pixel-facebook
logo-flash-matin

Arts de la table : toute la vaisselle et la décoration de la table

Gastronomie
Decoration-arts-de-la-table
Saint-Louis introduit l'esprit de la mixologie chez soi avec sa collection Manhattan

Fleuron de l’économie française pendant des siècles et particulièrement reconnue pour son savoir-faire, Saint-Louis ne cesse d’innover et d’émerveiller, inspirée par la forêt l’entourant et rendant hommage à tous les artisans ayant contribué à sa renommée. Toujours aussi contemporaine, son inspiration lui a permis de créer sa collection, de bar et d’accessoires de cocktail, Man...

Gastronomie
Decoration-arts-de-la-table
Le site Tasse et Assiette vous propose de la porcelaine de qualité à l’unité

Tous les jours, votre table aura un air de fête avec les services de vaisselle en porcelaine vendus par la boutique en ligne Tasse et Assiette.

modele-fuji-des-freres-teymen-thiers
Gastronomie
Decoration-arts-de-la-table
Les Frères Teymen, coutellerie artisanale : 40 ans de savoir-faire au coeur d’une tradition ancestrale

Il y a près de 40 ans désormais que les frères Teymen forgent et confectionnent des couteaux, dans la droite lignée d’une tradition datant de six siècles. Entre savoir-faire et innovation, la Coutellerie artisanale des Frères Teymen ne cesse de créer sa propre histoire en lançant de nouveaux modèles et en repoussant les limites de leur expansion.

sibo-homeconcept-a-labaroche-des-creations-de-designers-talentueux-qui-s-expriment-si-bien-dans-les-lignes-les-matieres-et-les-textures
Gastronomie
Decoration-arts-de-la-table
SIBO HOMECONCEPT : réinventer l’art de la table et de la décoration

Se sentir bien chez soi est une chose, se sentir tout simplement chez soi en est une autre. Parfois, le simple fait que l’on retrouve un peu de notre identité et de notre personnalité dans notre maison peut nous apaiser. C’est justement dans cet esprit qu'Agnès et Frantz GORLERO ont créé la marque Sibo Homeconcept.

sables-et-reflets-a-gruissan-la-carafe-a-whisky-ou-a-vin
Gastronomie
Decoration-arts-de-la-table
Sables et Reflets : l’art de la table dans sa splendeur

Sables et Reflets est un créateur de verres haut de gamme ainsi que divers articles pour l’art de la table et la décoration de la maison. Une entreprise aux valeurs familiales qui fabrique des produits authentiques, dont une gamme importante est fièrement réalisée à la main, pour satisfaire particuliers et entreprises.

Arts de la table, le savoir-faire des meilleurs artisans de France

Saint-louis
21 personnes aiment
Paris
Saint-Louis
Saint-Louis introduit l'esprit de la mixologie chez soi avec sa collection Manhattan
balade-a-velo
21 personnes aiment
Saint-Yrieix-la-Perche
Office de tourisme intercommunal du Pays de Saint-Yrieix
Pays de Saint-Yrieix : Terre de plaisirs partagés !
Tasse et assiette
21 personnes aiment
Quincy-sous-Sénart
Tasse et Assiette
Le site Tasse et Assiette vous propose de la porcelaine de qualité à l’unité
modele-fuji-des-freres-teymen-thiers
33 personnes aiment
Thiers
Coutellerie Les Frères Teymen
Les Frères Teymen, coutellerie artisanale : 40 ans de savoir-faire au coeur d’une tradition ancestrale
sables-et-reflets-a-gruissan-la-carafe-a-whisky-ou-à vin
21 personnes aiment
Gruissan
Sables et reflets
Sables et Reflets : l’art de la table dans sa splendeur
sibo-homeconcept-a-labaroche-des-creations-de-designers-talentueux-qui-s-expriment-si-bien-dans-les-lignes-les-matieres-et-les-textures
23 personnes aiment
Labaroche
SIBO HOMECONCEPT
SIBO HOMECONCEPT : réinventer l’art de la table et de la décoration
Actiforge
22 personnes aiment
Montbrison
ACTIFORGE
Actiforge, la tradition des couteaux de Laguiole et leur innovation
couteau-virgilio-muñoz-caballero-noir
25 personnes aiment
Laguiole
Forge de Laguiole
La Forge de Laguiole :
30 ans au service du couteau bicentenaire

LES ARTICLES LES PLUS LUS

Restaurant Seb'On, ou tout simplement chez Sébastien

« Que du frais et des produits de qualité ». Le restaurant Seb’on s’appuie sur ce concept pour séduire sa clientèle. Et ça marche ! « Nos clients viennent pour notre travail artisanal identitaire mettant à l’honneur le fait maison avec tendance gastronomique », raconte Sébastien Héloin, maître des lieux. Ainsi, pour préparer une glace au praliné, il préfère concocter sa propre praline lui-même, en caramélisant et en torréfiant les noisettes. Le plaisir de chaque convive étant la priorité de l’établissement, il s’efforce de changer ses menus toutes les semaines, en fonction des saisons et de la disponibilité des produits. « Néanmoins, grâce à un partenariat avec les fournisseurs de Rungis, il arrive que des changements s’opèrent en cours de semaine », annonce le propriétaire. Les spécialités de la maison Malgré la diversité de sa carte, l’établissement propose toujours son plat-signature depuis son ouverture, le 28 juillet 2014, à savoir le foie gras au vin rouge. Préparé avec des épices de vin chaud, de la cannelle ou des clous de girofle, ce mets est à faire précéder d’une entrée à base de poisson ou de viande. Il est très apprécié des « franchouillards », mais aussi des touristes venus visiter Montmartre, qui l’appellent parfois le « foie gras parisien ». Pour découvrir tout le savoir-faire du chef, les noix de Saint-Jacques snackées agrémentées de risotto noir et de jus de homard sont à déguster absolument. « Ce plat est préparé à base de riz noir riche en céréales, qui, autrefois, en Chine, était réservé à l’empereur », explique-t-il. Dans le registre du dessert, Monsieur Héloin fait preuve d’innovation en concoctant son diplomate au litchi, gâteau servi avec un crémeux de clémentine corse, le même que celui utilisé pour agrémenter les tartes au citron. Au coup de cœur… Pour accompagner les plats proposés par le restaurant Seb’On, le chef aime suggérer quelques accords à sa clientèle. Toutefois, toujours fidèle à son concept de diversification, il lui arrive de présenter d’autres vins choisis « au coup de cœur ». Ainsi, les convives pourront savourer des vins issus de la vallée du Rhône, de la Bourgogne ou des Hautes Côtes de Nuits, et notamment de chez Pierre Naigeon, un jeune passionné qu’il admire particulièrement. ...

Saveurs en’Or :
la gastronomie made in Nord-Pas de Calais

Il y en a pour tous les goûts : fruits et légumes, produits de la pêche, viande et volaille mais aussi boissons, charcuterie, plats cuisinés, boulangerie-pâtisserie, sucreries ou produits laitiers. Saveurs en’Or représente aujourd’hui la marque des produits de qualité fabriqués en Nord-Pas de Calais, que ce soit une tarte au sucre, une gaufre à la cassonade ou des bêtises de Cambrai tout comme l’andouillette, le bœuf à la bière de l’Avesnois ou l’endive. Force est de constater que le désormais célèbre blason est devenu une référence. L’objectif initial, c’était bien de « prendre la main de l’agriculteur et la main du consommateur puis les réunir », rappelle Jean-Marie Raoult fondateur et président de Saveurs en’Or. Cette initiative originale de la Chambre d’agriculture et du Conseil régional Nord-Pas de Calais a commencé avec une trentaine de produits. Plus de dix ans après, les résultats sont au rendez-vous : non seulement, Saveurs en’Or valorise plus de 1000 références, mais elle est également largement présente dans les rayons de la grande distribution.  Surtout, elle représente aujourd’hui un gage de qualité. Car ne devient pas Saveurs en’Or qui veut. Il faut d’abord que les matières premières soient cultivées en priorité en Nord-Pas de Calais ou que les produits soient transformés dans la région, avec un minimum de 50% de denrées issues de la région. Il faut ensuite répondre à un cahier des charges strict, avec des exigences en matière de traçabilité et d’hygiène notamment. Chaque année, un organisme certificateur indépendant se charge de vérifier que le cahier des charges est bien respecté par les entreprises.  Enfin, un panel de consommateurs goûte régulièrement les produits pour attester de leur saveur incomparable.  Un partenariat gagnant-gagnant Derrière la marque collective Saveurs en’Or, il y a aussi et surtout un partenariat gagnant-gagnant. Gagnant pour les consommateurs de plus en plus désireux de consommer des produits locaux et de qualité. Gagnant aussi pour les producteurs et les distributeurs, en offrant de nouveaux débouchés notamment dans les grandes surfaces et en valorisant ainsi les entreprises génératrices d’emplois sur le territoire.  Tous les producteurs sont d’accord. « En adhérant à la démarche Saveurs en’Or, nous défendons notre souhait de voir la véritable Lucullus de Valenciennes préservée au rang de produit du patrimoine gastronomique du Nord », note Augustin Motte, dirigeant de la société produisant cette fameuse spécialité de langue de bœuf fumée avec du foie gras. « Etre marqué Saveurs en’Or nous apporte non seulement un gage de qualité mais aussi un développement économique incontestable via le réseau de distributeurs partenaires et les nombreuses actions de promotions », ajoute Patrick Defroidmont, spécialiste de la fabrication artisanale de Maroilles. « Nous pouvons afficher notre fierté de travailler des produits, avec des viandes élevées, abattues, transformées et consommées au sein de notre région », conclut Laurent et Jean Pruvost, de l’entreprise familiale Pruvost Leroy. La marque collective représente aujourd’hui plus de 10 000 emplois dans la région. En offrant de nouveaux débouchés, elle a réussi le pari de valoriser le savoir-faire culinaire de toute une région, de l’éleveur au transformateur. Les consommateurs le savent : non seulement, ils misent sur de la qualité mais ils soutiennent aussi les filières de production durables. www.saveursenor.com ...

