À l’origine, Régis Roche et son associé cofondateur, Franck Festy, sont des biologistes cellulaires de l’université de La Réunion. Au tout début du projet, ils avaient juste besoin de prélèvements issus de liposuccions dans le cadre de leurs recherches sur le tissu adipeux. Mais au fur et à mesure des différentes rencontres avec les chirurgiens plasticiens, ils réalisent l’intérêt de la graisse pour la chirurgie réparatrice et la réalité de son utilisation. Malheureusement, les techniques utilisées étaient très empiriques, et les résultats en termes de « prise de greffe » étaient très insatisfaisants et aléatoires entre les patients. Généralement, plus de 50 % de la graisse se résorbaient après plusieurs mois (jusqu’à 70 % parfois) et il était nécessaire de refaire une injection. Les deux scientifiques se penchent alors sur cette problématique pendant les premières années de collaboration, en analysant chacune des étapes de la technique, afin d’identifier les points qui pouvaient influencer la survie du tissu après injection. Au bout de cinq années de labeur, ils ont pu établir un protocole et des outils adaptés qui permettent d’augmenter très fortement l’efficacité de la greffe en optimisant sa qualité. « C’est sur cette base que nous pouvons obtenir des résultats qui sont bien supérieurs aux autres techniques que l’on peut rencontrer aujourd’hui », affirme le directeur général de STEMCIS, Régis Roche.

Des dispositifs pour révolutionner la médecine esthétique

Ces dispositifs sont très spécifiques, protégés par plusieurs brevets, et permettent, dans une même opération, de prélever, traiter, et réinjecter du tissu adipeux, pour de multiples indications. Concrètement, il s’agit d’une greffe autologue qui consiste à réinjecter la propre graisse du patient.

Les produits s’adressent au marché du lipofilling (littéralement, « remplir avec la graisse ») pour être utilisés par les chirurgiens plasticiens ou maxillo-faciaux. Le but de cette technique est de redonner un volume, ou d’obtenir un effet « rajeunissant », grâce à l’injection de graisse. Les principales indications sont les reconstructions (après cancer du sein) et les augmentations mammaires, ainsi que le rajeunissement du visage, accompagné ou non d’un lifting. Contrairement aux prothèses ou aux produits de comblement de type acide hyaluronique, le lipofilling donne des résultats plus naturels.

Parallèlement, l’équipe travaille depuis déjà plusieurs années sur d’autres indications thérapeutiques, où il n’existe pas ou peu de traitements. « On s’intéresse notamment à l’arthrose, ou encore aux problèmes d’érection après ablation de la prostate à la suite d'un cancer. Nos dispositifs peuvent apporter des solutions innovantes et efficaces sur ce type de pathologie », explique le directeur général.

Une expertise et une technologie au service de la performance

STEMCIS apporte une technologie innovante dans une pratique qui existe depuis des dizaines d’années. « Nos dispositifs sont novateurs car ils permettent un traitement unique du tissu adipeux, de l’aspiration jusqu’à l’injection. Chacune des étapes est cadrée, protocolisée, avec des outils spécifiquement adaptés pour sa réalisation. » Les produits sont conçus pour permettre un lipofilling rapide et efficace, en assurant une survie cellulaire maximale.

En effet, il faut réellement considérer le tissu adipeux comme tous les tissus vivants : pour réaliser une greffe, il est nécessaire de suivre des règles strictes qui vont assurer son maintien. La démarche est la même que lors d’une transplantation cardiaque ou rénale, sauf qu’ici le patient est son propre donneur. Certains chirurgiens ont parfois tendance à penser qu’il suffit de prélever et réinjecter avec les outils qu’ils ont sous la main. Si cela peut convenir pour une lipoaspiration, c’est tout à fait différent lorsqu’il est question de réinjecter le tissu et d'assurer sa survie : un protocole strict doit être suivi et les outils qui permettent de prélever et de réinjecter doivent être adaptés. Il est clair que les canules utilisées au cours d’un rajeunissement facial où quelques centimètres cubes de graisse sont traités ne conviendraient pas pour une augmentation des fessiers où il est courant d’injecter un plus gros volume. « C’est aussi en cela que nos dispositifs sont innovants : ils sont dédiés aux indications particulières de chirurgie plastique et reconstructrice. Pour assurer une parfaite sécurité, ils sont également “tout en un”, stériles et à usage unique. »

Comment le lipofilling agit-il sur l’arthrose et les problèmes d’érection ?

