs qui font toute la typicité de cette appellation au terroir si particulier. Terroir unique : un héritage de schistes L'âme des vins des Vignerons de Maury est ancrée dans leur terre, composée de schistes noirs, une richesse en apparence paradoxale. Ces sols exigeants confèrent une singularité profonde aux vins, limitant naturellement le rendement à un modeste 25 hl/ha, soit l'équivalent de 3 verres par pied de vigne. La rareté des précipitations, oscillant entre 650 et 700 mm par an, est compensée par la présence de la tramontane, un vent du nord qui sèche les baies et les renforce, tout en agissant comme un antiseptique naturel. Avec 260 jours de soleil par an, la puissance solaire nourrit les grenaches noirs, carignans, syrahs et muscats. Taillés en gobelet, ces cépages se prêtent à merveille à la création de vins doux naturels tout autant qu'à des vins tranquilles. Le sol et le climat ne sont toutefois que deux facettes du terroir des Vignerons de Maury. Le travail des vignerons ainsi que le cahier des charges strict et les conditions sélectives ont été cruciaux pour obtenir l'appellation "Maury Sec". Cependant, au-delà des éléments tangibles, il y a une énergie mystérieuse et une lumière inimitable qui émanent de ces terres et se reflètent dans la singularité des vins. De la Vigne au Verre : une histoire complexe Le terroir unique de Maury a donné naissance à une gamme diverse de vins. Le cépage emblématique, l'âme des Vignerons de Maury est le grenache noir, présent aussi à 80% dans cette appellation. Ce cépage est accompagné de plusieurs variétés comme le carignan, la syrah, le grenache gris et blanc, le macabeu et le muscat blanc. Sur les 700 hectares des 110 vignerons de Maury, chaque cépage trouve sa place dans la mosaïque des sols et des altitudes pour offrir des vins d'une grande variété aromatique et gustative. Une vie au rythme des saisons La vie du vigneron de Maury est rythmée par les saisons avec un lien étroit à la terre et un engagement passionné envers la qualité des vins qu'il produit. Chaque année débute avec la taille, une opération hivernale qui s'étend de la mi-novembre à mi-avril. Dans ce coin de pays où le vent sec prédomine, la taille est une tâche manuelle, principalement pratiquée en gobelet. Cette méthode s'adapte parfaitement aux conditions climatiques, garantissant que chaque pied de vigne reçoit les soins nécessaires pour une récolte à venir optimale. Avec l'arrivée du printemps, de nouvelles étapes du processus viticole commencent. Le vignoble de Maury nécessite un labourage minutieux pour aérer le sol et favoriser la croissance des vignes. Ici, chaque vigne est traitée manuellement, de façon méticuleuse avec le souci constant du respect du terroir et des traditions ancestrales. Un suivi rigoureux des vignes assuré également par la cave qui veille à ce que chaque étape réponde aux exigences du cahier des charges des sélections parcellaires afin de produire des cuvées "haut de gamme". Ainsi, les Vignerons de Maury ont instauré depuis de nombreuses années un système de sélections parcellaires définies avec attention. Des sélections qui tiennent compte de l'âge des vignes, de leur exposition au soleil, du type de sol et de l'équilibre de la récolte. A Maury, la vendange, moment crucial de l'année, commence dès la mi-août. Pendant un...

Restaurant L'Estanquet : le témoin de toute une culture

À quelque mètres du pont Neuf de Montauban, L’Estanquet reçoit ses convives dans un climat simple et convivial. Cet établissement est connu pour son décor assez vintage et sa cuisine bistronomique. Avec des gestes millimétrés, le personnel du restaurant L’Estanquet veille au grain pour l’entière satisfaction des clients. Le travail d’équipe se fait ressentir jusque dans les assiettes.        Un décor très recherché On croirait faire un voyage dans le temps ; pourtant, L’Estanquet n’est pas un antiquaire, mais est bel et bien un restaurant. Une ambiance chaleureuse de bistro se dégage de ce décor peu commun. Les meubles trouvent toute leur splendeur dans la diversité et les boites et objets anciens sur les étagères ne font qu’accentuer cette allure de vieux bistro. Sur les murs sont exhibées des publicités d’un autre âge, qui font plonger les clients dans une nostalgie du bon vieux temps. Le maitre des lieux, c’est la grande cheminée qui domine la salle. Celle-ci offre non seulement de la chaleur aux clients, mais également la garantie d’une cuisine de haute qualité qui respecte les produits. Effectivement, la maison y fait griller les pièces de viande pour les imprégner du gout particulier de la cuisson au feu de bois.     Un esprit bistro dans les assiettes Le restaurant L’Estanquet propose une cuisine traditionnelle, typiquement française, pimentée par une touche d’originalité. Les ingrédients sont de qualité supérieure, les plus belles pièces sont sélectionnées dès l’achat. Les patrons et son équipe travaillent les produits frais du terroir sur place, chaque jour. En outre, tout est fait maison. Ce qui a valu au chef le titre de « Maitre restaurateur ». La carte du restaurant s’oriente par rapport aux saisons et aux inspirations en cuisine. Les plats qui font la notoriété de L’Estanquet sont nombreux. Quoi de plus simple qu’un os à moelle accompagné de pain grillé ? La maison propose du pied de cochon, de l’andouillette, du ris de veau, du cassoulet et d’autres plats tout aussi représentatifs de la cuisine française les uns que les autres. La gaufre caramel beurre salé servie en dessert est un pur délice, sans parler des profiteroles. Les gourmands et gourmets en redemanderont. Montauban : une ville d’Histoire et de culture Grâce à son histoire, la ville est riche en patrimoine, notamment en matière d’architecture. Elle est appelée « la plus rose des villes roses », car la brique y est omniprésente. L’époque médiévale a laissé quelques héritages, comme le pont Vieux ou l’église Saint-Jacques avec son beau clocher octogonal. Ce patrimoine architectural est aujourd’hui valorisé grâce aux restaurants qui investissent les bâtiments anciens dans les rues de Montauban. Trois musées sont ouverts au public dans la ville : le musée Ingres, installé dans l’ancien hôtel de ville ; le musée d’Histoire naturelle ; et le musée de la Résistance et du Combattant, qui abrite l’histoire du Tarn-et-Garonne pendant la Seconde Guerre mondiale. Et ce n’est pas tout ! Les férus d’activités culturelles seront intéressés par le théâtre Olympe de Gouges, l’école municipale de dessin, où l’on découvre et approfondit le dessin et la peinture, ou encore l’espace Bourdelle sculpture, qui propose des ateliers et des conférences autour de cet art. ...

