La citéCirque est le nom donné à tout le volet de la politique culturelle de la ville de Bègles en faveur du spectacle vivant et du cirque. Le projet s’appuie sur le CREAC, association conventionnée avec la ville. La citéCirque est à la fois un équipement et un établissement culturel dont les principes et le périmètre d’intervention sont en évolution constante, notamment dans le cadre de la métropole.

L’équipement cirque est constitué de l’Esplanade des Terres Neuves qui accueille les chapiteaux et du Bâtiment 7, du chapiteau et du matériel roulant. Il convient d’y ajouter les locaux administratifs et logistiques ainsi que la Chapelle de Mussonville.

La notion d’équipement du projet la citéCirque fait encore appel à d’autres lieux et d’autres espaces qui ne sont pas spécifiquement localisés à Bègles. Depuis des années, en effet, et à l’occasion de partenariats avec d’autres opérateurs et communes, la programmation cirque du projet béglais s’installe, réside, se co-organise, se co-produit dans d’autres lieux de l’agglomération girondine : le Théâtre des 4 Saisons à Gradignan, la M270 à Floirac, la Manufacture Atlantique, le parc des Angéliques à Bordeaux entre autres.

Les salles et les espaces publics de plusieurs communes constituent autant de lieux d’appui pour les projets actuels ou en devenir, notamment dans le cadre de « l’Été métropolitain » porté par l’Agglomération.

HISTORIQUE

Le projet cirque se développe à Bègles depuis 2006. Il se déploie dans un quartier en pleine mutation urbaine, au nord de la ville à l’endroit des anciens terrains militaires et jusqu’au boulevard faisant la jonction avec la ville de Bordeaux. Grâce à une importante opération de réaménagement urbain, les murs de l’ancienne friche militaire ont laissé la place aux « Terres Neuves ».

À l’image du cirque et de son nomadisme, le projet la citéCirque se déploie sur la ville vers la métropole et plus récemment sur l’ensemble de la Grande Région sur des principes d’itinérances et de mutualisations avec des partenaires et des opérateurs, des artistes et des compagnies.

Pour s’approprier ce territoire et faire sens, le projet cirque est rapidement apparu comme un acteur culturel susceptible d’accompagner la transformation de la ville et la mixité des populations. La croissance démographique notable à cet endroit, comme le développement d’activités économiques et de formation, d’une vie étudiante, se mêlent à un habitat populaire et ancré dans une tradition ouvrière.

SES EQUIPEMENTS

Pour développer son projet cirque et accompagner la citéCirque, la Ville de Bègles s’est dotée en 2013 de son propre chapiteau. Des éléments de régie, une piste et des gradins ont été conçus sur mesure de sorte à compléter la structure. Le chapiteau constitue tout à la fois un lieu de diffusion pour les compagnies ne disposant pas de leur propre chapiteau, une salle de spectacle modulable dans l’esprit du cirque (le cercle, la verticalité), un lieu de résidence et de production, un outil d’accompagnement des compagnies locales, un levier pour l’itinérance et le développement du territoire dans l’idée de la citéCirque.

Dans cette continuité a été inaugurée fin 2013 l’Esplanade des Terres Neuves. Imaginée par l’architecte Christophe Gautié du cabinet Flint, elle est à la fois une place urbaine et un espace chapiteau en centre-ville. Cet espace permet l’accueil de chapiteaux de différentes tailles avec un sol adapté et modulable, le stationnement des convois, et prévoit les réseaux d’alimentation et d’évacuation nécessaires à la vie en caravanes.

En 2019, la Ville de Bègles prévoit l’ouverture d’un nouvel espace culturel de 300 m2 : Le chapitÔ.

Ce dernier a été imaginé comme un lieu de vie et d’activités en direction de tous les habitants et usagers de ce territoire : les jeunes, les étudiants, les travailleurs, les habitants. Il est le lieu du service culturel de la Ville et du CREAC qui y développent une activité en lien avec la programmation de spectacles sous chapiteau ou des manifestations dans le bâtiment même. Espace logistique, de convivialité, à géométrie variable, il se configure au gré des utilisations pérennes ou ponctuelles. L’Esplanade et le chapitÔ seront le lieu de diffusion cirque, identifié comme le pôle cirque sur l’agglomération par les partenaires.Enfin la citéCirque prévoit prochainement la conception d’un projet de « caravane immersive pédagogique » qui peut circuler sur les territoires, dans les établissements scolaires en priorité, diffusant les éléments clés sur les arts du cirque, et privilégiant une approche ludique.

LA CITECIRQUE DE BÈGLES AU SEIN D’UN RÉSEAU PROFESSIONNEL

La diffusion de spectacles de cirque sous chapiteau constitue un des axes majeurs du projet de la citéCirque. Le chapiteau s’installe ainsi dans la ville, au cœur des quartiers et tisse un lien sensible au territoire.

Près de 36 compagnies ont été accueillies en 14 ans, dont des compagnies de renom telles que Zingaro, NoFit State Circus, et bientôt le Cirque Plume, confirmant le savoir-faire de son équipe.

Par ailleurs, la citéCirque pilote des dispositifs de production soutenus par l’État et les collectivités territoriales (ou leurs agences quand elles se consacrent à ces missions) et les Pôles Nationaux des Arts du Cirque ou Scènes conventionnées. Plus rares sont les opérateurs culturels à se saisir de cette problématique ; la production est rarement l’affaire des communes ou des théâtres de ville.

Elle accueille également régulièrement des équipes en résidence sur son territoire, en leur mettant à disposition des espaces de travail adaptés.

Elle est aujourd’hui membre du réseau Territoire(s) de cirque, regroupant des lieux de diffusion de cirque nationaux.

LA CITECIRQUE & SES PUBLICS

La citéCirque est aujourd’hui bien repérée du public béglais, et plus largement des métropolitains. Elle accueille plus de 17 000 spectateurs par an sur ses représentations de cirque, en dehors des manifestations de grandes ampleurs telles que la venue de Zingaro en 2013.

Le public s’approprie d’année en année ce projet de territoire en venant au spectacle, mais pas uniquement.

Des bords de piste à la rencontre avec les artistes dans leurs caravanes, des visionnages de répétitions aux mises en piste, de la confection des décors, des visites des chapiteaux et de la machinerie sont organisés avec les publics. Grâce aux esthétiques du cirque, qui empruntent au mime, à la danse, aux arts plastiques, au théâtre, les temps de médiation sont riches et variés !

Le cirque permet d’apporter une large palette d’actions au service de la médiation culturelle, troisième pilier du projet de la citéCirque avec la diffusion et le soutien à la création.

Très prochainement le public pourra profiter du festival « Un chapiteau en hiver » du 26 janvier au 11 février avec une proposition de spectacles variés, des ateliers, des masterclass… Un programme 100 % cirque destiné à tous, les curieux comme les coutumiers de la citéCirque !

Vous aimez cet article ?

Inscrivez-vous à la Newsletter
et recevez les bons plans de la semaine
(invitation voyage, théâtre, dîner,...)

inscription gratuite
Merci pour votre inscription.