Le Potager du Mas : les plaisirs de la Provence

A proximité du village provençal d’Eygalières et de Saint-Rémy-de-Provence, Le Potager du Mas, restaurant du Domaine de la Rose, est l’adresse « détente » pour passer un week-end dans une demeure de charme et profiter des plaisirs d’une cuisine au plus proche de la nature. Sa propriétaire, Fabienne Huppert et Franck Reveniault responsable du restaurant ont permis à cet établissement, s’étendant sur un domaine de 25 hectares, d’être labélisé « Marque Accueil du Parc », « Table Remarquable » par Châteaux et Hôtels Collection et obtenir 2 fourchettes au prestigieux et très convoité guide Michelin. Mas du Potager : cuisine et vins du terroir Ici, la cuisine est réalisée par le chef Fabien Taguemount. Un jeune chef qui a fait ses classes dans de prestigieux établissements : L’Oustau de Baumanière aux Baux-de-Provence,  La Table du Château à Rochegude. Au Potager du Mas, il présente une cuisine gastronomique française aux accents de la Provence. Une cuisine simple et de saison privilégiant des produits d’exception cultivés au sein même du Domaine de la Rose mais également en provenance de maraîchers locaux. Ayant la passion du beau produit, Fabien Taguemount propose une carte étoffée composée de plats signature fait maison, savoureux et aux couleurs vives. La reconnaissance des plus grands chefs a révélé son talent et l’originalité majeure de certains de ses plats. C’est le cas de l’aubergine du potager. Une entrée soigneusement élaborée à partir d’une aubergine grillée et confite au four avec des aromates, des herbes de provence, de l’ail et de l’huile d’olive. Le tout cuit lentement au four et sur lequel sont plantés des légumes cuits et crus comme des radis, tomates-cerises et concombres. Un plat accompagné d’une simple vinaigrette balsamique dont l’huile d’olive est produite directement au domaine de la Rose. En bouche, toutes les saveurs de la Provence se révélent avec des sensations étonnantes de croquant et moelleux. Accompagné d’une Cuvée Confidence millésime 2013 du domaine d'Eole, l’Aubergine du potager affirme toute son originalité. Autre plat signature, l’agneau des Alpilles. Plat élaboré à partir d’un carré et d’une souris d’agneau. Ici, le carré d’agneau entier est accommodé d’une fine croûte d’herbe fraîche et de pignons de pin dont la cuisson parfaite laisse à la viande toute la jutosité. A l’oeil, une chair légérement rosée. En bouche, une viande à la texture tendre avec des sensations croustillantes par sa croûte légére et ses pignons dorés. Ce carré est également accompagné d’une souris d’agneau, confite lentement au jus de viande et au vin rouge, ce qui donne à ce plat un caractère doux et caramélisé. Servi avec des aubergines, de fines tranches de lard et un crumble au parmesan et basilic, il révéle toutes les saveurs du terroir provençal. En guise de dessert, le tartare de fraises et framboises élaboré à partir de fruits de saison du domaine. Découpés finement et nappés d’une confiture d’olives noires, le chef arrive à créer un contraste particulier au niveau des couleurs et des sensations étonnantes au niveau du palais. L’ensemble est accompagné d’une crème mousseline à la vanille, d’un sorbet au fromage blanc et d’olives noires réhaussé d’une fine feuille de verveine donnant fraicheur et un goût légérement citroné à la composition. Globalement, l’établissement défend les valeurs du beau produit, du manger frais et de saison. Quant au chef, Fabien, sa philosophie est de sublimer le produit en proposant des textures en bouche contrastées, finement étudiées et une cuisine originale qui met toute la Provence dans notre assiette. Une carte des vins Le Potager du Mas propose une sélection de blancs, de rouges et de rosés, principalement issus du terroir et mettant en avant des productions viticoles et A.O.C de la région. Des cépages du Domaine du Trévallon comme l’Eloi Dürrbach, un rouge millésime de 2010, du Domaine du Vallon des Glaug...

La Roumanière : une confiturerie  et une biscuiterie un peu particulière…

Lancée en 1981, La Roumanière est un Établissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT) implanté dans le département du Vaucluse. Elle fait partie des établissements fondés par l’Association Vauclusienne d’Entraide aux Personnes Handicapées (www.aveph-asso.com). Un établissement en plein essor Établie sur le village de Robion, une localité située au cœur du verger provençal, La Roumanière se spécialise dès son origine dans la fabrication de confitures, qu’elle complète par celles de biscuits et de miels. Ses activités se sont tournées principalement vers les marchés du domaine de l’agroalimentaire. « On a continué à développer l’activité avec une biscuiterie en 2009 et, depuis 2012, nous avons développé un site de production à Avignon », précise Norbert Guillarme, le directeur de l’établissement. L’enseigne compte actuellement plus de 600 clients actifs. Ces fidèles consommateurs sont composés de maisons d’hôte, de commerces de proximité « et même de compagnies aériennes », nous souffle-t-on. Insertion sociale et professionnelle Fidèle à ses valeurs et à ses engagements, La Roumanière favorise l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap. Son personnel est constitué de quatre-vingt-trois personnes « extraordinaires ». « J’ai trente-huit personnes sur le site originel de production situé à Robion, cinq autres personnes assurent la logistique et la préparation des commandes en expédition dans le monde entier, et quarante personnes sur le site de production d’Avignon », précise notre interlocuteur. «Ces personnes bénéficient d’un accompagnement socio-professionnel permanent. » Des produits prestigieux Grâce à leur saveur exquise, les confitures sont des douceurs indétrônables de la gastronomie française. Afin d’être à la hauteur des besoins des consommateurs, La Roumanière propose une quarantaine de variétés de confitures avec des conditionnements variés, allant du pot en verre de 25 g à 1 kg. « Les best-sellers, ce sont les confitures très classiques à base d’abricots, de fraises ou de figues. Nous avons aussi une dizaine de variétés qu’on appelle "la confiture de prestige" », fait savoir Norbert. Catégorisées dans les produits haut de gamme, les confitures de prestige sont confectionnées à partir d’un cocktail de fruits et d’alcool. Conçu à partir d’une recette traditionnelle, le confit de figue au nougat est un autre incontournable qui fait des ravages surtout en période de fin d’année. Ce produit gourmand au goût authentique accompagne parfaitement un plat de foie gras. Attestant de la qualité des produits, ces derniers sont référencés dans les meilleurs guides comme Le Guide du Routard ou Le Petit Futé et cela, depuis plus d'une dizaine d'années. ...

