Pour l’histoire, le Festival de Lorient est né du championnat national des Bagadou (compétition musicale rassemblant les bagadoù), organisé grâce aux formations bretonnes, qui associent à l’époque les bombardes et les binious des instruments typiques écossais. C’est durant le XXème siècle, dans les années 1930, que la musique écossaise incorpore la formation musicale bretonne après des échanges entre les deux communautés. Vient ensuite le premier concours qui se déroule principalement à Brest, juste après la guerre. C’est seulement en 1971 que la Fédération des Sonneurs breton prend contact avec les comités des fêtes populaires de Lorient, qui décide alors d’accueillir les Championnats. Les Championnats nationaux des Bagadou voient dès leurs débuts, accueillir des invités venant de différents pays celtiques qui évoluent d’abord au Festival International de Cornemuse Lorient, qui devient ensuite le Festival Interceltique de Lorient en 1976. Le Festival sera rejoint en 1985 par huit régions de racine celtique comme l’Espagne, l’Ecosse, l’Irlande, la Bretagne, les Pays Bas, Cornouilles, Ile de Man et qui évoluent vers une amplitude d’échange musicale, artistique et social. Au début des années 1990, le Festival prône l’ouverture vers les grandes villes en emmenant avec lui ses musiques et ses traditions populaires, ce qui fait venir rapidement des groupes d’autres pays comme les Etats-Unis, les Amériques Latines, le Vietnam, l’Australie, la Nouvelle-Zélande... Dans les années 2000, le Festival est devenu planétaire et continue les échanges ainsi que l’ouverture au monde de la tradition celtique.

Lorient, capitale celtique

« Le Rendez-vous des expressions contemporaines des pays celtiques », telle est la définition du Festival Interceltique. Touchant toutes les formes musicales des pays celtiques ainsi que le jazz, le rock, le folk ou encore les œuvres symphoniques, cet évènement est une vitrine vivante s’ouvrant sur le monde et qui offre une place de choix aux créations et aux métissages. Il est aussi un carrefour où se rencontrent d’autres disciplines comme la littérature, la danse, l’art plastique, le cinéma ou la lutherie.

Les 10 jours de festivité, seront l’occasion pour eux, de montrer et partager toute une culture. Des échanges et des débats se feront autour de leur histoire, suivi des ateliers de musique, des défilés, des concours de cornemuse, de gaita, d’accordéon, de harpe celtique, des concours de danse et de chant. Du sport comme les courses de voiles, du golf, du gouren ou des jeux athlétiques bretons sont également au programme.

L’un des points d’orgue de l’évènement est la Grande Parade des Nations Celtes. A l’occasion, 3500 artistes vêtus de tenues traditionnelles défilent sur le thème « celtique » dans les rues de Lorient. Outre cette parade assistée par des dizaines de milliers de spectateurs, La Triomphe des sonneurs est aussi un immanquable. Ce défilé regroupant des centaines de musiciens se déroule le même jour à 19h.

Autre incontournable : le Highlands Games, où tous les habitués attendent le fameux lancer de troncs et les face-à-face entre lutteurs. Hommes, femmes de tout âge participent à ces « olympiades » qui dureront plus d’une semaine. A noter que l’organisation de ce Festival Interceltique de Lorient se fait grâce à la bonne volonté des habitants, mais aussi des amateurs de la communauté celte venant d’autres pays. 

Festival Interceltique de Lorient : la vidéo

Le Festival aux mille histoires

Pour l’année 2017, le Festival Interceltique de Lorient célèbre l’Année de l’Ecosse, avec comme slogan « Fort caractère, cœur battant, esprit universel ». Pilier de l’histoire celtique, l’Ecosse reste fidèle au festival depuis sa création à ce jour, et ne cesse d’émerveiller le monde à travers ses paysages époustouflants, son accueil chaleureux, son riche patrimoine et surtout sa scène culturelle constamment en évolution.

L’Ecosse compte prendre les devants de la scène pour cette nouvelle édition du festival avec pas moins de 100 artistes à son actif. Des grands noms comme Capercaillie, mondialement connu pour sa musique traditionnelle écossaise feront partie des premiers à ouvrir la célébration de l’Ecosse à Lorient. Les Elephant Sessions, un groupe jeune associant électro, funk et jazz avec la musique traditionnelle celte seront aussi de la partie.

Coté Breton, Fest-Noz, patrimoine mondiale de l’UNESCO depuis 5 ans, va apporter au festival sa propre touche à travers l’Orchestre Symphonique de Bretagne dirigé par Didier Benetti et accompagné par la talentueuse Annie Ebrel. La finale du Championnat national des Bagadou, organisé par l’assemblée des sonneurs de Bretagne depuis 1949 est aussi au programme de cette édition 2017.  Un autre des évènements majeurs du festival reste la Nuit Interceltique, où durant 3 heures, lumières, sons et vidéos accompagnent près de 500 artistes qui se succèdent sur la scène, avec pour clou du spectacle : un feu d’artifice.

Transports, hébergements, restaurations ont été déjà prévus pour l’accueil des millions de personnes venues pour cette grande réunion Interceltique !

La littérature également au rendez-vous

Le Festival Interceltique de Lorient prône une pluridisciplinarité. Aux côtés de la musique se développent d’autres arts qui méritent toutes les attentions à l’instar de la littérature. Le festival verra ainsi la présence de certains auteurs comme Jean-Luc Balanec, de son vrai nom Jörg Bong, écrivain d’origine allemande, qui s’inspire beaucoup de la Bretagne dans ses livres. Il sort en 2012 un ouvrage intitulé « Un cas pour le commissaire Dupin » suivi par toute une série, qui raconte les enquêtes du Commissaire Dupin en Bretagne. Ce best-seller se vend à plus d’un million d’exemplaires, et devient un téléfilm allemand suivi par plus de 4.5 millions de téléspectateurs.

Vous aimez cet article ?

Inscrivez-vous à la Newsletter
et recevez les bons plans de la semaine
(invitation voyage, théâtre, dîner,...)

inscription gratuite
Merci pour votre inscription.