C’est en 1668 que le marquis de Vauban, de son vrai nom Sébastien le Prestre, conçoit les premiers plans de l’édifice pour en faire une place forte redoutable de l’époque. La citadelle faisait autrefois office de caserne pour les soldats du roi Louis XIV, puis prison d’État et camp de prisonniers de guerre avant d’être transformée en dépôt militaire. Elle a dû subir de nombreux travaux de rénovation et de restauration afin de conserver son architecture authentique d’antan. Chargée d’histoire, ce lieu unique en son genre tient sa promesse : celle d’un patrimoine vivant fort en émotions.

Un patrimoine séculaire revisité

Érigée au sommet d’une colline entourée elle-même de sept collines et enfermée par une boucle de la rivière du Doubs, la forteresse surplombe la capitale comtoise, Besançon, de plus de cent mètres et offre un panorama impressionnant depuis ses remparts.
Elle s’étend sur douze hectares et abrite trois musées labellisés « Musées de France » dont le Musée de la Résistance et de la Déportation, un musée d’histoire fondé en 1971 par Denise Lorach, ancienne déportée, le Musée comtois, où sont exposées depuis 1948 l’histoire et l’ethnographie bisontines, ainsi que le Muséum de Besançon dont « la particularité est de réunir en son sein des secteurs animaliers très variés afin d’illustrer toute la richesse de la biodiversité », souligne Marie-Pierre Papazian, responsable Marketing en charge des Relations Médias.
Avec ses richesses naturelles et ses particularités uniques, la Citadelle, elle, a été classée au titre de monuments historiques français en 1924 et est inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008. Elle compte parmi les sites touristiques et culturels les plus visités de la région Bourgogne-Franche-Comté. Parmi les plus belles citadelles de France telles que celles d’Arras et de Longwy, elle est reconnue comme la plus belle et accueille plus de 270 000 visiteurs par an avec des centres d’intérêt éclectiques : découverte du patrimoine, de l’histoire, des musées, de la biodiversité, des spectacles…
Par ailleurs, la Citadelle doit sa renommée à son créateur, l’architecte Vauban. Issu de la petite noblesse bourguignonne, ce dernier devient ingénieur militaire du roi Louis XIV en 1653 jusqu’à sa disparition en 1707. A ce titre, il édifie les plans des fortifications, assure la défense ou le siège des places fortes et participe personnellement aux actions de guerre lorsque cela s’impose. Vauban a beaucoup voyagé pour mener à bien ses projets ; on estime qu’il parcourait pas moins de 4 000 km par an. À la fois créatif et plein d’imagination, « il a su utiliser la particularité géographiques des lieux et les renforcer pour faire de la citadelle de Besançon une forteresse imprenable », précise notre interlocutrice.

Citadelle de Besançon : la vidéo

Une destination touristique aux mille facettes

La Citadelle de Besançon propose toute l’année plusieurs activités destinées au grand public. Artistes, historiens et scientifiques conjuguent passion et savoir-faire pour renouveler les programmes en permanence.
Au cœur de la forteresse, dans la chapelle Saint-Étienne, un spectacle multimédia est proposé pour permettre aux visiteurs de plonger dans l’histoire de la citadelle et de la capitale comtoise. Sur d’immenses surfaces de projections et tout autour des spectateurs, les siècles défilent, les personnages apparaissent et s’interpellent  dans une gigantesque fresque historique. Depuis le temps de Jules César au Moyen Âge, en passant par les règnes de Charles Quint et de Louis XIV jusqu’aux périodes les plus tumultueuses de l’histoire de la forteresse, les présentations interactives et ludiques invitent à voyager dans le passé.
En outre, les deux « chemins de ronde », longs d’environ 600 mètres, sont des lieux incontournables pour admirer le paysage exceptionnel : vieille ville de Besançon, collines verdoyantes et vues imprenables du méandre du Doubs. Pour compléter la visite, la citadelle vous convie en petit groupe et sous la conduite d’un guide à découvrir dans l’une de ses galeries souterraines surnommée « Communication 110 ».

Les nouveautés à découvrir

En complète symbiose avec ses différents espaces animaliers (Jardin zoologique, Aquarium, Insectarium et Noctarium), le Muséum inaugure cette année le Naturalium, un nouvel espace qui répond aux grandes questions et enjeux actuels sur la biodiversité dans une scénographie immersive et accessible à tous dès l’âge de 7 ans.
Dans un parcours de 6 salles d’exposition sont présentées d’innombrables collections en zoologie, ostéologie, botanique ou encore en paléontologie dont certaines pièces emblématiques jamais exposées jusqu’alors.
Cette exposition permanente s’inscrit pleinement dans la démarche culturelle et scientifique du Muséum de Besançon, sensible depuis longtemps à la préservation de la biodiversité et à la conservation d'espèces en voie de disparition.
Autre nouveauté 2017 : le lancement d’une application interne « MaCitadelle » pour faciliter et enrichir la découverte de la Citadelle. Compatible avec une tablette ou un Smartphone, ce guide de visite interactif, ludique et avec plusieurs niveaux de lecture est un outil efficace permettant de « mieux se repérer, connaître les animations en cours et découvrir le site patrimonial à travers des images, des vidéos, des textes informatifs, etc. », précise Marie-Pierre Papazian. Et de poursuivre que « différents types de parcours sont proposés : parcours adulte, parcours enfant et parcours pour les personnes en situation de handicap ». L’application est gratuite, ne nécessite ni téléchargement, ni connexion internet, il suffit de rejoindre le réseau wifi interne du site pour l’utiliser.

Vous aimez cet article ?

Inscrivez-vous à la Newsletter
et recevez les bons plans de la semaine
(invitation voyage, théâtre, dîner,...)

inscription gratuite
Merci pour votre inscription.