Le tissu adipeux est vraiment au cœur de la technologie STEMCIS. La société exploite les multiples et remarquables propriétés de ce tissu pour le traitement de pathologies très variées : anti-inflammatoires, cicatrisantes, régénératrices, essentiellement au niveau de la peau, dont il est un constituant important. « Même si l’intérêt qu’il présente pour le lipofilling est indéniable justement grâce à toutes ces qualités, de nombreuses autres indications peuvent être envisagées, soit avec le tissu, soit avec les cellules qui le composent », indique notre interlocuteur. En effet, comme dans tous les tissus du corps humain, de nombreuses cellules souches sont présentes dans le tissu adipeux. L’immense avantage, c’est que celui-ci est facilement accessible et souvent disponible en grande quantité.

Concernant l’arthrose, problème majeur de santé publique qui touche près de 10 % de la population en France, Régis Roche a la conviction que le tissu adipeux, préparé dans les conditions adéquates, pourrait diminuer de façon importante les douleurs associées à la pathologie. Très peu d’études existent sur le sujet. En effet, tous les tissus adipeux ne se ressemblent pas et la méthode utilisée pour la préparation peut radicalement changer l’efficacité thérapeutique finale. Grâce aux dispositifs STEMCIS, le tissu préparé permet d’obtenir un tissu non inflammatoire, sans huile car les adipocytes sont préservés, et dépourvu de facteurs délétères pour les cellules.

Ces effets ont tout d'abord été validés par une injection de cellules adipeuses sur des chiens arthrosiques, en collaboration avec l'École nationale vétérinaire de Nantes (ONIRIS). Pour cela, 22 chiens ont été traités avec la solution. Le suivi des animaux à six mois montre une diminution très significative de la douleur (environ 50 %) et de la boiterie (-75 %), ainsi qu'une amélioration dans les activités quotidiennes. Aucun effet indésirable n'a été constaté après traitement (résultats d’essai préclinique chez le chien arthrosique).

Afin de confirmer la faisabilité et l’efficacité de ce traitement chez l’homme, un essai clinique est en cours, à Barcelone. 40 patients souffrant d’arthrose du genou ont été traités, soit avec une solution de cellules adipeuses préparée avec un dispositif STEMCIS, soit avec de l’acide hyaluronique qui est le traitement de référence actuellement (essai clinique arthrose). La sécurité de l’injection à court et moyen terme ainsi que le caractère peu invasif de la technique sont effectivement validés. Les premiers résultats montrent une amélioration très nette des scores de la douleur et de mobilité articulaire, avec un effet qui se maintient au moins six mois après traitement et qui semble, pour l’instant, supérieur à celui obtenu avec l’acide hyaluronique. Cependant, l’ensemble des patients ne sera analysé que dans les mois à venir, ce qui permettra d’avoir une vision claire de l’efficacité réelle du traitement.

En ce qui concerne les problèmes d’érection, le terme consacré est « dysfonction érectile ». Ces problèmes sont extrêmement fréquents et souvent irréversibles à la suite de l’ablation de la prostate dans le cadre du traitement d’un cancer. Dans ces situations, les traitements médicamenteux classiques (Viagra, Cialis, etc...) sont peu efficaces et la solution de l’implant pénien est très lourde et difficile à envisager. C’est dans ce cadre, que l’équipe a voulu tester l’efficacité de cellules du tissu adipeux sur les dysfonctions érectiles. Cette démarche fait suite à plusieurs expérimentations préliminaires réalisées avec des cellules extraites du tissu adipeux, afin d’étudier notamment leurs effets régénérateurs sur les vaisseaux sanguins (projet de recherche ischémie). Les résultats étaient très positifs. Dès lors, proposer une solution thérapeutique consistant en une injection unique et locale d’une préparation cellulaire autologue serait extrêmement séduisant et pourrait changer radicalement la vie de dizaines de millions de patients dans le monde.

Récemment, une étude réalisée par STEMCIS a permis de mettre en évidence, chez des rats où une dysfonction érectile a été provoquée chirurgicalement, que le traitement avec une solution cellulaire purifiée à partir du tissu adipeux conduit à une restauration des érections sur plus de 50 % des sujets. En outre, l’efficacité des érections est similaire à celle observée chez les rats témoins. Les cellules ont été purifiées grâce à un nouveau dispositif breveté, en rupture avec les technologies actuelles du domaine : il permet d’extraire certaines populations cellulaires spécifiques du tissu adipeux en quelques minutes, alors que les procédés d’extraction classiques prennent généralement entre une et trois heures. Ces résultats sont extrêmement positifs, car ils démontrent une repousse rapide des nerfs caverneux lésés lors de la chirurgie. C’est essentiellement cette action régénératrice qui permet d’obtenir une telle efficacité de traitement qui est au-delà des premières espérances. « Nous souhaitons à court terme valider ces résultats chez l’homme en réalisant un essai clinique », souligne Régis Roche.

Vous aimez cet article ?

Inscrivez-vous à la Newsletter
et recevez les bons plans de la semaine
(invitation voyage, théâtre, dîner,...)

inscription gratuite
Merci pour votre inscription.