pixel-facebook
© Geoffroy de Boismenu
portrait-chef-yannick-alleno

Interview avec Yannick Alléno
Chef du restaurant Le Pavillon Ledoyen



Restaurant
3 étoiles au Guide Michelin
situé à Paris
Région Île-de-france

Dans votre restaurant, comment définissez-vous votre cuisine ? Quels sont vos plats «Signature»? Avec quels produits aimez-vous travailler ?

Yannick Alléno Au pavillon Ledoyen, nous proposons une cuisine moderne qui s’inscrit dans un mouvement culinaire que nous avons initié en 2013 et qui est né de la volonté de faire correspondre la cuisine Française à notre époque. Les clients souhaitent manger moins gras et moins salé tout en découvrant de nouvelles saveurs. Aussi, j’avais envie de redécouvrir ce qui constitue l’identité de la cuisine française, sa complexité, après des années de cuisine dites « de produit ». Pour cela, nous modernisons les éléments fondateurs constitutifs de la cuisine pour les remettre au goût du jour. Cette envie se traduit par un travail continu de recherche. Ainsi, nous avons commencé à travailler sur la sauce qui est le verbe de la cuisine française : elle lie tous les ingrédients dans une assiette. Nous avons développé la technique de l’Extraction® qui nous permet de créer des sauces moins grasses moins salées mais plus goûteuse. Ce travail autour de la Cuisine Moderne m’enthousiasme et nous nous réjouissons chaque jour de l’engouement qu’elle provoque. Nos récentes récompenses n’en sont que l’écho.

Quelles émotions avez-vous ressenties lors de la remise des étoiles du Guide Michelin ?

YA Obtenir 3 étoiles au guide Michelin est le graal absolu ! J’ai eu l’immense privilège d’être triplement étoilés à trois occasions et ces moments sont à jamais gravés dans ma mémoire. La première fois était en 2007 ; j'étais aux Etats-Unis avec mes enfants et j'avais perdu mon téléphone dans un manège... Le guide Michelin ne réussissait pas à me joindre et pour cause. Je n’ai appris qu’à mon retour à Paris que j’étais triplement étoilé. C’était un bonheur immense ! Nous sommes d’ailleurs partis avec mes équipes faire la fête chez Paul Bocuse ! En 2015, nous venions de reprendre le Pavillon Ledoyen seulement 7 mois auparavant ; cela a été un grand moment de cohésion avec ma brigade à nouveau parce que nous n'avions pas ménagé notre peine pour y arriver... Quant à l'année dernière, en 2017, la veille de la sortie du guide, j'attendais avec espoir un appel qui n'est jamais arrivé. En me réveillant, j'avais 5 messages, j'ai compris, j'étais fou de joie. Se voir récompenser deux fois de trois étoiles avec le Pavillon Ledoyen à Paris et Le 1947 à Cheval Blanc Courchevel est fantastique. Chaque fois, c'est un grand sentiment de plénitude, pour autant, ces moments sont très fugaces car notre priorité est toujours le prochain client. En effet, cette excellence nous oblige à nous dépasser toujours parce que l'on attend cela de nous à chaque plat. Je tire d'ailleurs un grand chapeau à tous les cuisiniers et cuisinières qui travaillent à mes côtés ; la cuisine est un travail d'équipe, sans eux je n'accomplirais rien.

La cuisine est faite chaque jour de partage et d'émotions. Toutefois, certains moments de la vie sont à privilégier plus que d'autres... Pouvez-vous nous confier vos plats rêvés pour :
- Un repas de Noël ?

YA Je crois tout autant en l'implication et en la simplicité qu'en la détermination d'un menu compliqué. On peut faire simple et bon si on y met du cœur et le temps. Mes parents étaient bistrotiers, j'aime les plats goûteux et chacun connait mon engouement pour la sauce. Une bonne volaille fermière à Noël fait toujours plaisir, on l'humidifie bien pendant la cuisson pour qu'elle soit tendre et on la sert avec son jus sur le côté.
plat-restaurant-le-pavillon-ledoyen-paris
© Philippe Vaures Santamaria

Au fait, pour votre mariage, qui a fait la cuisine ? Pouvez-vous nous indiquer les plats cuisinés ?