Grâce à 5 Sans, dégustez des produits sains et gourmands 100 % bio.

Créée en 2015 par Marie Garcia, nutritionniste certifiée, l’entreprise Cinq Sans s’adresse à toutes les personnes sujettes à allergies qui veulent se faire plaisir en toute sérénité. Des produits sains, garantis sans allergènes et 100 % bio L’idée originale de Cinq Sans : proposer des formulations fines et gourmandes, 100 % bio et pouvant être consommées par tout le monde, sans exception. En d’autres termes, cela signifie qu’en vous procurant un des biscuits Cinq Sans, vous ne trouvez aucun allergène majeur à l’intérieur. Pas d’arachide ni œuf, lait, soja, riz, mais, sucre, graisse transformée, OGM, conservateurs ou gluten. Idéal donc pour les consommateurs polyallergiques ou qui développent des intolérances alimentaires. Sans oublier les véganes, les personnes qui veulent perdre du poids ou celles qui ont du cholestérol. Grâce à son expérience de nutritionniste, Marie Garcia est capable de formuler des compositions aussi saines que savoureuses. C’est le cas, par exemple, des gourmandises Pécan Caramélisées et Citron Pavot, du petit-déjeuner chocolat ou des biscuits apéritifs au cumin (nouveauté 2017). À savoir : il sera bientôt possible d’acheter des encas et une préparation pour créer du pain.   Cinq Sans : une entreprise artisanale proche de ses consommateurs L’entreprise Cinq Sans est fondée par Marie Garcia en 2015. En tant que nutritionniste certifiée, elle souhaite chercher et formuler des recettes originales pouvant être consommées et appréciées par ses patients. Pourtant, elle observe bien vite un véritable manque de choix. Ainsi, cela la pousse à créer des produits qui prennent en compte toutes les pathologies alimentaires connues tout en conservant le plaisir de manger. Pour ce faire, elle met en place une chaine de production artisanale dans le Rhône sans avoir recours à de la sous-traitance. Les matières premières sont choisies avec soin et sont transformées directement dans l’atelier de production de l’entreprise. Cela pour certifier de la qualité du produit. De plus, elle essaye de rester toujours au plus proche de ses clients afin de proposer des produits spécialement adaptés à chacun (en fonction des différentes problématiques rencontrées ou en faisant évoluer la texture par exemple). Aujourd’hui, ces produits innovants et reconnus par le milieu agroalimentaire sont proposés dans une soixantaine de magasins bio et épiceries fines (en Île-de-France et Rhône-Alpes). Sans oublier la possibilité de les acheter directement sur le site. ...

Le porc du Limousin ou l’authenticité du goût

Un mode de production spécifique  Une viande gouteuse et tendre, voilà ce qui caractérise la viande de porc du Limousin Label Rouge. Les porcs sont nourris de céréales (au minimum 60% de la ration avec au maximum 20% de maïs)jusqu’à un âge minimum de 182 jours (contre 168 jours pour le porc standard) sur un territoire intégrant 3 départements du Limousin et certains cantons limitrophes. Il  doit la qualité de sa viande à cette durée de croissance particulière. Stricte méthode de traçabilité Le porc du Limousin Label Rouge porte dès le sevrage, son numéro d’élevage et sa semaine de naissance. Après l’abattage, chaque pièce est étiquetée d’une vignette de labellisation permettant de distinguer son origine selon les principes de la traçabilité : côtes de porc, épaule, jambon… » relate Jean-Marc ESCURE, directeur de Limousin Promotion. Les caractéristiques d’une viande d’exception D’une belle couleur rose homogène, la viande de porc du Limousin label Rouge présente un gras de bardière blanc et ferme ainsi qu’une viande juteuse, savoureuse et particulièrement tendre. Le Label Rouge est le gage d’une viande au gout authentique et aux saveurs de qualité supérieure. Plus de 30.000 porcs du Limousin sont labellisés et commercialisés dans toute la France chaque année. 190 points de vente incluant grandes surfaces et boucheries artisanales distribuent aujourd’hui du porc du Limousin Label Rouge, une production certifiée et contrôlée « de l’élevage jusqu’à l’abattoir». ...

AteOona : votre ange gardien digital

AteOona est un concept né d’une expérience personnelle : celle de Willy Marignan, fondateur de Denvizion, une startup spécialisée dans les technologies Web. Willy Marignan s’est retrouvé dans une situation inconfortable lors d’un séjour effectué à Londres. Parti seul pour rendre visite à une ancienne connaissance, il se rend compte que sa sécurité n’est pas totalement assurée en cas de pépin. « Je me suis retrouvé à l’extérieur de la ville et personne en France n’était au courant de mon emplacement, j’ai donc envoyé un message à un ami pour lui décrire ma situation », explique-t-il. C’est ainsi que le projet ateOona commence à germer dans la tête de ce jeune crack en informatique. Il songe alors à un système informatisé pour remplacer le « coup de fil à un ami ». Système d’alerte à envoi programmé La dénomination « AteOona » vient de la combinaison de deux noms de divinité : Athéna (déesse grecque de la sagesse) et Adeona (déesse romaine du retour au foyer). « AteOona, c’est comme une sorte de déesse digitale qui surveille nos arrières ! », confie le fondateur. Plus concrètement, AteOona est le premier système de message d’alerte à envoi programmé. Pour simplifier, il s’agit d’un système informatisé permettant à chacun de garder le contact et d’envoyer un message d’urgence à ses proches en cas de problème. Cette solution fonctionne autour de 4 questions-clés. « Qui prévenir ? » L’utilisateur commence par indiquer les proches à prévenir en fonction d’une situation donnée. Ensuite, « à propos de quoi ? ». Une étape qui définit la situation à risque à laquelle la personne va s’exposer. Celle-ci s’accompagne de l’enregistrement du message d’alerte à envoyer. « Quand ? » Il s’agit pour l’utilisateur de programmer la date et l’horaire d’envoi du message. Enfin, la question « Comment ? » traite des modalités autour du  message fixant le moyen utilisé (sms, e-mail…) et le nombre d’envois. Prévenir ses proches AteOona est conçu pour apporter davantage de sécurité à son utilisateur. Le système est particulièrement utile à toute personne se  trouvant dans des situations potentiellement dangereuses. C’est le cas, par exemple, des habitués des sites de rencontre qui ne sont jamais à l’abri des mauvaises surprises. Avant de partir à son rendez-vous, la personne peut donner des indications sur l’identité de celui ou de celle qu’elle va rencontrer ainsi que l’heure à laquelle elle compte revenir. Un message d’alerte sera immédiatement envoyé à ses proches au cas où ce délai serait dépassé. Le même principe s’applique à un voyageur qui s’aventure en solitaire dans une contrée lointaine. Si celui-ci ne donne pas de signe de vie dans un laps de temps précis, le système se déclenche automatiquement. Ces deux cas de figure ne sont que des exemples parmi tant d’autres. Dans la vie de tous les jours, nombreuses sont les occasions qui génèrent des situations à risque. Face à cela, AteOona vient donc compléter les nombreux dispositifs déjà en place (les assurances, les urgences, la police…), afin de prévenir ses proches en cas d'événement imprévu. ...

