Des plages de sable fin aux villages circulaires millénaires, des espaces naturels aux pinèdes exhalant les senteurs de garrigue, le cadre est enchanteur. Molière, Boby LAPOINTE et Pierre-Paul RIQUET, le constructeur du Canal du Midi, y ont laissé des marques indélébiles.

Mais ce qui constitue avant tout l’âme de ce pays, c’est la vigne. L’histoire, les paysages, l’architecture, l’archéologie, la géologie, la sociologie et même la gastronomie ne sont que les reflets du travail et des fruits de la vigne depuis si longtemps qu’il n’est pas possible de trouver une pierre qui n’ait servi à construire un mazet ou un muret, un homme qui n’ait taillé, vendangé ou vinifié, une maison, un château ou une cave qui n’ait servi à cette activité.

Des vues imprenables mêlant étang, mer et vigne sont visibles vers Pinet, la capitale du Picpoul, non loin de l’ancienne voie romaine ; plus surprenantes, les terres rouges près de Montagnac et Castelnau-de-Guers, composant l’étendoir des fées ! Pinèdes, garrigues, statues monumentales entrent dans cette mosaïque singulière de sols et de paysages ô combien attachante. Saviez-vous que la bauxite, le basalte, les cailloutis villafranchiens se rencontrent au gré des parcelles et donnent au vigneron une palette de vins peu commune ? Pour le promeneur, ce sont les couleurs de la terre qui surprennent le plus : rouge, ocres… Un tableau de Cézanne !

Des domaines prestigieux dressent leurs silhouettes majestueuses en haut de collines ou au cœur de bois et de parcs. Des murailles moyenâgeuses de Vias aux seigneuries et châteaux de Pézenas, l’amateur trouvera des écrins à la hauteur des vins produits. Si l’envie vous prend, vous pourrez convoler en justes noces dans l’une des chapelles médiévales de ces demeures. L’architecture contemporaine a su trouver sa place dans le traditionnel Languedoc : des bâtiments basse consommation, des caveaux ultra-modernes en béton ciré, un espace d’interprétation du vin avec bornes oeno-thématiques ou un concept intégrant restaurant, caveau, hébergement, le tout décoré d’œuvres contemporaines et d’objets de designers et artisans d’art locaux.

Longtemps le vin a été l’apanage des hommes, vignerons de père en fils. Aujourd’hui, de plus en plus de femmes sont à la tête d’exploitations viticoles et les dirigent avec bonheur : Cécile, Christine, Sabine, Anaïs, Sophie, Gersende, Anne, Fabienne, Cathy sont la nouvelle génération de vigneronnes, engagées et passionnées tout autant que leurs prédécesseurs.

Dans ce Languedoc qui demeure le plus grand vignoble de France, vous êtes au cœur de trésors bien gardés.

Là c’est tout un terroir viticole puissant qui s’investit logiquement dans la bonification de ses produits et le respect de l’environnement, l’embellissement et la restauration de son patrimoine et pour votre plus grand plaisir l’organisation de séjours œnotouristiques.  Des expériences de plus en plus immersives !
 

Un terroir diversifié et riche d’AOP et d’IGP

Situé plein sud, le terroir Hérault Méditerranée repose sur une variété de sols composés en grande partie de schiste, d’argile et de silice. Bercés par des influences maritimes, les vignobles du littoral, font la part belle aux cépages locaux tels que le picpoul et le marselan. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la mer, les cépages plus familiers du Languedoc, comme le mourvèdre, le grenache et la syrah, font leur apparition dans le paysage viticole. « Nous avons une belle complémentarité au niveau de nos terroirs », nous rapporte-t-on. En effet, tandis que les vins du littoral sont plus déclinés en rosé et en blanc, ceux de l’arrière-pays sont plutôt sur du rouge.