YA J'ai fêté mon mariage au Pavillon Ledoyen évidemment ! Nous avons de nombreuses salles de réception et organisons d'ailleurs des mariages, comme toutes sortes de fêtes et d'événements professionnels tout au long de l'année. Toutes mes équipes étaient là. Ils nous ont préparé une Saint-Jacques en entrée, accompagnée d'épinards de Viroflay. Le terroir parisien dispose d'une multitude de produits merveilleux et j'encourage tout un chacun à manger local ; c'est meilleur et pas toujours plus cher. Ensuite, nous avions du bar en mousseline avec du céleri. J'adore le céleri, j'en mets partout... Et, en dessert, Aurélien Rivoire, notre chef pâtissier, avait préparé un fantastique buffet.
plat-restaurant-le-pavillon-ledoyen-paris

Sans trop réfléchir, pouvez-vous nous confier votre plus beau souvenir gustatif et certaines des émotions procurées ?

YA Mes meilleurs souvenirs gustatifs sont souvent associés à des grandes dégustations de vins ! Cela ne veut d'ailleurs pas forcement dire que l'on fasse appel à des grands vins ; on trouve de bons vins à des prix raisonnables aujourd'hui. Pour faire rêver un peu, j'ai le souvenir d'une gelée de courge et meringues aux pralines roses accompagnée d’un château Yquem 67. C’est un millésime incroyable, d’une grande complexité, avec une très belle note de safran qui trouve un écho parfait dans la texture fondante de la courge.

D'après la célèbre devise de Prosper Montagné "On ne fait du bon qu'avec du très bon", pouvez-vous nous révéler deux ou trois de vos adresses gourmandes. Vos producteurs et produits préférés sur votre région ou ailleurs (vins, produits frais, ou autres...)

YA Je peux vous conseiller "Antoine" près de la Tour Eiffel : un excellent restaurant de poisson. Je recommande également "Tomy&Co" rue Surcouf, chez "Astier" dans le 11ème, ou encore "Pertinence" qui vient d'obtenir une étoile. Pour les pâtisseries, je ne peux que recommander Yann Couvreur, Avenue Parmentier dans le 10ème... Pour le vin, il y a depuis peu le salon des vins de la vallée du Rhône et de la truffe sur les Champs-Elysées (www.salonvintruffeparis.com) et j'invite tous les lecteurs à y faire leur marché. Discuter avec les producteurs est un régal et une vraie source d'inspiration dans la cuisine du quotidien.

On parle aujourd’hui beaucoup de cuisine fusion, de plats végétariens, d'aliments biologiques, de « Trashcooking » (ingrédients destinés normalement au rebus), de « Freakshakes » pour marier un dessert à une boisson... Selon vous quelles seront les grandes tendances de la cuisine de demain ?

YA Je crois au bon sens gastronomique, à la nécessité du végétal et au respect de la nature. Je n'aime pas le mot "Trashcooking" ; à mon sens tout est noble en cuisine. C'est le traitement que l'on en fait qui est important ; une peau séchée peut faire un sublime assaisonnement et remplacer le sel que tout le monde décrie. L'ère où l'on jetait plus de la moitié du produit pour réaliser des assiettes trois étoiles est terminée et tant mieux. Tout doit être envisagé comme un don pour les produits issus de la culture ou un sacrifice pour les produits issus de l'élevage. Nous avons même fait faire des vestes de cuisinier par la maison Bragard sur lesquels nous y avons mis un petit bouton vert à coté de tous les autres boutons blancs. Une philosophie, pour garder en tête une démarche verte et respectueuse.

Culture - Cinéma Quelle est votre scène préférée de cinéma au restaurant ? Un souvenir de film avec une séquence particulière...

YA La danse de Louis de Funès dans Le Grand Restaurant ! Elle est tournée au Pavillon Ledoyen et nous a inspiré la carte de vœux 2016.
restaurant-le-pavillon-ledoyen-paris restaurant-le-pavillon-ledoyen-paris restaurant-le-pavillon-ledoyen-paris
© Philippe Vaures Santamaria

Si vous aviez un hommage à adresser à Paul Bocuse, quel serait-il ?