Voyage en Bolivie avec Thaki Voyage :
 les Mille et Une splendeurs à découvrir

Un peu d’Histoire… Bolivie : entre Cultures Chanés, Inca et Espagnol Située au cœur de l'Amérique du Sud, la Bolivie est un pays riche en histoire et en diversité culturelle. Ses racines culturelles sont profondément ancrées par trois grandes influences : les cultures Chanés, Incas et Espagnoles. Les Chanés étaient l'un des peuples autochtones précolombiens de la région, contribuant à la richesse culturelle de la Bolivie avant l'arrivée des Incas et des Espagnols. Ils étaient réputés pour leur expertise en agriculture, en particulier dans la culture du maïs et du manioc, et ont laissé un héritage agricole durable qui persiste encore aujourd'hui. L'empire Inca, avec sa capitale voisine de Cuzco au Pérou, a étendu son influence sur la Bolivie au cours du XVe siècle. Ils ont apporté leur architecture spectaculaire et leur système d'irrigation sophistiqué, laissant derrière eux des vestiges tels que le site archéologique de Tiwanaku près du lac Titicaca, dans la région d'Altiplano. Les Incas ont également laissé une marque profonde sur la culture et la langue, de nombreuses coutumes et traditions incaïques étant encore célébrées par les populations autochtones boliviennes. L'arrivée des Espagnols au XVIe siècle a marqué un tournant majeur dans l'histoire de la Bolivie. Sous la colonisation espagnole, de nombreuses cultures autochtones ont été soumises à des pressions pour se convertir au christianisme et adopter la culture européenne. Cependant, les Boliviens ont également intégré des éléments de la culture espagnole dans leur propre identité, créant une fusion culturelle unique. Aujourd'hui, la Bolivie est un pays où les héritages des cultures Chanés, Incas et Espagnoles coexistent harmonieusement. Ses festivals, sa cuisine, sa musique et ses danses reflètent cette riche mosaïque culturelle qui en fait une destination rare avec des parcours, des visites grandioses. Sur les traces de sites remarquables de Bolivie Voyager en Bolivie, c’est partir à la rencontre de Monuments et Sites Naturels souvent classés au Patrimoine Mondiale de l’UNESCO.  Voici quelques repères incontournables à découvrir lors de votre séjour avec Thaki Voyage. Fort de Samaipata, une merveille architecturale Après notre arrivée par Santa Cruz, capitale économique de la Bolivie, notre voyage commence (Jour 2) par la visite du Fort de Samaipata, une merveille architecturale, taillée à même la roche, nichée au cœur des montagnes verdoyantes de la région de Santa Cruz. Le fort était autrefois un lieu sacré pour les peuples autochtones locaux, mais il a également servi de point de contrôle stratégique pour les civilisations précolombiennes et plus tard pour les colons espagnols. La pierre a été sculptée avec une précision remarquable pour former des représentations complexes de divinités, de motifs géométriques et de symboles culturels. Taillé à même la roche, le Fort de Samaipata est un exemple exceptionnel d'architecture rupestre qui témoigne de l'ingéniosité des anciennes cultures de la région. Dès les premiers jours du voyage (Jour 2), il offre une expérience immersive dans l'histoire et la culture de la Bolivie et symbolise la richesse du patrimoine culturel bolivien. Le même jour, notre visite passe par le Parc de « Cascadas de Cuevas » à la rencontre d’une véritable merveille naturelle constituée de trois magnifiques cascades. Niché au cœur d'une forêt luxuriante, ce site remarquable offre pour les amoureux de la nature une expérience inoubliable, un spectacle époustouflant avec des cascades alimentées par des ruisseaux cristallins et leurs eaux dévalant des rochers escarpés. A la rencontre des fougères géantes de Samaipata et du Parc national d'Amboro Au 3éme jour de notre arrivée, nous partons à la rencontre des fougères géante du Parc Amboro. La Forêt de fougères géantes de Samaipata et le Parc national d'Amboro sont deux joyaux de la biodiversité situés en Bolivie, qui offrent un aperçu exceptionnel de la nature foisonnante de l'Amazonie. La Forêt de fougères g&ea...