Un parfum de gourmandise :
déluge de saveurs à Périgueux

Faire plaisir, il n’en faut pas beaucoup plus pour faire le bonheur de ces deux épicuriens. Riches de leurs expériences passées et animés par une passion effrénée pour leur métier, Sébastien Riou et Catell Kergadallan peuvent se targuer d’offrir l’une des tables les plus réputées de Périgueux. A l’honneur : une cuisine gastronomique, gourmande et maîtrisée à travers laquelle vous vous laisserez surprendre par la créativité débordante du chef. Chaque plat raconte une histoire : celle d’une originale association de saveurs et produits triés sur le volet auprès de producteurs locaux. Un concept unique Ayant passé son enfance en Lorraine, Sébastien Riou fait ses classes dans de prestigieux établissements notamment à Carantec auprès du chef doublement étoilé Patrick Jeffroy ou encore à Valence chez Anne-Sophie Pic détentrice de trois macarons au Guide Michelin. Chez l’un, Sébastien s’initie à la sélection rigoureuse des produits, chez l’autre, il apprend à mettre en avant rigueur et inventivité. Grâce à ses talents, il décroche un poste important à Puylaurens au Cap du Castel dont il devient le chef de cuisine. Voulant s’épanouir davantage en ayant la liberté de faire sa propre cuisine, le chef décide d’ouvrir son établissement. Il vivra cette aventure avec sa compagne Catell Kergadallan, pour qui l’univers de la cuisine n’a plus aucun secret. Ayant grandi dans une famille de maraîchers, elle est très tôt initiée au goût des bons produits. Son parcours au sein des grandes maisons comme les Relais & Châteaux des Côtes Finistériennes ou encore chez Michel Chabran à Pont de l’Isère (26)  l’a aidé à acquérir une importante expérience qu’elle met désormais à profit au Parfum de Gourmandise où elle assure l’accueil et le service. Au rythme des saisons, ce restaurant désormais incontournable à Périgueux s’est lancé dans le concept de menu unique. L’idée est de vous faire découvrir des produits nouveaux qui n’auront probablement pas attiré votre attention dans un autre contexte. Laissez-vous guider par le prodigieux talent du chef en cuisine et appréciez l’expérience. Une rigoureuse sélection de produits auprès de producteurs locaux Ce menu unique est à la base constitué de quatre plats à savoir deux petites entrées, un plat et un dessert. Toutefois, il est possible d’aller jusqu’ à cinq voire sept services pour ainsi goûter à toutes les propositions suggérées par la maison. La cuisine personnelle inspirée de l’enfance du chef promet de surprendre vos papilles. L’un des ingrédients pique votre curiosité ? Catell vous donne de plus amples explications et va même aller le chercher en cuisine pour vous le montrer. Ce moment d’échange contribue à amplifier votre expérience Au Parfum de Gourmandise. La création des menus s’effectue en fonction des produits disponibles chez les éleveurs et agriculteurs locaux. « Tout est réfléchi d’avance. Deux à trois mois à l’avance, on fait un point avec nos maraîchers pour savoir ce qu’ils vont pouvoir nous offrir d’ici quelques mois. C’est de là que naissent les idées du chef » raconte Catell. D’ailleurs, en consultant la carte, la liste de producteurs qui ont aidé le chef à monter son menu est affichée. Une manière de rendre hommage au fabuleux travail de ces professionnels. Quand la simplicité côtoie le raffinement Le décor mise sur la simplicité et le raffinement. Rien de trop guindé. La salle révèle un style sobre avec une prépondérance de couleur claire pour conférer plus de luminosité. La cheminée en pierre donne un côté rétro-chic tandis que les poutres apparentes procurent une ambiance plus traditionnelle. Les luminaires judicieusement agencées donnent du charme à l’ensemble sans oublier l’art de table, avec des assiettes notamment dénichées chez la céramiste du coin. En tout, le restaurant possède 16 couverts répartis sur 6 tables. Pour être sûr d’y avoir ses entrées, il est donc plus sage de r...

Le Buron du Ché :
une cuisine rustique aux mille et une saveurs

Dans les hauteurs d’Aubrac, au beau milieu des massifs volcaniques, Arlette et Christian Bessière décident de transformer cette bâtisse abandonnée en un véritable sanctuaire culinaire : Le Buron du Ché. Installé au bout d’un chemin sinueux, ce paradis des gastronomes profite d’une excellente localisation d’où il est possible d’admirer les monts d’Aubrac. Un refuge culinaire en pleine montagne Le restaurant propose deux salles de styles différents. Ceux qui désirent profiter d’une ambiance plus intime et préserver la chaleur de leurs retrouvailles, le Petit Buron leur réserve charme et discrétion et peut accueillir jusqu’à 50 personnes. Puis, de l’autre côté, à travers ses grandes baies vitrées, le Grand Buron, d’une capacité de 80 places, fait profiter d’une vue panoramique donnant sur la vallée du Bes, les monts du Cantal et l' Aubrac. Au sein du restaurant, une ambiance chaleureuse et conviviale se fait ressentir. Les poutres apparentes en bois donnent du cachet à l’établissement et tranchent avec les tables et les chaises en métal. Une prédominance de couleur claire donne un aspect élégant et spacieux à la salle.  L’aligot à l’honneur L’aligot est le plat phare de la maison. Minutieusement préparée par Christian Bessière, cette spécialité culinaire traditionnelle de la région d’Aubrac accompagne la plupart des plats servis au restaurant. Aujourd’hui, il est préparé à base de crème, de purée de pommes de terre, de beurre et de tome d’aligot. De nombreux menus gourmands à découvrir Le chef tente de satisfaire toutes les envies gourmandes, en proposant différents types de menus : Saveur, Goût du pays, Tradition, Dégustation, Terroir… Comme leur nom le sous-entend, ces suggestions culinaires font honneur aux produits du terroir fournis par les producteurs locaux. Les menus ont un point commun : ils sont constitués de viandes servies toutes sans exception avec l’incontournable aligot. À la carte, les papilles se délecteront en entrée d’une succulente crème brûlée au foie gras et pain d’épices. Le repas enchaine ensuite avec un risotto aux cèpes et gambas poêlés pour ceux qui affectionnent les produits de la mer. Sinon, il est possible de commander un mignon de porc en croûte ou une entrecôte pour les amateurs de grillades. Pour finir, les desserts maison au choix apporteront une note de gourmandise et de douceur à ce repas mélodieux.  Les convives qui désirent manger plus léger ne sont pas en reste. Le restaurant leur réserve un vaste choix de salades, dont la salade du Buron, une spécialité de la maison composée, entre autres, de jambon du pays, de fromage, de croûtons et de salade verte. En outre, la salade d’écir enchantera les palais. L’écir, ce fromage typique d’Aubrac doté d’une pâte jaune pâle, est apprécié pour ses douces saveurs de gentiane et de miel.  ...

Les Nouveaux Robinson : un engagement au quotidien

Lorsqu’ils ouvrent leur premier magasin à Montreuil-sous-Bois, Les Nouveaux Robinson sont les pionniers dans la distribution de produits bio. Ils s’installent ensuite à Neuilly et Boulogne. Aujourd’hui ils comptent 20 magasins sur toute l’Île-de-France. Leurs produits Tous les produits vendus dans les magasins Les Nouveaux Robinson sont des produits biologiques de qualité. Ils privilégient notamment des labels tels que Nature & Progrès, Demeter et Bio Cohérence qui développent des cahiers des charges plus exigeants que la certification européenne. L’approvisionnement se fait en priorité auprès de petits producteurs locaux avec lesquels ils nouent des partenariats. Pour limiter les déchets, beaucoup de produits sont vendus en vrac et donc au poids : riz, pâtes, fruits secs, diverses céréales et graines, gâteaux secs … Leurs engagements Les Nouveaux Robinson ont fait le choix, entre autres, de garantir une rémunération juste des producteurs, ainsi qu’une redistribution des richesses vers leurs salariés et sociétaires. Ils s’engagent également au niveau écologique en alimentant l’ensemble de leurs magasins en électricité verte grâce à Enercoop. Ils développent aussi une politique de recyclage et de lutte contre le gaspillage alimentaire. Ils ont ainsi mis en place, en partenariat avec l’association Cap ou Pas Cap, un garde-manger et frigo solidaire devant leur magasin installé au 212 avenue de Daumesnil (Paris 12ème). Chacun peut venir y déposer et/ou prendre librement et sans obligation de réciprocité, des denrées alimentaires. Ainsi, il tend à sensibiliser les habitants à la lutte contre le gaspillage alimentaire et à favoriser le lien social et la solidarité locale. Quant au magasin d’Ivry, il donne chaque jour ses invendus à Emmaüs pour leur distribution alimentaire. L’enseigne donne également ses invendus à des associations d’étudiants qui œuvrent en faveur de l’environnement. Les Alchimistes récupèrent quant à eux les invendus du magasin de Saint-Michel pour en faire du compost local et urbain. Depuis sa création, la coopérative soutient aussi annuellement des associations à vocation écologique et sociale, comme Emmaüs, Les Amis de la Terre, Demeter, Bio Cohérence, Terre de liens, Association Coup de Main, ou encore Nature et Progrès. Les Nouveaux Robinson ont également reçu l’agrément « Entreprise solidaire d’utilité sociale », renouvelé en 2014 pour 5 ans. Cet agrément délivré par la DIRECCTE atteste d’un engagement en faveur de l’équité avec une échelle des salaires réduite et une finalité de service à la collectivité ou aux membres plutôt qu’une finalité du profit. Le Panier Robinson Les Nouveaux Robinson s’engagent aussi pour permettre au plus grand nombre d’accéder à des produits biologiques. C’est pourquoi ils ont mis en place la sélection Panier Robinson composée d’une centaine de produits de consommation courante sur lesquels ils réduisent leurs marges. Depuis janvier 2018, ils ont fait le choix d’y intégrer également deux fruits et légumes de saison et d’origine française. Tous ces produits sont facilement identifiables dans les rayonnages grâce aux étiquettes spécifiques "Panier Robinson". ...