YA J'aimais profondément cet homme. Monsieur Paul a eu une influence déterminante sur le rayonnement de la gastronomie française au niveau mondial. Il était notre ambassadeur et sera irremplaçable. Il avait compris qu'il fallait moderniser la cuisine traditionnelle et il a montré l'exemple de ce qu’est et doit être la cuisine française dans le monde entier. Je suis devenu cuisinier parce que je l’admirais, c’était mon Zidane ! Et, je ne suis pas le seul. Il a donné envie à tant de jeunes de faire des choses extraordinaires. Imaginez le destin hors norme de cet homme qui se définissait comme Paulo des bords de Saône…
Je lui dirais simplement merci et qu'il me manque.
Adresse | Contacts utiles
image-prop-contact-le-pavillon-ledoyen Le Pavillon Ledoyen 8, avenue Duituit
75008 Paris

Tél. : 01 53 05 10 00
Site Internet

Récompenses
3 étoiles au Michelin
5 toques Gault et Millau
31e meilleur restaurant du monde selon les Worlds 50 Best (2017)
6e meilleure note au monde selon La Liste (2018)

Le Pavillon Ledoyen : les avis

LES ARTICLES LES PLUS LUS

Le domaine d'Héloïse et Abélard, l'amour est dans les vignes

Animé depuis toujours par la passion du vin, Didier Duplouy décide de se reconvertir vigneron à l'âge de 57 ans. Il reprend les vignes du Pallet en fermage le 1er janvier 2014 et créé dans la foulée sa propre entreprise. A son installation, il est aidé par plusieurs amis vignerons retraités qui lui inculquent leur savoir-faire familial. Il commence par construire un bâtiment pour entreposer ses matériels. Cette année, Didier en est à sa troisième récolte. Il se fixe comme objectif de pérenniser son entreprise et de transmettre son concept de domaine breton aux notes d'amour. Un domaine respectueux de l’environnement Le domaine d'Héloïse et Abélard est une petite exploitation viticole de 6,6 hectares. Ses parcelles sont cultivées de Melon de Bourgogne pour le Sèvre-et-Maine et Cabernet Franc pour son rosé, qui donnent en moyenne 220 hectolitres de vins. Dans un souci de considération et de respect pour la nature, Didier Duplouy mène une politique d'agriculture raisonnée. Il envisage même dans les années à venir de se reconvertir à l'agriculture biologique. Un coffret pour deux cuvées Le Domaine d'Héloïse et Abélard produit uniquement deux cuvées. Le " Muscadet Sèvre-et-Maine sur Lie " AOC, est une cuvée premium issue de raisins récoltés à pleine maturité. Elle est élevée 11 mois sur lie avec une vinification maîtrisée de bout en bout avant d'être mise en bouteille. Parée d'une robe jaune dorée, elle possède des notes de fruits compotés et miellés avec une pointe vanillée. Ce vin propose une rondeur et un bel équilibre en bouche avec une finale aux notes anisées. A table, il accompagne les fruits de mer ou les viandes blanches. Le " Rosé Cabernet Franc " IGP Val de Loire est une cuvée à la robe rosée aux reflets tuilés. On distingue au nez des notes poivrées et de petits fruits rouges. Son attaque est souple et harmonieuse sur des notes de cassis et cerise. Elle se déguste avec des crudités, salades composées ainsi que des viandes blanches et rouges. Ces deux vins sont présentés et commercialisés ensemble dans un seul coffret qui véhicule 3 concepts novateurs. Et d'un, il représente le produit breton typique, avec le blason du Pallet sur le devant avec en fond, une croix médiévale composée d’hermines bretonnes. Et de deux, il symbolise l'amour des amants célèbres Héloise et Abélard. Cette histoire est racontée en français et en anglais au dos du coffret. Et pour finir, son design a été pensé pour que le coffret soit idéal à offrir en cadeau. ...