Travel Wifi : une solution fiable, pratique et économique pour rester connecté en vacances

Un réseau wifi privé, sécurisé et accessible partout Que ce soit pour faire fonctionner ses applications, regarder ses séries préférées sur son smartphone, son portable ou sa tablette tactile, lire et envoyer des e-mails, surfer sur le Web, ou encore communiquer sur les réseaux sociaux, avoir la garantie que l’on pourra se connecter à Internet sur son lieu de vacances est devenu une préoccupation essentielle lorsque l’on voyage. Force est pourtant de constater que trouver une connexion wifi peut se révéler un parcours semé d’embûches : bornes wifi en libre accès dont la sécurité laisse à désirer, qualité inégale du réseau… Et si les frais d’itinérance ont été supprimés au sein de l’Union européenne, dans le reste du monde, ils peuvent gonfler considérablement votre facture ! No stress, la solution à tous ces problèmes se présente sous la forme d’un petit boîtier. Travel Wifi, une start-up fondée en 2014 propose, en effet, à ses clients de louer – à partir de 3 € par jour – un modem XXL (il tient dans la poche) capable de capter la 4G environnante pour la convertir en un réseau wifi privé, totalement sécurisé et accessible dans 120 pays, 24 heures sur 24. Quasiment illimitée, la connexion peut même être partagée simultanément entre dix utilisateurs. Une solution nomade, facile d’utilisation et modulable  Chacun voyageant différemment, c’est à vous d’opter pour l’offre la mieux adaptée à vos besoins. Lire et envoyer des e-mails consomment, par exemple, moins de data que de regarder des vidéos en streaming ou de télécharger des applications sur votre smartphone. Travel Wifi propose ainsi une enveloppe "data" allant de 500 Mb à 3 Gb par jour. Après avoir effectué votre réservation en ligne, vous pouvez récupérer votre box de poche directement chez Travel Wifi, dans le IIIe arrondissement, à Paris (même qu’ils vous offriront le café !). Mais vous avez également la possibilité de vous faire livrer (hôtels, locations de vacances, points "Information Tourisme" des aéroports parisiens, points de retrait, etc.). À l’expiration de la location, vous n’aurez qu’à retourner le boîtier en le plaçant dans l’enveloppe prépayée que l’on vous aura remise. Une clientèle en pleine évolution La majorité des clients de Travel Wifi sont des touristes (souvent américains ou asiatiques) qui passent leurs vacances en France. Pour autant, Léopold Goraguer, l’un des cofondateurs (aux côtés de Jonathan Justman, Benoît Marie et Vincent Rebus) constate que « de plus en plus d’Européens font désormais appel à leurs services et souscrivent l’offre ‘’monde’’ pour rester connectés lorsqu’ils voyagent hors des frontières de l’Union européenne ».  ...

Les Nouveaux Robinson : un engagement au quotidien

Lorsqu’ils ouvrent leur premier magasin à Montreuil-sous-Bois, Les Nouveaux Robinson sont les pionniers dans la distribution de produits bio. Ils s’installent ensuite à Neuilly et Boulogne. Aujourd’hui ils comptent 20 magasins sur toute l’Île-de-France. Leurs produits Tous les produits vendus dans les magasins Les Nouveaux Robinson sont des produits biologiques de qualité. Ils privilégient notamment des labels tels que Nature & Progrès, Demeter et Bio Cohérence qui développent des cahiers des charges plus exigeants que la certification européenne. L’approvisionnement se fait en priorité auprès de petits producteurs locaux avec lesquels ils nouent des partenariats. Pour limiter les déchets, beaucoup de produits sont vendus en vrac et donc au poids : riz, pâtes, fruits secs, diverses céréales et graines, gâteaux secs … Leurs engagements Les Nouveaux Robinson ont fait le choix, entre autres, de garantir une rémunération juste des producteurs, ainsi qu’une redistribution des richesses vers leurs salariés et sociétaires. Ils s’engagent également au niveau écologique en alimentant l’ensemble de leurs magasins en électricité verte grâce à Enercoop. Ils développent aussi une politique de recyclage et de lutte contre le gaspillage alimentaire. Ils ont ainsi mis en place, en partenariat avec l’association Cap ou Pas Cap, un garde-manger et frigo solidaire devant leur magasin installé au 212 avenue de Daumesnil (Paris 12ème). Chacun peut venir y déposer et/ou prendre librement et sans obligation de réciprocité, des denrées alimentaires. Ainsi, il tend à sensibiliser les habitants à la lutte contre le gaspillage alimentaire et à favoriser le lien social et la solidarité locale. Quant au magasin d’Ivry, il donne chaque jour ses invendus à Emmaüs pour leur distribution alimentaire. L’enseigne donne également ses invendus à des associations d’étudiants qui œuvrent en faveur de l’environnement. Les Alchimistes récupèrent quant à eux les invendus du magasin de Saint-Michel pour en faire du compost local et urbain. Depuis sa création, la coopérative soutient aussi annuellement des associations à vocation écologique et sociale, comme Emmaüs, Les Amis de la Terre, Demeter, Bio Cohérence, Terre de liens, Association Coup de Main, ou encore Nature et Progrès. Les Nouveaux Robinson ont également reçu l’agrément « Entreprise solidaire d’utilité sociale », renouvelé en 2014 pour 5 ans. Cet agrément délivré par la DIRECCTE atteste d’un engagement en faveur de l’équité avec une échelle des salaires réduite et une finalité de service à la collectivité ou aux membres plutôt qu’une finalité du profit. Le Panier Robinson Les Nouveaux Robinson s’engagent aussi pour permettre au plus grand nombre d’accéder à des produits biologiques. C’est pourquoi ils ont mis en place la sélection Panier Robinson composée d’une centaine de produits de consommation courante sur lesquels ils réduisent leurs marges. Depuis janvier 2018, ils ont fait le choix d’y intégrer également deux fruits et légumes de saison et d’origine française. Tous ces produits sont facilement identifiables dans les rayonnages grâce aux étiquettes spécifiques "Panier Robinson". ...