Château Grand Ferrand :  des vins classiques et puissants

Terroir viticole et originalité bordelaise La notion de terroir est au cœur de la tradition viticole.  Le terroir est un lieu insolite - son climat, sa pédologie et ses traditions - situé à la croisée de deux chemins longs de plusieurs siècles : celui d’un homme et d’un cépage qui s’y sont rencontrés et qui, depuis, cheminent ensemble.  L’originalité des vins de Bordeaux naît du rituel de l’assemblage de ses cépages, chaque année recommencée dans le secret de nos chais. Classicisme Bordelais Au cœur de l’Entre Deux Mers, le château Grand Ferrand est doté d’un terroir de vallons et de terres argileuses.  De ces terres que l’on dit tantôt fortes, dures à travailler ou à apprivoiser ; et tantôt amoureuses tant elles se cramponnent et collent aux pieds de qui les foule.  C’est pourtant sur ce terroir de caractère que s’épanouissent avec harmonie nos vignes de Cabernet Sauvignon, Merlot, Malbec, Sémillon, Muscadelle et Sauvignon.  Qu’elles y sont vendangées, vinifiées et scrupuleusement assemblées en des vins élégants, puissants et racés, héritiers du Classicisme Bordelais. ...

Champagne Michel Marcoult : d’authentiques champagnes de récoltant-manipulant

Depuis sa création en 1967 par Michel Marcoult, cette famille vigneronne a toujours été récoltant-manipulant, produisant uniquement et elle-même le produit de ses récoltes. Un duo père-fils complémentaire Actuellement, le domaine est géré de concert par Francis et Julien, fils et petit-fils de Michel Marcoult. Passionné tout autant que son père, Julien a rejoint la maison familiale en 2004. Depuis, le père et le fils ont mis leur complémentarité à profit pour créer de nouvelles cuvées ; nouvelles, mais toutes travaillées selon la tradition et à l’ancienne, c’est-à-dire en fûts de chêne. Des terroirs atypiques Couvrant près de 9,5 hectares, le vignoble du champagne Michel Marcoult est réparti sur trois terroirs : la côte du Sézannais, la côte des Bars et celle de Vitryat. La maison Marcoult puise sa force dans la typicité de son terroir et dans sa diversité pour élaborer des champagnes riches et authentiques. « Il faut savoir que la côte de Sézanne, très crayeuse, est très qualitative pour le chardonnay », précise Florence Marcoult. Deux gammes de champagnes disparates Chaque année, Champagne Michel Marcoult produit environ 60 000 cols, répartis en deux gammes. Composée de six cuvées, la « gamme classique » permet à tout un chacun de trouver celle qui lui correspond le mieux. Constituée de trois cuvées, la « gamme authentique » est quant à elle plus distinguée. « Les Macrêts », « Les Bonnots » et « Les Carabins » sont des cuvées exceptionnelles issues de sélections parcellaires, travaillées à l’ancienne et élevées en fûts de chêne. Elles conviennent parfaitement pour les événements exceptionnels de la vie. ...

Istrenn Passion, la passion de l’huitre

L’ostréiculture est une des principales activités économiques maritimes de la Bretagne et en particulier dans le golfe du Morbihan. Chaque année, près de 10 000 tonnes d’huitres sortent des bassins des exploitants locaux à destination des tables de France, d’Europe et en bien de pays du monde. Les deux variétés d’huitres, la creuse et la plate, sont exploitées dans la péninsule. Toutefois, les professionnels privilégient surtout l’huitre plate, espèce indigène d’Europe peu charnue et à la saveur douce au goût de noisette.   Histoire de l’ostréiculture bretonne À l’époque de l’Empire romain, les huitres armoricaines faisaient déjà partie des mets les plus recherchés. Ces huitres, encore sauvages, étaient destinées aux familles puissantes et riches des grandes villes. Les débuts de l’ostréiculture ne sont pas précis, la première mention remonte au IVe siècle, lorsqu’un poète de l’époque en fait l’éloge dans ses écrits. Au XVIIIe siècle, la ville de Cancale s’est imposée comme étant la capitale de l’huitre française.L’ostréiculture moderne, elle, a débuté sous Napoléon III, avec le naturaliste Victor Coste. Les premières unions locales ne se créèrent que durant l’entre-deux-guerres, idem pour les premiers syndicats. En 1920, une épizootie détruit 90% de la population ostréicole, puis une autre encore dans les années 1970. Une nouvelle variété originaire du Japon a dû être réintroduite dans la baie pour repeupler les parcs de la région.Actuellement, la filière est strictement encadrée par les législations régionales, nationales et européennes,qui garantissent sa pérennité.   Les activités d’Istrenn Passion Dans le golfe du Morbihan, à Saint-Philibert, face à la Trinité-sur-Mer, se trouve Istrenn Passion, dirigé par Gildas Mourier. Un des rares à faire partie de ceux qui continuent à perpétuer l’art de l’ostréiculture traditionelle. Ce passionné a repris ce chantier trois ans auparavant et s’en occupe personnellement avec l’aide d’un ouvrier. Sa principale activité est la production d’huitres naturelles, c’est-à-dire issues de reproduction en mer, sur un parc aquatique de 3 hectares. Istrenn Passion vend au détail et sur place ses huitres et autres fruits de la mer comme les coquillages et les crustacés.Restaurateurs locaux et grandes surfaces forment le réseau de clients d’Istrenn Passion.L’entreprise effectue aussi des expéditions dans toute la France et l’Europe. Une petite partie de la production est destinée à l’exportation.Toute l’année, 7 jours sur 7, Istrenn Passion accueille les visiteurs sur le chantier installé au bord de l’eau ; celui-ci offre une vue imprenable face à la Trinité-sur-Mer. Des séances de dégustations d’huitres, de coquillages et de crustacés directement issus de la pêche y sont organisées. Des visites guidées invitant à la découverte du métier de l’ostréiculture au travers d’un parcours ludique et pédagogique sont également proposées. Au cours de cette activité, les visiteurs enrichissent leurs connaissances sur l’histoire de l’huitre, de la naissance à la consommation, ou sur la manière de les ouvrir. Il est par ailleurs possible de recevoir des groupes pour des évènements familiaux ou professionnels. L’exploitation travaille en étroite collaboration avec les organismes locaux tels que les offices de tourisme de Saint-Philibert, de Crach, de Locqmariaquer et de la Trinité-sur-Mer ainsi que le Comité départemental du Morbihan pour développer ses activités touristiques. ...

Château de Salles : la fierté d’un vigneron endurci

Premier viticulteur de la famille, Henry de Batz, à la tête du Château de Salles, porte fièrement son titre de vigneron indépendant. Le terroir rêvé Le domaine est implanté sur des terres de coteaux de type argilo-calcaire. Bénéficiant d’une exposition sud-ouest, le terroir se prête idéalement à la viticulture. Cela donne naissance à des vins de grande finesse comme la prestigieuse Cuvée d’Artagnan. ...