Un savoir-faire au service des événements d’entreprise

Préférence Événementiels, basée à Nantes, est le spécialiste de l’événementiel corporate et jouit d’une notoriété qui n’est plus à faire. Entourée par ses prestigieux partenaires et doublée d’une connaissance pointue du terrain, elle exploite une compétence pertinente dans la conception et l’organisation d’événements professionnels. Solutions innovantes et créatives Rattachée au groupe Préférence Voyages, Préférence Événementiels se positionne comme un expert des événements d’entreprise de type séminaire, incentive, team building et mission professionnelle. Grâce à son réseau de prestataires exclusifs, elle est à même d’offrir un programme complet et sur mesure vers des destinations étrangères comme Berlin, Barcelone, Ajaccio, Rome, Amsterdam, ou encore New York, Dubaï, Saint-Pétersbourg. « Nous cherchons toujours de l’originalité pour sortir des sentiers battus en imaginant des prestations que l’on ne retrouve pas forcément ailleurs », explique Élise Gobin, responsable du service événementiel. À simple titre illustratif, monter un bivouac avec 60 tentes de luxe dans le désert de Marrakech ou organiser une soirée d’entreprise à l’image d’une fête populaire dans un lieu privatisé à Lisbonne figurent parmi ses récentes réalisations. Pour ce faire, l’équipe mise avant tout sur une démarche d’écoute pour rester au plus près des besoins exprimés par les entreprises. Elle ajoute par la suite une pincée d’audace, d’innovation et d’ingéniosité afin de surpasser les attentes de ses clients. Budget maîtrisé Bien plus qu’une force de proposition, Préférence Événementiels excelle également dans les prestations techniques et logistiques. Élise Gobin nous le confirme : « Tout est maîtrisé de A à Z : un interlocuteur dédié qui connaît par cœur le projet, des rapports détaillés aux clients, une équipe réactive, des dispositifs pour pallier les éventuels changements sur place, etc.» Ainsi, les clients peuvent se recentrer et se concentrer sur le cœur du projet en affectant tout le côté organisationnel entre les mains d’un expert. De plus, étant membre adhérent du réseau d’agences de voyages indépendantes Selectour, Préférence Événementiels dispose d’une force de négociation auprès des fournisseurs. « Nous travaillons directement avec des compagnies aériennes, par exemple, et nous pouvons nous permettre de négocier un prix raisonnable pour nos clients. » L’agence s’épanouit dans cette relation de confiance pérenne, établie avec ses partenaires, pour offrir l’excellence à ses clients avec un budget maîtrisé. ...

Le Montbardois : une destination touristique entre patrimoine et nature

Accessible par le TGV, le Montbardois est une destination idéale pour se ressourcer le temps d’un week-end. Vous pourrez y visiter des sites patrimoniaux exceptionnels mais aussi profiter de son environnement préservé à proximité du Canal de Bourgogne. Montbard et Buffon, l’enfant du pays Montbard est intimement lié à la personnalité de Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon, célèbre naturaliste né dans la ville en 1707. C'est lui qui fait aménager le Parc Buffon sur les vestiges de l'ancien château des ducs de Bourgogne. La promenade dans une succession de jardins en terrasses offre une vue superbe sur la ville. À proximité, le Musée Buffon retrace la vie du scientifique et vous propose un parcours à travers l'histoire des sciences. Édifiée au 18e siècle, la Grande Forge de Buffon se situe à 7 kilomètres de Montbard au bord de l’Armançon. Sur ce magnifique domaine, haut fourneau, ateliers, maisons ouvrières et maison du maître sont à visiter ainsi qu’un jardin potager et une orangerie d’époque. Cet ensemble résume l’histoire de la métallurgie au siècle des Lumières. Rendez-vous à l’Abbaye de Fontenay… et à Moutiers-St-Jean Cette ancienne abbaye cistercienne est parfaitement conservée. Vous pourrez déambuler dans l’église abbatiale, le cloître, le dortoir, la salle capitulaire et admirer l’architecture romane de ce lieu inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Fondée en 1118, elle fête ses 900 ans cette année. Elle est entourée d’un parc de 2 hectares où vous pourrez voir des arbres centenaires. Les jardins de l’abbaye sont d’ailleurs classés « Jardin Remarquable ». Quant à Moutiers-Saint-Jean, dans cette petite commune typique de l’Auxois, située à 15 kilomètres de Montbard, vous pourrez vous promener dans le jardin Coeurderoy, jardin d’inspiration renaissance classé Monument historique. Durant la saison estivale, vous pourrez aussi visiter l'apothicairerie ainsi que l'ancien palais abbatial de l'abbaye royale de Moutiers. Côté nature Le Montbardois est une région propice à la découverte de la nature avec ses nombreux circuits de randonnées, comme le GR213A reliant Fontenay à Vézelay qui sera inauguré en septembre 2018. Vous pourrez également découvrir cet environnement verdoyant avec ses collines boisées, ses vignobles et ses falaises calcaires, en louant un vélo à Montbard, Tonnerre ou Pouilly-en-Auxois et en circulant sur le chemin de halage le long du Canal de Bourgogne. Pour toutes vos sorties à pied ou en vélo, profitez de l’application « Balades en Bourgogne ». Elle vous permettra de suivre facilement un parcours et de vous informer sur le patrimoine rencontré, tout cela sans avoir besoin d’une connexion Internet. Mais vous pourrez aussi vous offrir une balade fluviale avec un bateau sans permis sur ce même canal. À votre rythme, vous naviguerez en admirant au fil de l’eau les beaux paysages et vous pourrez accoster pour visiter les différents sites touristiques. ...