aventures et découvertes sur le fleuve charentais

Depuis sa création en 1989, Inter-Croisières a pour cœur de métier la location de bateaux pour des croisières hors des sentiers battus le long de la Charente, qualifiée de « plus beau ruisseau du royaume ». Aujourd’hui gérée par la seconde génération de la famille, la société ne cesse de renouveler et d’enrichir l’expérience séjour de ses clients en leur offrant la possibilité de se créer des parcours de voyage personnalisés. Une quinzaine de modèles de bateaux S’embarquer à bord d’un bateau de croisière, signé Nicols, rime avec sentiment d’évasion et de liberté. Conçus pour offrir le maximum d’autonomie et de confort, ces bateaux mis à disposition des estivants par Inter-Croisières ne requièrent ni permis ni expérience préalable dans la navigation. Ils ont été conçus pour s’adapter à chaque type de séjour : aventure en amoureux, vacances en famille ou pourquoi pas une virée week-end entre amis. Ainsi, la capacité et l’aménagement de chaque modèle sont pensés de façon à rencontrer les exigences de chaque clientèle.« Nous avons des modèles de bateau simples offrant le confort nécessaire et d’autres qui sont plus spacieux, dotés d’une terrasse, d’une cuisine et de salles d’eau entièrement équipées et certains peuvent aussi être aménagé d’une piscine chauffée», révèle Audrey MOTTA, aujourd’hui à la tête de l'entreprise ayant succédé à ses parents. Avant de partir, les hôtes sont briefés sur une initiation à la navigation et aux dispositifs essentiels de sécurité. Une fois le permis provisoire de navigation en poche, ils peuvent prendre le large et profiter pleinement de leur aventure. La liberté de personnaliser son voyage Le parcours imaginé par Inter-Croisières permet à tout un chacun, à sa guise et selon ses envies, de sillonner la Charente au départ d’Angoulême jusqu'à Rochefort. Autrefois desservie par un commerce fluvial de marchandises, la Charente est bordée par des villages pittoresques au charme intemporel. Dans ce décor atypique, au milieu d’une nature luxuriante, les plaisanciers peuvent s’arrêter pour explorer le patrimoine historique de Saint-Simeux et de Châteauneuf ou encore Saint-Simon, découvrir les vestiges du passé de Bassac, Jarnac, Cognac, Saintes, Rochefort. Tout au long de la descente, le fleuve se rapproche des champs de vignes, des vieux chais et des distilleries qui perpétuent l’élaboration de cognac et de pineau dans le respect des traditions ancestrales. Après cette petite parenthèse viticole, une dégustation de la gastronomie charentaise s’impose. Celle-ci se distingue notamment par ses recettes authentiques à base de fruits de mer et de Cognac. Pour varier les plaisirs au cours de la croisière, les clients peuvent s’adonner à une baignade en pleine nature ou dans l’une des petites plages aménagées qui jalonnent la Charente ainsi qu’une partie de pêche. Petit bonus, le bateau est équipé d’une échelle qui donne un accès direct à la surface de l’eau à tout moment de la journée. « Mais finalement, rien qu’être à bord d’un bateau est un moment de bonheur en soi : se perdre, se déconnecter, et savourer la quiétude du paysage », nous souffle notre interlocutrice. ...

Mas Costeplane : 8 cépages pour des vins en biodynanmie

Les nuances aromatiques du vin trouvent leurs origines dans trois facteurs fondamentaux : le terroir, l'intervention humaine et le cépage, qui correspond à la variété de vigne cultivée. A travers le monde, il existe une multitude de variétés de vignes, plusieurs milliers, chacune apportant ses propres traits distinctifs, ce qui engendre une diversité gustative tout aussi vaste. Tour d’horizon au Mas Costeplane, d’un domaine de 24 hectares où sont cultivés 8 cépages dont la plus vieille parcelle toujours en exploitation est un vieux Carignan planté en 1958. Le merlot pour des arômes de fruits rouges à la couleur sombre et dense Pour la petite histoire, le merlot tient son nom des merles qui apprécieraient particulièrement les baies de ce cépage. Produit dans la plupart des terroirs bordelais, le merlot a la particularité d'adoucir les effets de cépages plus tanniques comme le Cabernet Sauvignon. On le retrouve également dans le Languedoc pour la production de vins de pays rouges ou rosés. Précoce, sensible aux gelées printanières, le merlot est connu pour sa résistance à l’oïdium et sa sensibilité au mildiou, un champignon parasite qui est l’ennemi numéro 1 de la vigne puisqu’il peut engendrer des pertes importantes de rendement, de qualité du vin et affaiblissement des souches. De couleur sombre et dense, le merlot propose des arômes de fruit rouges, de chocolat, de prune, de réglisse et pour les millésimes ensoleillés des arômes plus confiturés. En mono cépage merlot, le Mas Costeplane propose un vin à la bouche juteuse à la robe rubis aux arômes de piquillos, de tabac blond et vétiver. Le chardonnay pour des arômes d’acacia, d’amande et d’agrume Cépage blanc, cultivé essentiellement en Bourgogne, le chardonnay est l’un des plus connu dans le monde. On le retrouve dans des sols argilo-calcaires. Son origine remonterait à ses racines premières au temps des croisés qui auraient ramenés de Jérusalem ce cépage. Selon la légende, ce cépage aurait trouvé ses débuts à Jérusalem, voyageant ensuite avec les croisés jusqu'en France. Cette ancienne narration (plutôt poétique) suggère que son nom pourrait découler étymologiquement de l'hébreu "Cha’ar Adonai", signifiant littéralement "les portes de Dieu". Une seconde histoire, plus simple dans sa nature, est étroitement liée au terme "chardon", une plante qui prospère dans les sols calcaires dont on retrouve l'existence dans un village en France, au cœur du Mâconnais, nommé Chardonnay. Cette connexion pourrait expliquer en partie l'importance prépondérante qu'occupe ce cépage en Bourgogne. Facile à cultiver, le chardonnay apprécie particulièrement les sols argilo-calcaires et s’adapte à toutes régions, terroirs et sols. Toutefois, les arômes des vins à base de chardonnay vont varier en fonction du terroir sur lequel il est planté. Le caveau du Mas Costeplane propose un mono cépage chardonnay sec 2022 à la robe jaune d’or brillant et aux reflets verts qui donne un vin très fin s’exprimant sur des arômes d’acacia, noisette, amande, brioche et d’agrume. Ce vin d’exception vient de recevoir 1 étoile dans le Guide Hachette 2024. La syrah, pourpre intense pour des arômes épicés de poivre, de fruits noirs et de violette La Syrah se classe au 6e rang des cépages les plus plantés au monde. Variété emblématique des vins issus de la vallée du Rhône, la Syrah suscite l'intérêt en raison de son origine énigmatique et des récits qui accompagnent son introduction en France. De plus, il s'agit d'une des variétés de raisins les plus délicates à cultiver, en raison de sa vulnérabilité face aux maladies, néanmoins, elle offre parallèlement certains des vins les plus admirés à travers le monde. Cette variété, véritable globe-trotteuse, a réussi à s'établir dans de nombreuses contrées, ce qui en fait aujourd'hui l'une des variétés de raisins les plus répandues. Et avant toute chose, il est important de noter que cette variété se désigne au féminin, sous le...