Afidol : dans l’intimité des huiles d’olive du Midi de la France

De Nice à Marseille, en passant par Perpignan, les oliveraies françaises du Midi, destinées à la production d’huiles recouvrent un petit terroir de 13 départements sur l’arc méditerranéen. Cette limitation territoriale est toutefois compensée par la riche variété d’espèces qui y croissent. On en dénombre plus d’une centaine.    Un petit terroir riche en contrastes                                                                   Les oliviers français, et partant les huiles que l’on en extrait, ont du caractère. Et pour cause ! Les régions de production abritent une centaine de variétés endémiques à l’Hexagone. La tanche, la grossane, la picholine, la salonenque, pour n’en citer que quelques-unes. Certaines de ces variétés ne se rencontrent même qu’à l’échelle de quelques communes. Autre trait distinctif du terroir français, l’importante « sentimentalité autour de l’olivier » pour reprendre les propos d’Alexandra Paris. Les oliviers sont entretenus par des agriculteurs mais aussi par des « oléiculteurs familiaux » dont certains cultivent jusqu’à 300 pieds, juste par passion. La non-homogénéité des bassins oléicoles rajoute aux contrastes qui font les traits du terroir national. Les huit appellations d’origine figurant au répertoire français illustrent cette diversité. Celle-ci se retrouve tant dans les variétés plantées que dans les pratiques de culture. Et c’est dans cette diversité que l’huile d’olive française puise sa fierté. Entre les huiles variétales et les AOP, les spécificités aromatiques des huiles du terroir font l’objet d’une attention soutenue. Mission que s’attachent notamment à faire découvrir aux gourmands comme aux curieux des organismes comme l’Afidol, l’association des professionnels de l’olive en France. Petite échelle de production, grande typicité aromatique La France se distingue par sa production confidentielle qui est annuellement d'environ 5 000 tonnes d’huile d’olive. La consommation à l’échelle nationale avoisine pourtant les 105 000 tonnes. Cette rareté à la source n’altère pas moins la qualité du bien. Loin de là : les variétés concourent à créer une multitude d’arômes et de goûts, caractéristiques protégées par des appellations d’origine, pour certaines huiles. L’huile d’olive de Nice, par exemple, se distingue par ses notes marquées d’amande. Ou encore celle de la Vallée des Baux-de-Provence où dominent l'artichaut et les notes poivrées...  Pour s’y retrouver dans cette large typicité aromatique, les professionnels classent les huiles d’olive françaises en trois familles de goût (subtil, intense, à l'ancienne). Dans chacune d’elles, les déclinaisons sont encore multiples dans les odeurs évoquées comme dans le comportement en bouche du produit. Chacune de ces huiles ayant une affinité particulière avec un plat donné, qu’il soit chaud ou froid, le répertoire de produits laisse finalement place à une immensité de possibles. Pour en savoir plus : huiles-et-olives.fr. ...

Le Jackpot : « un bar-resto où l’on mange bien et avec plaisir »

Après Monjul, Julien Agobert renouvelle l’expérience  au Jackpot. Cette fois-ci, il mise sur un autre concept : un bar-restaurant au style familial et spontané. Une cuisine savoureuse et saisonnière, une atmosphère décontractée rythmée par de la  bonne musique font de cette adresse la nouvelle coqueluche du quartier. Des saveurs et des textures Nul besoin de réserver, les clients peuvent venir à toute heure de la journée. « Je veux faire dans la simplicité et faire en sorte que mes clients passent un bon moment dans mon bar », explique Julien Agobert. Et faire dans la simplicité signifie pour lui faire de la bonne cuisine, « la vraie ». Les plats sont travaillés avec beaucoup de recherche, de justesse et une pincée d’audace. Tout est à la carte, et les clients peuvent créer leur propre formule à leur guise. En assiettes salées, le chef propose des betteraves aux topinambours rôties, panna cotta au thym et crumble de parmesan, ou encore du magret de canard au piment d’Espelette, champignons et pommes grenailles. Des apéros façon tapas et des planches de charcuterie/fromage sont également à déguster au Jackpot. Enfin, la carte suggère une belle liste de douceurs comme de la tarte Tatin et chantilly, du tapioca au lait de coco et ananas, ou encore un brownie aux noix, mousse crème anglaise, crumble cacao et agrumes. Petit bonus, ceux qui observent un régime vegan ou végétarien seront gâtés par le chef qui affectionne particulièrement les recettes healthy et bien gourmandes. Il n’y a pas à dire. Décidément, Julien Agobert n’a qu’une seule obsession : faire plaisir à tout le monde par sa cuisine. Bar à cocktails Pour aller au bout de son concept, et donner de la dynamique à l’ambiance, le Jackpot se pare d’un espace bar à cocktails et bar à bières. « Thibaut, notre barman, a plein d’idées et d’imagination et il fait des créations très innovantes », vante notre chef. D’ailleurs, l’établissement prévoit de proposer des accords plat/cocktail, « un peu dans le même esprit que dans l’univers du vin ». Côté bières, le chef privilégie les bières artisanales, « celles qui ont un goût légèrement amer mais très agréable en bouche », comme il les aime. En outre, les clients peuvent aussi opter pour les vins sélectionnés par la maison et servis au verre. ...

Monjul : une cuisine moderne rehaussée de fantaisie

L’établissement se situe à Paris, au cœur du marais, dans un quartier sympathique. L’intérieur sobre et contemporain reflète l’âme de la maison, et l’ambiance familiale qui y règne apaise les clients. Ici, la cuisine a pour vocation d’offrir un plaisir culinaire exclusif aux épicuriens. D'autant plus que le menu de midi proposé à seulement 22.5€ pour une entrée, un plat et un dessert laisse l'occasion de découvrir au jour le jour des surprises gustatives qui ne laissent pas indifférent. Essayer d’autres combinaisons La cuisine de Julien Agobert ne rentre pas forcément dans une catégorie, et les clients l’apprécient justement pour cela. Un style propre à lui, façonné par une vingtaine d'années d’expériences dans des cuisines de palaces parisiens, de restaurants de prestige, mais aussi des petites structures indépendantes. Une cuisine inventive et multiculturelle qui laisse une empreinte de son aventure culinaire à l’étranger.  « Ma cuisine est à la base une cuisine gastronomique, mais finalement il n’y a pas vraiment de règles,  je peux ajouter une soupe Thaï à ma carte tout simplement parce que je trouve ça bon », explique-t-il. Et l’inépuisable énergie du chef déborde à chaque assiette : un mariage de saveurs inattendu, un jeu de texture, une palette de couleurs alléchante et un dressage quasi artistique. Les plats à découvrir La formule du soir – entrée, plat, dessert – est proposée à 37,50 €, et le menu dégustation à 55 €, composé de six plats. En guise d’entrée, la carte de cette saison suggère de la terrine maison, pickles, condiments betteraves jaunes, ketchup radis blancs et pommes, pain à l'ail. S’enchaînent ensuite les plats, à l’instar de « chicken crunchy crazy du chef » en deux cuissons, croustillant et confit au citron caramel et gingembre, aubergines grillées, sauce huile de sésame et soupe thaï. Au dessert, les clients ont le choix entre d’un côté, le moelleux au chocolat fumé coulant chocolat banc, sorbet tamarin et poires fermentées, et d’un autre, le globe de meringue garnie d’un crémeux à la rose, litchis, graines de lotus, riz au lait et sorbet au thé matcha. On vous l’a dit, le chef ne connaît pas de limite ! La carte de vins suit le même registre : éclectique et pleine de subtilité. Quelques cuvées d’exception issues du vignoble bourguignon et bordelais constituent la liste. Elle propose également des vins d’Italie, d’Espagne et d’autres pays. « Le monde entier, c’est ma région », confie-t-il. Développer un réseau de collaborateurs Le chef a passé des années à construire une relation privilégiée avec ses fournisseurs locaux et régionaux. Viandes, fruits et légumes, produits fermiers, produits de l’épicerie fine sont issus directement des petits producteurs et exploitations fermières. « Je privilégie le côté familial et humain dans ma relation avec les fournisseurs. » En outre, le chef invite régulièrement d’autres talents dans sa cuisine afin de partager sa passion et affiner sa signature. ...

Château Boutinet : quand le monocépage devient un art

Le château se situe à Villegouge, au milieu de 23 ha de vignes et de verdure. À la tête de l’exploitation : Nathalie Escuredo, spécialiste en œnotourisme, et son mari Jérôme Depoizier, œnologue averti. La magie du merlot Sur 10ha de sol argilo-calcaire, le merlot règne en exclusivité. Un fait exceptionnel pour des vins en appellation Bordeaux. Parmi les gammes du domaine, certaines cuvées retiendront particulièrement l'attention. Dans l'appellation Bordeaux Supérieur en l'occurence, le « Château Boutinet », à la robe rouge intense et brillante, subjugue par un fruité très prononcé. Élevé en cuve, ses tanins sont souples et soyeux à la dégustation. Le millésime 2014 de la même gamme étonne par sa finale légèrement épicée mettant en valeur toute l'expression du merlot bien mûr. Vient ensuite le « Clairet », une production confidentielle et caractéristique de la région bordelaise. Celle-ci se reconnait par la couleur de sa robe, illustrant un métissage parfait entre rouge et rosé. Que du plaisir ! ...

