Les Subsistances sont installées dans un ancien couvent des sœurs de l’ordre de la visitation. Bâti vers 1640, l’établissement avait été converti par l’armée en un campement militaire au début du XIXe siècle. Le site s’agrandit grâce à la construction d’autres bâtiments autour, jusqu’à ce que la Ville de Lyon devienne l’unique propriétaire du lieu à partir de 1996.

Aujourd’hui, cet espace exceptionnel de 22 000 m² entièrement rénové abrite le Laboratoire international de pratique et de création artistique présidé par Nicole Gautier et dirigé par Guy Walter et Cathy Bouvard. L’École Nationale des Beaux-Arts de Lyon s'est également implantée sur les lieux en 2007.

Lieu de vie, de travail et de création

Le complexe s’articule autour de trois salles de spectacles, une grande verrière, trois espaces de travail, un espace d’exposition et une résidence d’artistes. « Nous avons des espaces de travail et de représentation de tailles extrêmement différentes. Certains font office de studio de répétition et d’autres sont dédiés aux productions de grandes dimensions », détaille Cathy Bouvard, codirectrice des Subsistances.

La résidence d’artistes, quant à elle, accueille des jeunes compagnies et des artistes professionnels de l’art vivant (danse, théâtre, nouveau cirque et numérique) issus du répertoire contemporain et dont la sélection est laissée aux soins de la direction artistique.

En plus d’offrir un hébergement sur une durée allant de 15 jours à 1 mois, Les Subsistances mettent à disposition des résidents un accompagnement artistique, un espace de travail, une équipe technique ainsi que des moyens de production adaptés. Au-delà, Cathy Bouvard tient à spécifier qu’« ici on leur prodigue du temps et la liberté de grandir, d’évoluer dans leur art et éventuellement d’aboutir dans leur projet artistique ».

En collaboration avec d’autres équipes ou devant un auditoire, ces artistes auront plusieurs opportunités de mettre à l’épreuve leur démarche artistique pour les amener vers une autre lecture de l’art.

Les temps forts de la saison 2018-2019

Le Festival Best Of est l’un des rendez-vous phares de l’année. Il réunit des performeurs reconnus autour des spectacles de danse, de musique et de création théâtrale. « Ces représentations sont en fait des projets artistiques créés par des artistes adorés et applaudis aux Subsistances, et qui sont aujourd’hui produits sur la scène internationale », précise la directrice. La saison 2018-2019 verra la participation de la chorégraphe Tânia Carvalho, dans The Recoil of Words, de Steven Cohen, qui va présenter son œuvre Put your Heart under your Feet… and Walk/ à Eluou encore de David Bobée œuvrant aux côtés de Ronan Chéneau et Béatrice Dalle dans Warm.

En janvier 2019, la nouvelle édition du MOI de la danse revient avec une programmation vibrante : spectacles-performances, ateliers pratiques, cours de danse-minute le weekend, bal de clôture et bien d’autres surprises encore. La directrice met surtout l’accent sur le Grand Témoin, « une rencontre-discussion entre un artiste et le public pour créer un moment de partage et d’émotion ». Après Carolyn Carlson en 2017, Christian Rizzo en 2018, c'est Jan Fabre l'invité de cette édition.

Le printemps laisse place à de nouvelles expériences à vivre en famille à travers l’évènement Une semaine sur Mars! « Les Subsistances sélectionnent des créations contemporaines les plus atypiques de la maison, préparées et présentées par un collectif d’artistes internationaux. » Au programme : une semaine de spectacles intenses (théâtre, cirque performance en plein air), pratiques artistiques pour enfants et ateliers pour le grand public.

Un trait d’union entre les formes artistiques contemporaines et les hommes

Les Subsistances sont un laboratoire pour les artistes mais aussi un pôle d’expérimentation pour le public. « Notre devoir est aussi d’ouvrir l’art aux générations futures et de leur proposer de nouvelles découvertes », tient à déclarer la directrice. Cette volonté se concrétise notamment par la mise à disposition des espaces de création aux jeunes artistes amateurs et la multiplication des workshops-brunchs organisés avec les professionnels de chaque discipline.

Les enfants, quant à eux, sont initiés au sein d’une communauté artistique : théâtre, danse, mercredis cirque, danse et cirque parents-enfants, yoga, etc...

Pour les jeunes adultes, le programme s’élargit également cette année avec des ateliers de yoga, chant, numérique, théâtre et danse à retrouver toutes les semaines. L’objectif est de permettre à chacun de s’approprier l’art et la culture, en engageant le public à différents niveaux de participation.

Par ailleurs, les artistes réalisent aussi des interventions hors les murs pour aller à la rencontre d’un large public diversifié. « Ils tournent dans certains quartiers de la ville, dans des lieux qui ne reçoivent pas des créations contemporaines en général et, bientôt, dans des centres médicaux et des centres d’éducation pour enfants », annonce Cathy Bouvard.

Vous aimez cet article ?

Inscrivez-vous à la Newsletter
et recevez les bons plans de la semaine
(invitation voyage, théâtre, dîner,...)

inscription gratuite
Merci pour votre inscription.