En Corse, des oliviers depuis toujours…

La Corse, terre méditerranéenne par excellence, héberge l’olivier depuis la nuit des temps. 
L’île offre des conditions climatiques optimales pour la culture de l'olivier; les arbres s'y développent parfois jusqu’à des hauteurs de 20 mètres. Ils ont bâti des troncs vénérables, certains depuis plus de 2000 ans… 
Des monuments végétaux vivants, véritable patrimoine culturel!
Un patrimoine à entretenir et à préserver, du feu en particulier depuis toujours... et de la redoutable bactérie Xylella fastidiosa aujourd’hui.

Syndicat AOC Oliu di Corsica : la vidéo

Image Video

L’AOP, un gage de qualité

Obtenue en 2004, l’Appellation d’Origine Contrôlée (devenue Appellation d’Origine Protégée en 2007) est ainsi venue récompenser le travail collectif d’une cinquantaine de récoltants passionnés et attachés à la sauvegarde du patrimoine oléicole insulaire, ainsi qu’à la valorisation de leur huile d’olive. Un signe officiel de qualité qui garantit, entre autres, l’origine - corse - des olives et leur lieu de trituration - la Corse - et récompense la tradition oléicole corse et le savoir-faire de ses hommes.
Une belle couleur or brillant caractérise l’Huile d’Olive de Corse- Oliu di Corsica AOP. Elle est produite exclusivement à partir de variétés locales : Sabina, Ghjermana di Casinca, Zinzala, Capanace, Ghjermana d’Alta Rocca (ou di Tallano), Curtinese. Les olives sont cueillies noires, c’est-à-dire à maturité des fruits. Elles perdent ainsi en amertume et piquant et dégagent subtilement les parfums du maquis corse. Selon la variété et le terroir, des nuances aromatiques s’ajoutent à l’arôme du fruit mûr.
Chaque lot d’Huile d’Olive de Corse - Oliu di Corsica AOP est dégusté avant la mise en marché par un jury d’experts afin de vérifier l’absence de défauts et le respect de la typicité. Il s’agit d’une disposition unique pour le contrôle d’un produit en  AOP, garantie supplémentaire pour le consommateur.
L’Huile d’Olive de Corse - Oliu di Corsica AOP est toujours produite en petite quantité, avec un savoir-faire ancestral associé aux méthodes de production les plus modernes. Sa rareté et sa qualité en font un produit d’exception.

« Récolte sur l’arbre » et « Récolte à l’ancienne » pour des saveurs différentes

Ce sont principalement les modes de récolte qui influent sur les arômes de l’huile : L’Huile d’Olive de Corse – Oliu di Corsica AOP se décline en une double gamme afin de permettre au consommateur de différencier les huiles les plus « douces » des plus « fraiches » : 
Les olives récoltées sur l’arbre, par action mécanique,  avant qu’elles ne chutent, donnent en effet une huile  « fraîche », relevée d’une pointe d’ardence et d’amertume, aux arômes d’amande, d’artichaut ou de pomme.
Les olives récoltées à l’ancienne, par chute naturelle sur filets, à surmaturité, offrent quant à elles une huile aux arômes « confits » d’olive noire, de fruits secs ou de fleurs du maquis. C’est une huile à la saveur très douce, exempte d’amertume et de piquant. 
Si l’Huile d’Olive de Corse AOP « Récolte à l’ancienne » accommode particulièrement bien les plats chauds tels que viandes et poissons grillés ou purées de pommes de terre, l’Huile d’Olive de Corse AOP « Récolte sur l’arbre »  dévoile tous ses arômes en accompagnement de salades ou de mets froids. 
Les bouteilles d’Huile d’Olive de Corse – Oliu di Corsica AOP portent un « macaron » pour les identifier dans l’une ou l’autre gamme.  

La mise en place d’une filière locale de plants d’oliviers certifiés

Face à la menace représentée par la bactérie Xylella Fastidiosa sur le verger oléicole de Corse, le syndicat AOC Oliu di Corsica met en place une filière locale de plants d’oliviers certifiés. 
Jusqu’en 2014, les nouvelles plantations étaient composées essentiellement  de plants d’oliviers  importés d’Italie. Mais les ravages causés par la bactérie Xylella Fastidiosa Pauca sur les oliveraies de la région des Pouilles et le fait que la maladie y soit hors de contrôle ont contraint les oléiculteurs corses à remettre en cause ces importations. En juillet 2015, la découverte de la bactérie Xylella Fastidiosa Multiplex en Corse et ses conséquences règlementaires sur l’introduction et la circulation des végétaux sur l’île les poussent à adopter d’urgence une solution alternative. 

Sélectionner, sécuriser et produire des oliviers corses 

Dès lors, il s’agit de proposer le plus rapidement possible une solution d’approvisionnement locale en plants d’oliviers agricoles de variétés corses aux producteurs insulaires, tout en menant en parallèle le programme de sélection d’évaluation des variétés corses. 
L’objectif visé est la production de plants d’oliviers sains, authentiques et de qualité, avec la mise en place d’ici trois ans d’une certification nationale CTIFL. 
Les premiers plants enracinés seront livrés aux pépiniéristes à partir de janvier 2017 et les premiers arbres prêts pour la plantation vendus à partir de l’automne 2017. L’objectif de production à terme est de 60 ha par an, soit 15 000 plants d’oliviers annuellement sur au moins 7 variétés corses.