Restaurant Le Fanal :
une cuisine gastronomique au gout de mer

Restaurant au décor lumineux, moderne et agréable, Le Fanal est une adresse d’exception située en plein port de Banyuls-sur-Mer. Adresse reprise par Pascal Borell et sa compagne il y a plus de 3 ans. Le couple compose des plats inventifs, colorés et saisonniers, qui mettent en avant la cuisine du terroir catalan. Une cuisine qui leur a valu 1 étoile au célèbre Guide Michelin, et le certificat d’excellence Tripadvisor. Une cuisine coup de cœur Le restaurant Le Fanal tient sa renommée de sa cuisine créative, contemporaine et aux influences méditerranéennes, variant selon les saisons et portée sur la découverte de l’essentiel : « le beau produit ». Aux fourneaux, Pascal élabore des entrées et plats savoureux, tandis que sa compagne orchestre de magnifiques desserts et s’occupe du service en salle. Tous deux ont eu à faire leurs preuves auprès de grands restaurants étoilés tels que L’Arpège d’Alain Passard, à Paris, ou encore La Famille By Bardet de Jean Bardet, à Tours. Ici, la carte change régulièrement, et la cuisine est fonction des produits du jour. Dès l’entrée, le délicieux tartare de poisson issu de la pêche locale est accompagné d’une émulsion à base de lait de coco, de concombre et de jus de citron. C’est un plat préparé à partir de poissons découpés en petits morceaux et mélangés à un assaisonnement d’huile d’olive, de jus de citron, de ciboulette et d’un peu d’huître pour apporter une petite touche iodée. La petite crème émulsionnée est versée au-dessus du tartare pour donner plus de fraicheur au plat, sans oublier le caviar perle noir du Périgord en fin de présentation. Autre entrée signature, le cromesquis d’œuf à la truffe. C’est un beignet cuit à basse température et renfermant un œuf au jaune coulant. Croustillant à l’extérieur et fondant à l’intérieur, il est servi avec une purée de champignons sur laquelle il est déposé. Les champignons utilisés pour cette préparation sont issus de la cueillette du jour. En guise de plat principal, le merlu de ligne. Ce plat cuit à basse température est un tronçon de merlu posé au centre d’une assiette, avec de la quenelle de risotto de fregola sarde. Au-dessus, une sauce accompagnée de fumé et de gingembre. Les desserts sont également élaborés en fonction des saisons. Des desserts comme la nage de pêche à la verveine, qui est une soupe froide à la pêche accompagnée de sirop à la verveine. Celui-ci est servi sur une coupe transparente légèrement givrée, et dans laquelle sont mis le sirop et la pêche découpée en petites billes. Le dessert est complété avec un sorbet au yuzu, et du romarin. Le restaurant sert également trois sortes de pain fait maison pour chaque service : un pain à l’épeautre bio, un aux céréales et un autre au maïs. Et les jolis dressages sont un appel sûr à l’appétit ! Harmonie entre cuisine et vins Les vins de la cave du restaurant Le Fanal se marient merveilleusement bien avec les plats élaborés en cuisine. À la carte, Signature millésime 2014 du Domaine du Mas Blanc. Ce vin blanc sec du terroir de la Côte Vermeille, constitué de quatre cépages, confère une fraicheur aux fines notes citronnées et iodées. Il est parfait pour accompagner le tartare de poisson. Également le Banyuls blanc, indiqué pour la nage de pêche à la verveine. Ce vin doux et naturel est consommé jeune, il se marie efficacement avec les desserts. Légèrement sucré avec des notes fraiches de fruits blancs et des nuances de poire, ce vin blanc peut être conservé longtemps pour mieux apprécier son côté aromatique. ...

Champagne Chapuy : des champagnes pour tous les instants

Si l’histoire de la famille Chapuy est déjà intimement liée à celle du village d’Oger depuis des siècles, son histoire avec le champagne ne commence qu’en 1952. À cette époque, Serge Chapuy décide de créer la marque familiale. Arnold Chapuy prend ensuite son relais et, à son tour, lègue le domaine à ses filles, Élodie et Aurore. Un vignoble privilégié Couvrant une superficie totale de 8,5 hectares, le vignoble familial est réparti sur trois crus de la Marne, notamment à Oger, par ailleurs classé Grand Cru de la Champagne, et exclusivement planté en chardonnay sur un sol crayeux. « C’est ce terroir qui donne la finesse et le style de notre champagne, avec des bulles très aériennes et une minéralité très agréable », explique Élodie Chapuy. Côté viticulture, le respect de l’environnement et de la nature est, pour l’exploitation des Chapuy, une ligne de conduite. Insecticides et Herbicides sont en conséquence bannis au domaine, et « certaines parcelles sont travaillées au cheval », précise Élodie Chapuy. Cette année marque ainsi pour le domaine une nouvelle étape dans cette démarche environnementale, puisqu’il sera très prochainement certifié de la distinction « haute valeur environnementale de niveau III ». Des champagnes tels qu’on les aime En ce qui concerne les cuvées, l’exploitation en propose sept différentes, réparties en deux gammes. Celles des grands crus sont élaborées à partir du chardonnay comprenant le « Brut », l’« Extra Brut » et, enfin, le « Brut Millésimé ». La gamme Tradition est quant à elle une gamme d’assemblage, avec le Pinot Meunier, le Chardonnay et le Pinot Noir. « Brut Tradition », « Demi-Sec » et « Brut Rosé » plairont particulièrement aux non-initiés, du fait de leur souplesse et de leur rondeur. La dernière cuvée, et non des moindres, est celle de la « Livrée Noire ». Parée de sa bouteille spéciale, cette cuvée d’exception est à la hauteur des plus grands champagnes, d’un équilibre et d’une maturité hors normes. Issu d’un assemblage de deux cépages Grand Cru millésimés, ce champagne se déguste avec des mets raffinés tels que des homards en sauce ou encore des volailles au foie gras. ...