Restaurant-bar Chez Nous² :
quand recevoir est une passion, plus qu'un savoir-faire 

Guillaume et Corinne vous accueillent dans un restaurant à l’ambiance chaleureuse et réconfortante. Telle une extension de la maison, Chez Nous² marque le début d’une aventure entre deux passionnés de cuisine que tout semblait diviser… Lui, passionné des Alpes et de tartiflette, et elle, une amoureuse des grandes terres du Montana et de cuisine méditerranéenne, avec toutefois une passion commune : le plaisir de recevoir de la clientèle au même titre que les amis et cuisiner pour eux. Un restaurant pour toutes les envies L’établissement baigne dans une ambiance qui s’adapte aux différents moments de la journée. Dans un rythme plutôt dynamique le midi, il reçoit une vague de clientèle qui arrive en même temps et qui repart également au même moment mais aussi une clientèle qui n’est pas forcément de bureau et qui prend un peu plus son temps pour déjeuner. Le soir, le restaurant propose des Popotes Dînatoires, où, sur un fond de mur coloré, les convives pourront prendre tranquillement un verre tout en partageant des plats conviviaux ou des assiettes-planches très gourmandes.    Chez Nous2, « c’est surtout de la cuisine 100% fait maison même la pâte des tartes et les pâtes fraîches » déclare Corinne, propriétaire des lieux. Le midi, laissez-vous tenter par sa blanquette de veau faite dans les règles de l’art. Au registre des desserts, craquez pour son ile flottante farcie de fruits rouges et accompagnée de pain perdu comme à la maison. Le soir, découvrez notamment le velouté de Marennes, un velouté d’huitres très doux, qui est une belle découverte culinaire très appréciée des clients. Vous l’aurez compris, dans cet établissement, vous n’aurez droit qu’à des produits frais cuisinés sur place avec passion par le chef. Et comme garantie, attendez-vous à trouver de nouvelles cartes chaque semaine. Pour le weekend, notamment le samedi, Chez Nous2 propose un menu semi-gastronomique avec 3 entrées, 3 plats et 3 desserts au choix, une manière de faire découvrir à la clientèle une autre facette de sa cuisine. Le dimanche se veut plus convivial avec la formule du brunch à la française : un moment de plaisir à partager en famille avec son buffet de hors-d’œuvres à volonté (12 variétés disponibles), suivi de 2 plats chauds, dont 1 plat cocotte avec une brouillade d’œuf, sans oublier le buffet de desserts. Une carte des vins éclectique La carte des vins s’accorde avec la carte du déjeuner ou du soir et change une fois par mois. Tous les vins du restaurant sont proposés au verre de 12 et 16 cl mais aussi à la bouteille avec quelques très bons crus pour avoir de jolies gammes.  Parmi les vins qui marchent le mieux figurent le Chorey-lès-Beaune (Bourgogne) et le Pouilly-Fumé (Loire), un vin blanc très fruité. ...

By Emmanuel Hernandez

Dans un cadre sobre, enchanteur et élégant, Emmanuel Hernandez, chef et propriétaire du Musigny, propose des plats concoctés dans le respect de la tradition et des valeurs culinaires typiques de la région. Les saveurs typées et harmonieuses des mets et l’ambiance chaleureuse qui règne au sein même du restaurant sont la promesse d’un voyage gustatif au cœur de la gastronomie française. Le classique mêlé à la modernité Selon Emmanuel, c’est la cuisine « traditionnelle gastronomique française aux accents méditerranéens », proposée à la table du Musigny, qui fait toute sa singularité. La décoration avant-gardiste, à laquelle s’ajoute de la bonne cuisine à base de produits locaux, reste l’une des particularités de cette table étoilée dans le Guide Michelin. Avec une carte évolutive suivant les saisons, le Musigny chante le répertoire de la cuisine gastronomique avec élégance, tradition et modernité. Une carte riche en goûts Avec plusieurs menus proposés, dont un menu "affaire", un menu "dégustation" ou le menu "les écoliers", le restaurant le Musigny se démarque par la variété des saveurs proposées à table. Le homard bleu rôti au beurre d’agrumes, précédé d’une assiette autour de la Lucullus en guise d’entrée, figure parmi les plats phares de la carte de l’établissement. Cette dernière sera accompagnée d’une carte à vins éclectique et riche. En effet, la cave représentant tous les terroirs de la France est composée de 250 références. ...

Champagne Th. Petit :
des champagnes de caractère

L’exploitation familiale Th. Petit a été reprise en 1995 par Bénédicte Bérard-Meuret. Aujourd’hui, elle et son époux travaillent ensemble sur un vignoble qui s’étend sur une superficie d’environ 6 ha. L’encépagement s’y compose majoritairement de pinot noir et de chardonnay. « Notre terroir jouit d’un très bon ensoleillement et il est très favorable à l’expression du pinot noir », souligne la gérante. Un processus maitrisé Depuis sa création, la maison Th. Petit a toujours cherché à privilégier une méthode culturale qui respecte l’environnement. Actuellement, elle s’est engagée sur une viticulture raisonnée, impliquant une utilisation très limitée de produits phytosanitaires. Concernant la vinification, le pressurage est confié à la coopérative vinicole du village. Les précieux jus rejoignent ensuite les cuves de l’Union Champagne à Avize. Il s’agit d’une structure qui regroupe plusieurs coopératives champenoises et dont le savoir-faire est reconnu par les plus grands experts en vin. « L’élaboration, quant à elle, est assurée par un œnologue », nous confie-t-on. Des cuvées prestigieuses Afin de satisfaire une large diversité de consommateurs, la maison propose une gamme complète de champagnes : Blanc de blancs, Brut, Brut rosé, Demi-Sec, Millésimé 2012 et Prestige Millésime 2006. La cuvée Brut et la cuvée Prestige Millésimé 2006 peuvent toutes les deux prétendre au titre de « cuvée emblématique » de la maison Th. Petit. La première est obtenue à partir de 75 % de pinot noir et de 25 % de chardonnay. Ce champagne de cœur revêt une teinte or brillant et séduit par ses arômes de fruits rouges et de pêche. Une cuvée de qualité exceptionnelle récompensée par 3 étoiles au Guide Hachette. Le Millésime 2006, quant à lui, s’obtient par l’assemblage de 50 % de pinot noir et de 50 % de chardonnay. C’est un champagne racé, puissant et qui saura accompagner parfaitement tous les moments d’exception. ...

