Le Psychotraumatisme, une blessure psychique inscrite dans le corps

Suite à un événement traumatisant, le stress peut entraîner plusieurs symptômes : insomnies, dépression, angoisses et phobies, dépendances, maux de tête et douleurs résistantes aux traitements. La réaction traumatique s’inscrit alors dans le corps, à l’insu du patient qui ne peut la verbaliser. Ce processus morbide est la « Dissociation », notion élaborée par le grand psychologue français Pierre Janet [1859-1947]. La Dissociation fragmente la personnalité en plusieurs parties qui contiennent les mémoires résiduelles « gelées » des traumatismes, sous forme d’émotions, de sensations physiques, de perturbations sensorielles, de feed-backs et de comportements bloqués dans le passé. L’enjeu, pour le thérapeute, est de reconstituer l’unité de la personnalité en libérant le patient de ces mémoires dysfonctionnelles pour le ramener « au  présent ». Première phase : surmonter l’évitement des souvenirs traumatiques. « Pour continuer à vivre normalement », précise Françoise Pasqualin, « la victime met en place toute une stratégie d’évitement de tous les déclencheurs susceptibles de réactiver ses angoisses. Mais cet état d’alerte permanent épuise le patient. Plus le trauma est violent, plus la Dissociation sera marquée. C’est pourquoi, dans leurs consultations à Strasbourg* et Paris**,  Françoise Pasqualin et Bernard Mayer ont à cœur de valoriser le modèle dissociatif élaboré par Janet, reconnu depuis – en particulier aux USA – comme le fondateur de la psychotraumatologie moderne. 

* Cabinet F. Pasqualin, 1 place de l’homme de Fer 67000 Strasbourg Tel : +33 (0)3.22.50.40.47 / mail : ietsp.pasqualin@gmail.com
** Cabinet B. Mayer, 41 rue Boissière 75116 Paris
     Tél : +33 (0)1.44.05.05.90 / mail : mayerbernard@free.fr 

Vidéo de David Grand sur le Brainspotting

Redonner à Pierre Janet la place qu’il mérite

« Dans nos cabinets respectifs » évoque Françoise Pasqualin, « nous nous sommes aperçus, avec Bernard Mayer, que les techniques que l’on nous avait enseignées ne permettaient pas d’obtenir les meilleurs résultats thérapeutiques, notamment parce que les symptômes prennent leurs sources dans des zones du cerveau difficiles à atteindre par les thérapies purement verbales. Nous avons souhaité, Bernard et moi-même, chercher des réponses thérapeutiques plus larges pour répondre aux symptomatologies complexes et résistantes de nos patients. Or, les conclusions auxquelles nous avons abouties  nous ramenaient aux travaux étonnamment modernes et riches sur le plan théorique et du traitement du psychotraumatisme de Pierre Janet. Contrairement à Freud qui a réduit le traumatisme au trauma « imaginaire » ou phantasme, Janet s’est concentré sur le trauma « réel ». Relativement peu connu en France, Pierre Janet est pourtant une figure majeure du psycho-traumatisme Outre-Atlantique. « C’est pour rendre hommage à ses travaux et lui redonner la place qu’il mérite que nous avons créé l’Association Française Pierre Janet » (AFPJ, à visiter sur pierre-janet.org) précise Françoise Pasqualin. Une association aussi jeune que dynamique, où ressources documentaires et vidéos permettent d’en savoir plus sur Janet, son œuvre, et – surtout – la riche actualité de ses travaux pour la clinique contemporaine. Les formations de l’IETSP s’adressent aux professionnels de la santé français en leur proposant des approches thérapeutiques novatrices et pertinentes, dans le traitement des  psychopathologies dont celles en rapport avec les troubles post traumatiques.

Une approche concrète, pragmatique et tournée vers l’efficacité

Car depuis sa création en 2007 par Françoise Pasqualin et Bernard Mayer, l’IETSP forme en France de nombreux professionnels de la santé. Ces praticiens pourtant déjà expérimentés viennent y actualiser leurs connaissances pour répondre à des demandes de traitement sur des psychopathologies résistantes et en particulier la dissociation post traumatique.
Fondées sur les travaux de Janet, ces approches thérapeutiques permettent de résoudre les séquelles de traumas aigus ou chroniques, mais aussi les douleurs persistantes comme, par exemple, les céphalées chroniques, fibromyalgies ainsi que les addictions, l’anxiété, la dépression, les phobies, etc. En agissant sur le substrat sous-cortical d’une dissociation, les thérapies somato-psychiques dépassent les limitations des méthodes verbales. Car le trauma est plus souvent inscrit dans le corps que dans les mots. En mobilisant les ressources somatiques des patients, les résultats sont obtenus sans risque de suggestion. C’est bien ce qui a motivé Bernard Mayer pour élaborer la T.I.C.E. (Thérapie Intégrative Corps-esprit) présentée dans son ouvrage La psychothérapie non verbale des traumas (disponible sur Amazon en cliquant ici). Car l’IETSP se concentre sur l’obtention de résultats tangibles : les formations réservées aux professionnels de la santé sont animées par des spécialistes mondiaux tels que David Grand (USA), concepteur du BRAINSPOTTING ou Onno van der Hart (NL), expert mondialement connu de Pierre Janet et des formations spécialisées EMDR. « L’idée, c’est de proposer aux thérapeutes français au service de leurs patients, des formations aux bases scientifiques solides, en prise avec la réalité : nous incluons toujours des démonstrations et des ateliers pratiques » explique Bernard Mayer.

Vous aimez cet article ?

Inscrivez-vous à la Newsletter
et recevez les bons plans de la semaine
(invitation voyage, théâtre, dîner,...)

inscription gratuite
Merci pour votre inscription.