La culture pour tous avec
la Communauté d’agglomération de l’Ouest Rhodanien

Le 1er janvier, la communauté de communes est devenue une communauté d’agglomération. Que cela change-t-il en termes culturels ? Annick Guinot : Il y a deux principales nouveautés. Désormais, l’agglomération prend en charge directement les deux musées labellisés musées de France du territoire : l’Écomusée du Haut-Beaujolais, à Thizy-les-Bourgs, et le musée Barthélemy Thimonnier de la machine à coudre et du cycle, à Amplepuis. Nous avons également pris la compétence des écoles de musique. En les gérant, la COR va pouvoir les mettre en réseau au niveau de l’administration, du recrutement, de la mise à disposition de professeurs, etc.  Autre changement : vous vous impliquez encore plus dans les festivités du territoire… → Jusqu’alors, nous donnions des subventions aux associations organisatrices d’événements. Désormais, nous serons co-organisateurs ou organisateurs de manifestations, comme Cafés en fête, le Festival de la bande dessinée, etc. Nous sommes partenaires avec le CCAB et le Théâtre de Villefranche. Enfin, pour la Biennale de la danse, la COR fait partie des 12 groupes retenus pour le défilé. Nous prenons en charge l’organisation des répétitions, des ateliers de confection des costumes et de construction des chars. Pourquoi ce souhait de s’impliquer plus ? → Nous souhaitons répartir la culture de manière équivalente sur tout notre territoire. En apportant une offre complémentaire à ce que font déjà les 34 communes. Chez nous, la culture est essentielle et, d’ailleurs, dans un contexte de baisse des dotations de l’État, elle n’est pas une variable d’ajustement. La convention « Retissons le territoire » avec la DRAC s’inscrit aussi dans cette démarche…  → Oui, la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) a repéré les territoires où il y avait un besoin d’offres culturelles. « Retissons le territoire » s’appuie sur la mémoire de l’industrie du textile et se traduira par des spectacles, du cinéma, des expositions photographiques ou avec des plasticiens, etc. ...

Artisans Partisans : le partage, au cœur de la démarche

Pierre Bories a toujours été profondément attaché à la région viticole des Corbières. L’aire d’appellation située dans l’Aude et intégrée dans le massif des Corbières qui forme les premiers contreforts des Pyrénées est la plus importante du Languedoc. L’AOC Corbières est la quatrième appellation française et revendique jusqu’à 10 000 ha de vignes, 1300 producteurs, plus d’une vingtaine de caves coopératives sans compter les quelques 200 caves particulières. En 2005, elle a donné naissance à un premier cru l’AOC Corbières-Boutenac proposant des vins issus exclusivement du petit massif de la Pinada. Le Château Ollieux Romanis, point d’ancrage d’un projet de vie Situé sur la Commune de Montséret, sur la route reliant les abbayes de Fontfroide et de la Lagrasse et au cœur du Massif de la Pinada, le Château Ollieux Romanis est riche d’une histoire viticole qui date au XIXème siècle. Il s’est développé sous l’initiative de Jacqueline et François Bories qui passent ensuite le flambeau à leur fils Pierre Bories. Dès son arrivée en 2001, il s'engage dans un long processus afin de convertir les 66 hectares de vignes en Agriculture Biologique et en 2019, il obtient la certification HVE niveau 3. Au-delà d’un cadre d’intervention purement viticole, le domaine s’investit également dans le développement de la biodiversité en intégrant une faune et une flore autochtone et en entamant un élevage de moutons, histoire de renouer aussi avec son passé. Car avant d’être une terre viticole, les Ollieux ont d’abord été connus pour l’élevage de moutons et la culture d’oliviers et de céréales. En 2013, le vigneron fait acquisition de 40 parcelles lovées entre garrigues et collines, le Champ des Murailles. Sur ce vignoble toujours en cru Corbières-Boutenac, les vins révèlent une belle expression de fraîcheur qui atteste de l’épanouissement des vignes choyées par le climat continental et la douceur des terres d’argile et de grès. Sur sa lancée, Pierre Bories fait également acquisition d’un autre vignoble de 5 hectares qu’il nomme sobrement « Domaine Pierre Bories » et qui assure une micro-production de vins purs à la personnalité affirmée. Quand la nature, les échanges et la transmission ne font qu’un Une fois les bases établies, le vigneron et son équipe composée de passionnés tout comme lui s’engagent dans un autre chantier qui consiste à fédérer ses trois domaines en un collectif animé par des valeurs humaines, de partage, de transmission et de savoir-faire séculaire. Artisans Partisans incarne l’amour du terroir et au-delà, prône l’unité entre les artisans soucieux de promouvoir la richesse de leurs terres dans le respect de l’environnement. Le collectif accueille ainsi d’autres vignerons partageant la même vision que Pierre Bories. « J’ai eu la chance de rencontrer beaucoup de vignerons qui m’a permis de créer un relationnel important à travers le monde du vin. On a lancé un petit groupe pour mettre en avant notre travail. », déclare-t-il. Les produits sont présentés sur la boutique en ligne d’Artisans Partisans. Y sont privilégiés les vins nature conçus selon une importante considération écologique et issus principalement du Massif des Pyrénées languedociennes. « J’ai réalisé cette sélection au gré de mes coups de cœur. Je connais certains de ces domaines depuis près de 20 ans. », tient à préciser notre interlocuteur. À découvrir : les cuvées Domaine Pierre Jean Villa, Bertrand-Bergé, Gauby, Laguerre, Mouscaillo, Monsieur S, Maxime Magnon, Ledogar, Terra Remota ou encore Expérience Artisans Partisans. La Touketa, un lieu atypique pour créer du lien Dans une continuité logique de ce travail mené au sein du collectif Artisans Partisans et toujours dans cet esprit d’échange et de partage, le domaine se lance dans l’aventure de La Touketa à partir de 2020. Niché sur la petite colline occitane à 220 mètres d’altitude, ce bar à vins est un lieu de...