Le Vignoble des 2 lunes, une référence des vins authentiques

Le Vignoble des 2 lunes est un domaine familial qui existe depuis 7 générations. Amélie et Cécile Buecher y ont passé leur enfance. Passionnées par le travail de leurs prédécesseurs, elles ont opté pour des études en œnologie. Amélie, l’ainée, a fait un bachelor en viticulture œnologie suivi d’un master en commerce international des vins et spiritueux. Quant à Cécile, elle a fait des études de commercialisation et de management en vin pour finir avec le même master. Le Vignoble des 2 lunes fait partie du vignoble d’Alsace couvrant une superficie de plus de 15 500 hectares de terrains plantés, entre autres, de riesling, de gewurztraminer, de sylvaner, de pinot et de muscat. Son terroir est composé de calcaire, de granite, de schistes, de gneiss et de grès. L’appellation Alsace produit des vins bio, des vins effervescents d’appellation Crémant d’Alsace, des vins blancs d’appellation Alsace et Alsace grand cru, des vins rouges et rosés d’appellation Alsace. Ce sont vins puissants, intenses et fruités. Agriculture bio et biodynamique Le Vignoble des 2 lunes comprend des vignes de coteaux très rares en Alsace. Celles-ci se trouvent sur des sols marno-calcaires, argilo-calcaires, granitiques et encépagés de riesling, de gewurztraminer, de muscat de pinot blanc et noir. Le domaine est certifié en agriculture bio et biodynamique. Amélie et Cécile Buecher sont de ferventes défenseuses des méthodes de culture artisanale. « On travaille avec les mouvements de la lune, on n’utilise pas de pesticides, on fait notre propre compost maison », nous explique Amélie Buecher. Le désherbage se fait à la main, mécaniquement ou avec des chevaux. Les vendanges, la vinification et l’élevage sont faits traditionnellement. Le Vignoble des 2 lunes, ce sont 25 références de vins élaborés, dont 4 crémants en brut nature zéro dosage, des cuvées tradition, des vins de terroir produits sur des  parcelles situées à des endroits spécifiques, des vendanges tardives, des sélections de grains nobles, une liqueur élaborée à base de jus de raisin gewurztraminer, des schnaps, les grands crus Hengst et Hatschbourg. Le Crémant Clair de lune, un savoureux effervescent Le Crémant Clair de lune est un vin effervescent produit exclusivement avec du pinot noir, mais vinifié en blanc. Il a une belle couleur jaune dorée. En apéritif, il peut accompagner un tapas saumons crevettes, à table avec des Saint-Jacques aux agrumes, une dorade au four et un sorbet aux fruits rouges. Le Pinot gris Sélénite, une belle rondeur Le Pinot gris Sélénite est un vin de terroir élaboré avec du Pinot gris. Sa couleur est jaune pâle. Au nez, on sent du pain grillé ou des notes exotiques fumées. En bouche, il a une belle rondeur et un bel équilibre. Il va bien avec la charcuterie, la volaille, les tajines, les poissons gras en sauce, le porc et tous les mets à base de champignons. Le Crémant Clair de lune, un savoureux effervescent Le Crémant Clair de lune est un vin effervescent produit exclusivement avec du pinot noir, mais vinifié en blanc. Il a une belle couleur jaune dorée. En apéritif, il peut accompagner un tapas saumons crevettes, à table avec des Saint-Jacques aux agrumes, une dorade au four et un sorbet aux fruits rouges. Le Pinot gris Sélénite, une belle rondeur Le Pinot gris Sélénite est un vin de terroir élaboré avec du pinot gris. Sa couleur est jaune pâle. Au nez, on sent du pain grillé ou des notes exotiques fumées. En bouche, il a une belle rondeur et un bel équilibre. Il va bien avec la charcuterie, la volaille, les tajines, les poissons gras en sauce, le porc et tous les mets à base de champignons. Le Gewurztraminer Hengst, un vin puissant et concentré Le Gewurztraminer Hengst est un grand cru de couleur jaune or. Au nez, il a des notes de fruits exotiques, de pétales de rose et de litchi. En bouche, il est puissant et concentré avec un bel équilibre. En apéritif, Le Gewurztraminer Hengst s’accorde avec du foie gras, des mets exotiques, des fromages forts et des desserts chocolatés. On a aussi la Vendange tardive Riesling, un vin complexe en bouche pour l’apéritif et le spiritueux Schnaps (eau de vie de Marc Gewurztraminer), avec sa robe blanche cristalline et sa texture d’épice. ...

Champagne Dérouillat : variété et originalité

Œuvrant dans la filière depuis 1929, quatre générations de la famille Dérouillat se sont succédées, pour se transmettre et pérenniser un savoir-faire unique. Sous la houlette de leur père, Fanny et Cécile Dérouillat dirigent actuellement cette exploitation familiale. Un terroir qui permet tous les assemblages Réparti sur 5,7 hectares, le domaine a la chance d’avoir des vignes à la fois sur la côte des Blancs, sur les coteaux Sud d’Épernay ainsi que dans la vallée de la Marne. Comme le précise Fanny Dérouillat, cette répartition contribue à la variété des vins produits : « Cela nous permet d’avoir les trois cépages de la Champagne et de faire des assemblages différents, et ainsi de retrouver tous les caractères de la Champagne. » En outre, le vignoble et l’exploitation en général sont travaillés selon les méthodes de la viticulture saine et durable, où les engrais chimiques n’ont plus cours. « Nous utilisons des bouteilles légères. L’habillage et les cartons sont issus de matières recyclées et recyclables », assure également Fanny. Des cuvées liées au terroir 40 000 bouteilles départagées en huit cuvées différentes sont produites chaque année par la maison. Leur point commun : elles expriment parfaitement la qualité et les typicités du terroir. Le Georges William - Secret de famille reflète le plus la personnalité du domaine. Concoctée à partir d’un assemblage tenu secret, comme son nom l’indique, cette cuvée est un hommage aux pères fondateurs de la maison. Il s’agit d’un champagne racé, souple et gourmand, accompagnant tous les plats, de l’apéritif au dessert. ...

B comme Burgundy… B comme Bourgogne

La passion des vins a donné naissance au restaurant gastronomique le Burgundy Lounge, un écrin exclusivement consacré aux terroirs de Bourgogne (et à quelques appellations de champagne). Alliant cadre cosy, service dévoué et cuisine gastronomique, il mérite amplement le détour. Honneur aux vins de Bourgogne D’un premier coup d’œil, on remarque les quelque 280 bouteilles maintenues en apesanteur, exhibées comme des médailles derrière une grande paroi vitrée. C’est la pièce maitresse de la maison Burgundy Lounge. Les matériaux décoratifs bruts comme le bois rappellent l’univers du vin. On note le style à la française des plafonds avec ses poutres apparentes et les murs aux pierres nues qui rappellent l’univers de la cave. Cette cave justement, le Burgundy Lounge la promeut avec fierté. Elle est joliment fournie grâce au lien que l’établissement s’est construit avec les domaines qu’il suggère à la carte. Plus de 9 000 bouteilles en 800 références et 80 domaines font la renommée du restaurant. Les flacons proposés sont issus des vignobles du Chablis, de la Côte de Beaune et de la Côte de Nuits (et à quelques appellations de champagne). La première étape du voyage auquel vous êtes convié est la sélection du vin. Que vous soyez amateur averti ou simplement curieux, les conseils du chef sommelier Jean-Sébastien Jurin et de son équipe vous seront d’une grande utilité dans la découverte des meilleurs accords. Une harmonie entre mets et vins Quatre espaces aux ambiances distinctes attendent les convives : autour de la table de dégustation, proche de la cuisine, sur des chauffeuses basses dans la mezzanine, ou dans la bibliothèque face à la cave. La sérénité et l’intimité y règnent, avec une lumière tamisée et une disposition de tables confortables offrant des espaces personnels de taille très raisonnable. Dans l’enchantement de ce décor chaleureux, vous gouterez à une cuisine gastronomique, finement sculptée des mains de maitre. Le chef Axel Ruga détient le titre de maitre restaurateur et promet de satisfaire vos papilles en proposant des plats de haute tenue et pleins de saveurs. L’évolution de la carte du Burgundy Lounge suit la saisonnalité des produits et les inspirations de son chef. En parlant d’inspiration, on peut dire que ce dernier en a. Sa technicité et sa personnalité héritées d’une famille de trois générations de restaurateurs se lisent dans ses plats. Sa cuisine est entièrement faite maison, en accord harmonieux avec les vins de Bourgogne. Le chef est alors très exigeant sur la qualité des matières premières et il a noué des relations de confiance avec ses fournisseurs pour ne proposer que des produits de grande fraicheur. Du jambon blanc à la truffe aux Saint-Jacques bretonnes snackées, écrasé de pommes de terre au beurre d’algues, œuf de tobico au wasabi : vos papilles se délecteront ! ...