En tout, le terroir compte 3 appellations d’origine contrôlée (AOC Picpoul-de-Pinet, AOC Languedoc et AOC Clairette) et 5 indications géographiques protégées (IGP Côtes-de-Thau, IGP Côtes de Thongue, IGP Coteaux du Libron, IGP Vicomté d’Aumelas et IGP Pays d’Hérault). Parmi les vins les plus emblématiques figurent le Languedoc-Pézenas, les Coteaux-de-Béziers, la Clairette d’Adissan, le Picpoul-de-Pinet, les Côtes-de-Thau…

L’AOC Picpoul-de-Pinet a pris définitivement son envol en se détachant de l’AOC Languedoc en 2013. Elle confirme ainsi une identité qui lui est propre, largement influencée par la mer. En bordure de l’étang de Thau et face à la Méditerranée, l’appellation s’étend sur 1 500 hectares. Elle a bâti sa notoriété autour de la production d’un des plus grands vins blancs du Languedoc. Un blanc à la fois léger et vif, présentant des notes d’agrumes et de fleurs blanches.

Pour ce qui est de l’AOC Languedoc, deux terroirs se distinguent du lot : le terroir de Pézenas et les Grès de Montpellier. Les vins rouges de Pézenas présentent un bouquet aromatique dominé par des arômes méditerranéens de fruits noirs, de garrigue, d’aromates et d’épices. C’est sur ce terroir que s’établit un domaine prestigieux du nom de Saint-Jean de Bébian. Celui-ci fait partie du cercle fermé des plus anciens domaines du Languedoc, puisqu’il produit des vins depuis 1152. L’excellente réputation de Saint-Jean de Bébian a même convaincu un chef étoilé d’y poser ses valises en la personne de Matthieu de Lauzun.

Enfin, l’AOC Clairette du Languedoc, située en plein cœur de l’Hérault, produit exclusivement du vin blanc réputé pour ses arômes de fleurs blanches, de fruits frais, de vanille et de miel.

Côté IGP, les Côtes-de-Thau, localisées dans le département de l’Hérault, offrent des vins rouges, rosés et blancs qui se démarquent par des arômes minéraux et une importante palette de textures. Non loin de là, l’IGP Vicomté d’Aumelas est l’une des fiertés de l’Hérault. L’appellation produit en effet des rouges et des rosés charpentés et complexes, réputés dans le monde entier.

Office de tourisme Cap d’Agde Méditerranée : la vidéo

Œnotourisme : un éventail d’offres

Cap d’Agde Méditerranée est une région dédiée aux œnophiles. Il faut dire que son architecture viticole se prête idéalement à cette activité qu’est l’œnotourisme. Les nombreux vestiges gallo-romains présents sur le territoire démontrent que la production de vins se faisait déjà dès l’Antiquité. Par ailleurs, le territoire est parsemé de châteaux anciens datant du XVIIe et du XIXe siècle, autour desquels s’élaboraient des vins depuis l’époque de leur construction. Parmi eux, les châteaux « pinardiers », les seuls en France à produire du vin durant la période phylloxérique, ont permis au territoire de vivre son âge d’or.

Outre ses patrimoines architecturaux, Cap d’Agde Méditerranée a développé en quelques années tout un éventail d’offres en matière d’œnotourisme. Mis à part la « traditionnelle » dégustation dans les domaines, les visiteurs peuvent désormais vivre différentes expériences. De plus en plus de domaines proposent, par exemple, des hébergements, de la restauration et même des découvertes culturelles. S’ils le souhaitent, les visiteurs peuvent également effectuer les travaux de la vigne. « En achetant des coupons, ils font les vendanges, la taille des vignes ou la vinification », précise Jacques André.

Enfin, le territoire organise de grands évènements qui réunissent tous les amoureux des vins. Vinocap est un des plus importants évènements œnotouristiques à ciel ouvert du Sud de la France. Pendant trois jours, les visiteurs peuvent aller à la rencontre d’une centaine de producteurs au bord du port de Cap d’Agde. De belles expériences qui confortent la bonne position de Cap d’Agde dans le paysage vitivinicole.

Vous aimez cet article ?

Inscrivez-vous à la Newsletter
et recevez les bons plans de la semaine
(invitation voyage, théâtre, dîner,...)

inscription gratuite
Merci pour votre inscription.