Quel est le concept du festival Radio France Occitanie Montpellier ? Sa vocation, ses origines, son histoire ?

Les initiateurs de l’évènement sont Georges Frêche, le maire de la ville de Montpellier en 1985, et Jean-Noël Jeanneney, PDG de Radio France à l’époque. L’idée de départ était de créer un festival dans le sud de la France, essentiellement de musique classique et de jazz qui servirait aussi de vitrine aux antennes et aux formations musicales de Radio France. On parle beaucoup de démocratisation culturelle aujourd’hui, mais le Festival a été un véritable précurseur. Et cela n’a pas changé depuis. Nous ouvrons la voie aux jeunes talents, aux œuvres rares, aux répertoires et partitions inconnus ou laissés dans l’ombre, aux nouveaux langages musicaux. Tout tourne autour de la découverte et de la création. Le Festival Radio France est accessible au plus grand nombre étant donné que 85% des manifestations organisées sont gratuites. Je suis directeur du festival depuis maintenant quatre ans et je m'inscris complètement dans cette continuité. On ne change pas une formule qui gagne !

Festival Radio France Occitanie Montpellier : la vidéo

Pourquoi la ville de Montpellier et la région Occitanie ?

Le Festival est né à Montpellier mais assez vite s'est développé d'abord dans les communes alentour (qui forment aujourd'hui la Métropole) et la région Languedoc-Roussillon. Depuis 2016, le Festival s'est étendu à toute la grande région Occitanie - qui est le premier et principal soutien du Festival -.

Mais le Festival reste bien ancré à Montpellier et le restera, pour des raisons historiques… et d’ordre technique. Il faut en réalité une grosse infrastructure pour organiser 180 concerts et accueillir plus de 100 000 spectateurs en moins de 3 semaines. Montpellier possède, plus qu'aucune autre ville de la région, les lieux, les salles de concerts, le domaine d'O maintenant, nécessaires à la réalisation du Festival. Ainsi sur 180 événements cet été, une centaine a lieu à Montpellier et dans sa métropole.

Pour cette édition 2018 qui a lieu du 9 au 27 juillet 2018, quels sont les temps forts de la programmation ?

« Douce France » constitue le générique de cette saison 2018. Beaucoup de moments forts et de nouveautés vont marquer l’évènement dont la recréation de trois ouvrages du passé, issus d’un répertoire datant du 18e et du 19esiècle. L’une d’elles intitulée Les Cris de Paris  revivra grâce à la participation de l’Orchestre Symphonique et l’Harmonie de la Garde Républicaine. C'est vraiment une œuvre inédite, signée de Jean-Georges Kastner, un contemporain de Berlioz et Sous-titrée "grande symphonie humoristique". La direction du projet est assurée par Hervé Niquet, ça promet d’être mémorable.

Je mentionnerai aussi notre contribution au 20ème anniversaire de l'inscription des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle au patrimoine mondial : le 25 juillet 2018, nous proposons simultanément six concerts dans six hauts-lieux différents qui se trouvent sur l’itinéraire des Chemins de Saint-Jacques en Occitanie.

L’année 2018 marque également deux centenaires la naissance de Leonard Bernstein le 25 aout 1918 et la mort de Debussy le 25 mars 1918. À Montpellier, ce centenaire sera commémoré notamment par la projection de documentaires exceptionnels sur Bernstein chef, pédagogue, inventeur des "Young People's Concerts".

En outre, nous aurons un spectacle orchestré autour des grands classiques de la chanson française, intitulé Douce France avec Isabelle Georges, Roland Romanelli - l'accordéoniste mythique de Barbara, l'orchestre de Pau, etc.

Vous programmez une première mondiale avec l'intégrale des 555 de Domenico Scarlatti en 35 concerts du 14 au 23 juillet. Pouvez-vous nous en parler ?

C’est un défi qui est parti d’un rêve partagé avec Marc Voinchet, le directeur de France Musique. Scott Ross a été le premier et le seul à avoir enregistré l’intégrale au disque de ces sonates de Scarlatti. Il a achevé cette colossale entreprise en 1988, il y a 30 ans, au château d'Assas, près de Montpellier. Cette fois, c'est une première mondiale, 30 clavecinistes vont donner en 35 concerts l'intégrale de ces sonates, en 13 lieux prestigieux de Montpellier et d'Occitanie. 

Les lecteurs peuvent se demander ce qui passe dans les coulisses de l’évènement. Vous qui êtes Directeur du Festival depuis 2004, vous avez surement quelques anecdotes à nous raconter.

C’est certain, il y a eu de nombreuses anecdotes ! Je me souviens de la première fois que nous avons invité la soprano star Sonya Yoncheva au festival 2016. Beaucoup pensaient qu'elle annulerait. Moi j'étais sûr du contraire, parce que je l'avais invitée avec son mari, le chef d'orchestre Domingo Hindoyan. Elle a adoré son séjour : « Montpellier pour moi rime avec détente incroyable, je me retrouve dans un lieu magnifique, je suis apaisée et entourée de ma famille » nous a-t-elle déclaréAlors en 2017, quand nous avons programmé un opéra en lien avec le thème du festival - le centenaire de la révolution russe - nous avons demandé à  Domingo Hindoyan si cet ouvrage l'intéressait. Il nous a rappelé en nous demandant si Sonya Yoncheva pouvait chanter le rôle-titre, puisqu'elle était normalement en  vacances. En fait, cette histoire reflète vraiment l'attachement des artistes au Festival. Quand ils viennent, ils n’ont qu’une envie, c'est de revenir !

Quelles évolutions imaginez-vous pour les saisons à venir du Festival Radio France Occitanie Montpellier ?

Nous n'avons pas vocation à multiplier le nombre de concerts et de lieux. Outre les moyens financiers et humains que cela impliquerait - et que nous n'avons pas - nous risquerions de perdre la dimension humaine du Festival et de nous transformer en une machine à produire des concerts. Porter la musique partout où elle peut aller, partout où elle est attendue, c'est la vocation première du Festival et c'est sans doute la plus noble des missions. 

Quand je vois ce qui se passe entre des artistes et des publics qui assistent pour la première fois de leur vie à un concert, je sais que nous touchons juste. La musique fait du bien à ceux qui l'écoutent !

Pour l'édition 2019, nous quitterons les paysages de notre Douce France pour une croisière autour de la Baltique.

Vous aimez cet article ?

Inscrivez-vous à la Newsletter
et recevez les bons plans de la semaine
(invitation voyage, théâtre, dîner,...)

inscription gratuite
Merci pour votre inscription.