Le travail sur l’identité (professionnelle) Ou L’effet chrysalide

Permettez-moi de vous la conter à ma façon et surtout d’un point de vue plus scientifique ! La chenille est née pour manger des feuilles ! C’est son karma ou sa destinée. Pour ce faire, elle a des pattes qui lui permettent de se déplacer sur un périmètre très limité et de grosses mâchoires pour s’adonner à son activité favorite. Elle vit ainsi, sans se poser de questions, parce que c’est le chemin qui a été écrit pour elle. A sa taille adulte ou à maturité, la chenille, arrivée à un point de non-retour, se trouve lancée dans son processus de transformation programmé. Une pointe d’anthropomorphisme nous autorise à proposer une hypothèse selon laquelle, une vie à manger des feuilles sur une zone géographique réduite trouve forcément une limite : l’ennui ! La chenille a cette chance que, dans son ADN, le processus de transformation est déjà inscrit. Il est donc bientôt temps pour elle, de goûter à la liberté, de déployer ses ailes, d’agrandir son périmètre de vie et d’exploration, de butiner les fleurs - plus nobles que les feuilles - et surtout, de se laisser guider par l’Amour… qui la mènera au plaisir et à sa reproduction ! Jusque-là, rien de nouveau dans mon histoire… mais laissez-moi poursuivre… Poussée par son instinct, notre chenille va donc grimper sur une branche et tisser son cocon avec un fil de soie (ou fil de « Soi »). A l’intérieur de ce cocon, elle libèrera une sorte de mucus foncé qui colorera l’enveloppe pour se fondre dans le décor et la rendra presque invisible, « en mode camouflage ». Lors de cette étape, la chenille va s’étirer, au point de faire craquer la peau de son dos pour se débarrasser du « costume » de sa vie précédente. La voici donc, à l’état de chrysalide, à la fois fragilisée par cette mise à nu et protégée par ce « cadre protecteur » épais et discret. La transformation commence donc par une mise à nu et une mise en sécurité. Allons plus loin encore… Le processus va se poursuivre par une « liquéfaction du passé » ! En effet, depuis toujours la chenille porte au fond d’elle-même, dans son ADN, son devenir : ses ailes et sa liberté ! Pourtant, elle a vécu toute une première vie dans un monde contraint et dicté. Elle s’y est nourrie. Et c’est cela qui rend possible sa transformation ; parce que pendant toute cette période de métamorphose, elle vivra grâce à ce qu’elle aura engrangé jusque-là. La métamorphose commence alors réellement et, peu à peu, la Nymphe (ou chrysalide) va voir son corps se désagréger, se transformer en une sorte de « soupe moléculaire de particules élémentaires » et finalement se réduire à l’essence-même de son être. C’est seulement en revenant à son essence, en repartant du plus pur de son être, que cet individu vivant va pouvoir renaître selon ses nouveaux possibles, ses nouvelles perspectives. Et dans un mouvement continu, son corps va se recomposer selon les besoins de ce nouveau destin : un abdomen plus long pour faire place aux organes de reproduction, des antennes qui capterons l’existence de l’Autre papillon réceptif à ses phéromones, des ailes afin de pouvoir se déplacer et parcourir les kilomètres qui le séparent de cet Autre et, enfin, une trompe qui viendra remplacer la mâchoire devenue inutile puisqu’à l’avenir ce sont les fleurs dont le papillon se délectera en les inspirant seulement. Finalement, tout ce parcours aura été impulsé par une promesse de plaisir, de découvertes, de liberté et même, d’ouverture à l’Autre, au désir et à l’Amour ! Tout ce temps de vie – en pause - aura servi à faire émerger le potentiel merveilleux qui se cachait au fond de cet animal contraint. Alors, oui, la chenille passe par un moment de fragilité extrême et de mise à nu, un moment d’arrêt dans un cadre sécurisé, et oui, ce moment lui aura été indispensable pour permettre bien plus que sa renaissance : sa transcendance ! La chenille ne s’est pas seulement transformée. Un papillon est tout sauf une chen...

Papilles & Mamies : délicieusement authentique

En créant Papilles & Mamies, Cyril Romanet et Charlotte Thienpont ont voulu rendre accessible à tous une cuisine de qualité toujours élaborée à partir de produits frais et de saison. Faire du désir de bien manger un plaisir du quotidien, tel est l’objectif que se sont fixé ces deux amoureux de la cuisine traditionnelle française. Une histoire née de la passion pour la bonne cuisine L’univers culinaire n’a aucun secret pour les deux épicuriens dans l’âme puisque, dès leur plus tendre enfance, ils y ont été initiés. Ayant grandi dans une ferme, Charlotte a développé un amour particulier pour le bon produit. Quant à Cyril, il a appris à aimer et préparer la cuisine du terroir auprès de sa grand-mère. Dans une volonté de pérenniser ces souvenirs et partager leur passion pour la cuisine au plus grand nombre, le duo s’accorde à créer une solution qui permettrait à chacun de se faire livrer de bons plats authentiques. Le défi est donc lancé en 2018 quand Charlotte et Cyril décident de participer au concours « 100 jours pour entreprendre » qu’ils remportent avec succès. Ensemble, ils poursuivent leur entreprise avec l’aide de l’incubateur Smart Food Paris et ont réalisé un test de commercialisation avec succès. A noter que ces bons petits plats qui fleurent bon les odeurs d’enfance et les matinées agitées sont tous mijotés en cuisine par l'équipe, avec des ingrédients méticuleusement sélectionnés. Et pour que l'offre soit accessible à tous, nos deux cordons bleus préparent en coulisse l'ouverture officielle des commandes, qui sera annoncée sous peu. Des repas chaleureux et conviviaux Pour Cyril et Charlotte, alimentation de qualité rime avec produits sains et frais. Ainsi, seuls les meilleurs ingrédients locaux et de saison ont la place dans leur cuisine. Et pour conserver le maximum d’apports nutritionnels, les repas vont être soigneusement mijotés à basse température dans des bocaux en verre. Bannissant les additifs et autres conservateurs, ce mode de préparation artisanal permet d’assurer une conservation plus naturelle des plats. Le consommateur bénéficie ainsi de repas frais, et équilibrés, riches en saveurs et préparés avec amour et délicatesse, exactement comme on les aime. Et parce qu’un bon lunch n’est pas uniquement réservé pour les grandes occasions, Papilles et Mamies fait de ce plaisir une expérience à vivre et à partager au quotidien. L’occasion de se réunir en famille ou entre amis pour un moment gourmand et convivial. ...