Les Sardines : pour une soirée branchée à Pau

9 Rue Gachet à Pau, un endroit attire irrémédiablement l’attention. Forcément, avec cette foule qui attend dehors, il est à se demander ce qui se cache derrière cette façade verte sur laquelle est marquée « Les Sardines ». Une poissonnerie ? Certainement pas. Vous connaissez beaucoup de gens qui achètent leur poisson au milieu de la nuit ? En s’approchant un peu, l’écriteau devient plus visible. Cette enseigne n’est autre qu’un bar à vins, bières et alimentation spirituelle. Déjà la notion « d’alimentation spirituelle » intrigue. A vrai dire, Les Sardines ne sont pas qu’un endroit pour boire ou manger. On y va pour chercher cette ambiance fun et branchée qui rend heureux, léger.   Une propriétaire pétillante Un bar à vins. C’est tout ce qui manquait dans cette commune tranquille du sud-ouest notamment réputée pour son château et ses 750 hectares d’espaces verts. Autant dire que Lydia Becerra a trouvé le créneau gagnant en y ouvrant le sien. Fait étonnant : rien ne la prédisposait au départ à se lancer dans ce métier. Initialement spécialisée dans le domaine de la compatibilité et de la gestion, elle part plusieurs mois en Amérique Latine. Mais c’est en France qu’elle retrouve ses marques et donne naissance à son premier enfant. Sa passion pour le voyage et les découvertes aura pourtant raison d’elle. Car même si elle se plaît au pays, elle décide quand même de partir pour l’Espagne où elle ouvre son premier restaurant. L’appel de la France n’est pas loin. Sa vie, ses amies, sa famille lui manquent terriblement si bien qu’elle reprend la direction des Pyrénées-Atlantiques. Rapidement, elle repère un endroit sympa bénéficiant d’une bonne localisation qu’elle décorera avec des objets de récup’ glanés ici et là notamment des tables et chaises d’écoliers qui nous replongent en enfance.  Il faut dire qu’aux Sardines, il n’y a pas que l’ambiance qui est décalée. Le décor est aussi original avec cet immense bar ou encore ce plafond habillé de planchettes de bois disposées aléatoirement pour attirer l’attention. Sur les murs, des affiches vintage rehaussent le côté rétro-chic des lieux. L’établissement est aussi pourvu d’un deuxième étage privatisable à l’ambiance plus intimiste.               Bonne cuisine, bonne ambiance Ouvert du mardi au samedi de 18h à 2h, le bar à vins est devenu le haut lieu des soirées animées du Palais des Pyrénées. Déjà, il doit son succès à sa formule de restauration. La maison propose beaucoup de plats à la plancha comme les couteaux, les sardines, le chorizo, les cœurs de canard, les calamars ou les moules. La carte est également constituée de rillettes de sardines, de croquettes de jambon, de croquettes de cèpes, foie gras mi-cuit maison et autres plats succulents et conviviaux qui sont servis jusque tard dans la nuit. A ne pas manquer : l’incontournable côte de bœuf du pays basque servie avec des pommes de terre et des cèpes, rehaussée de pimientos del padro. La carte des vins est particulièrement variée. Les vins du pays et ceux du monde entier y sont présents : Chianti « When we dance » Bio, Toscana « Alberia » pour les rouges, Gewurztraminer « Wolfberger », Jurançon « Domaine Lasserre » pour les blancs, Côtes de Provence « Les Hauts de Masterel », Roussillon « Miraflor » pour les rosés.  Côté boissons exotiques et cocktails, ce ne sont pas les propositions qui manquent : Diplomatico, Don papa, Mojito, Caipirinha, Gin tonic… Il y a de quoi vous faire tourner la tête. ...

Restaurant L'Altiport : une cuisine authentique au cœur de l’Alpe d’Huez

Ce restaurant de l’Isère promet trois ambiances en une journée. Si le ton est plus festif dans la matinée, le calme est au rendez-vous l’après-midi. Pendant la soirée, l’heure est à la découverte de l’ambiance cosy et familiale qui règne dans le chalet ! L’Altiport, un décor aux multiples facettes Le cadre et la décoration figurent parmi les points forts de ce restaurant de l’Alpe d’Huez. Sur la terrasse offrant une vue imprenable sur les montagnes, des tables et des chaises sont disposées sous l’ombre des parasols blancs qui donnent un charme naturel aux lieux. À l’intérieur, les visiteurs découvrent un décor à la croisée du style traditionnel et moderne où les poutres et le sol en bois contrastent avec les objets décoratifs en inox et les baies vitrées. Avec les bougies et la lumière tamisée, les tables rondes et leurs nappages en lin, la salle prend une allure romantique et chaleureuse en soirée. Une cuisine traditionnelle et semi-gastronomique Véronique Sarret et son époux Philippe Piloz, qui est aussi derrière les fourneaux, décrivent la cuisine de L’Altiport comme une cuisine « simple, saine, mais avec de très bons produits ». En effet, la carte est élaborée en fonction de ce que le chef trouve sur le marché, des produits frais et de saison, et, d’ailleurs, les propriétaires insistent sur le fait que le restaurant propose « une carte très variable et un  large éventail de suggestions ». Cette année, L'Altiport lance, en plus du menu enfant, le menu 3V : végétarien, végétalien et vegan. Le restaurant de L'Altiport veut proposer une cuisine où tout le monde se retrouve et déploie une offre culinaire qui saura satisfaire toutes les envies. Par conséquent, leur carte comporte des spécialités de montagne, des assiettes toutes simples comme une soupe à l’oignon ou des pâtes ainsi que  des préparations gastronomiques revisitées avec les légumes anciens sublimés. Parmi les incontournables du restaurant, l’os à moelle servi avec des tartines aux morilles connaît toujours un franc succès auprès du public. Mais la maison a surtout forgé sa réputation avec ses plats de poissons frais et goûteux. Dégustés avec une sauce d'accompagnement, leurs saveurs n'en sont que subtilement rehaussées.  Pour le dessert, tout est fait maison : allant des différentes déclinaisons de tartes, jusqu'aux gâteaux et les préparations aux fruits. Pour accompagner les plats, le restaurant propose une carte de vins mettant à l’honneur des références mondialement connues mais aussi des  vins locaux qui méritent largement d’être proposés aux clients. Outre les bouteilles inscrites dans la carte, la propriétaire propose également en dégustation des bouteilles qu’elle a découvertes auprès des caves locales. ...

Les Vignobles Jander :
quand faire du vin devient un art

Les Vignobles Jander s’épanouissent sur une exploitation de 17 ha, où le merlot (53 %) et le cabernet sauvignon (47 %) règnent en exclusivité. Le terroir est départagé entre deux types de sols : un terrain sablo-graveleux pour le Château Sémeillan-Mazeau et argilo-graveleux pour le Château Jander. Vinifier dans les règles du bio Depuis 2012, la maison conduit son exploitation selon les principes de l’agriculture biologique. Cette méthode assure que les vins gagnent en équilibre et expriment pleinement le terroir. Une réelle fierté, comme l’affirme Maxime Julliot, directeur du domaine : « Depuis 2015, nous sommes la seule propriété certifiée en agriculture biologique sur les appellations Moulis et Listrac-Médoc. » Dès lors, le traitement des vignes respecte un cahier des charges bien défini, qui allie judicieusement tradition et modernité. La vinification s’opère dans un chai « très pratique à travailler », selon les termes de notre interlocuteur. L’endroit est en effet équipé de matériels de pointe comme des cuves thermorégulées, donnant la possibilité de diversifier les modes de fermentation, et des cuves extrêmement larges, qui permettent l’extraction des tanins pendant la fermentation. La maison met de côté le foulage pour permettre des vinifications plus respectueuses de la matière première. Par ailleurs, le processus de vinification est réalisé avec patience et délicatesse. À titre illustratif, la période d'élaboration de la cuvée « Sémeillan-Mazeau » s’étend sur presque 30 mois. Dans un premier temps, les récoltes des vendanges parcellaires sont vinifiées et élevées séparément pendant un an. Au bout de cette période, chaque lot de vin est encore retravaillé pendant 12 mois afin de bien accentuer toutes les caractéristiques des raisins (structure, arômes…). Ce temps écoulé, l’équipe du domaine procède enfin à l’assemblage dans les cuves. « La séance d’assemblage n’est pas qu’une somme des caractéristiques. L’objectif est de créer un juste équilibre entre ces différents composants », révèle Maxime Julliot. Et pour un résultat impeccable, six mois de plus sont nécessaires pour stabiliser les vins et les préparer à la mise en bouteille. Un vin pour une appellation À chacune des deux appellations correspond une cuvée qui arbore idéalement tous les traits particuliers de son terroir. « Notre stratégie de produits consiste à rassembler tous les vins d’une appellation dans une bouteille. »  Ainsi, l’appellation Moulis est représentée par la cuvée « Château Jander », qui est un millésime aussi élégant que complexe. « Le Château Jander est fait pour les gens qui aiment les ‘’vins sérieux’’», a voulu préciser avant tout notre interlocuteur. En effet, ce vin fait partie du haut de gamme, à en juger par la qualité de ses cépages issus de vieilles vignes (25 ans en moyenne), élevées sur terroir argilo-graveleux, et la façon dont ceux-là sont travaillés. Ainsi, contrairement au Château Sémeillan-Mazeau, l’assemblage des cuvées s’effectue dès que la vinification est terminée. Au bout de longs mois d’élevage en barrique naît un vin puissant avec des tanins aussi souples qu’élégants. Quant à l’appellation Listrac, elle se révèle à travers les bouteilles de « Château Sémeillan-Mazeau ». Ces cuvées sont caractérisées par leurs notes de fruits rouges et de bois très harmonieuses. Tandis que la fraicheur de leurs arômes crée un véritable moment d’émotion pour les papilles, la souplesse de leurs tanins ne fait qu’accentuer le plaisir à la dégustation. Ainsi, le Château Sémeillan-Mazeau est aussi idéal en apéritif qu’en accompagnement du repas, sans compter qu’il se marie quasi avec tous les types de plats. On distingue parmi les meilleures références de cette cuvée le mill...