Enovap : l'e-cig intelligente, une expérience à part

Enovap accompagne les fumeurs et les vapoteurs à contrôler leur consommation en nicotine, et éventuelle-ment permettre de la réduire progressivement. Conçue par une équipe d’ingénieurs, cette start-up en pleine expansion, est déjà suivie de près en Angleterre et aux Etats-Unis. Faciliter la transition vers la cigarette électronique Le prototype final du produit a été partiellement financé par le réseau Entreprendre, la BPI France et la Fondation Norbert Ségard. L’objectif, faire comprendre à l’utilisateur la nécessité d’adapter sa consommation en nicotine suivant ses besoins et suivant les moments de la journée. Pour cela, la partie supérieure du vaporisateur personnel se pare d’un système à deux réservoirs, une technologie brevetée. « L’utilisateur va remplir un e-liquide sans nicotine dans l’un des réservoirs, et un avec nicotine dans le second réservoir », explique Julien Abulféda, directeur technique d’Enovap. En contrôlant la vapeur émise de chaque réservoir, Enovap permet au vapoteur de réguler sa concentration en nicotine et le volume de vapeur inhalé, en appuyant simplement sur un bouton. En mode manuel, l’usager peut utiliser cette fonctionnalité « hit control » à tout instant, sans avoir à changer de liquide. En outre, le « flavor mix » permet à l’utilisateur de composer ses propres cocktails de saveurs en associant deux e-liquides aux arômes différents et en contrôlant le pourcentage voulu de chaque saveur. Son design élégant, signé Elium Studio, suggère une forme ergonomique et optimisée. « La housse est entièrement personnalisable, car il s’agit d’un objet personnel à usage quotidien, c’est important qu’il plaise à chaque utilisateur », explique Aymard de Ravignan, directeur commercial d’Enovap.  Un algorithme performant La start-up a engagé une collaboration avec le Centre National de la Recherche Scientifique afin de dévelo-pper un algorithme avancé permettant d’analyser et d’anticiper les besoins en nicotine de l’utilisateur à chaque inhalation. « L’intelligence artificielle va comprendre les habitudes de consommation de l’usager et récupérer ces données pour stabiliser ou diminuer son taux de consommation. » Le produit Enovap est ainsi connecté à une application mobile, où sera affichée en temps réel l’évolution de la consommation à travers des données graphiques simples. En activant le mode automatique, cette technologie crée un programme de réduction d’apport en nicotine sur la base des données recueillies. Le vapoteur peut relever ce challenge sous les conseils des professionnels de santé et en s’entourant d’une communauté d’utilisateurs. « À terme, le dispositif offre un accompagnement complet et sur mesure aux fumeurs dans leur démarche d’arrêt du tabac. » ...

Voyage Seripheap : des séjours inédits
au pays des Khmers

Des temples mythiques aux plages paradisiaques, en passant par les spécialités culinaires locales, Seripheap invite les voyageurs à apprécier les multiples facettes qui font tout le charme du Cambodge. En tout, des circuits déclinés en une vingtaine de thématiques sont proposés via le site de cette agence de voyage. Le Cambodge, une destination unique Pays aux mille richesses, le Cambodge est une des plus belles destinations de l’Asie du Sud-Est. « Ce pays a énormément d’​atouts à faire découvrir et tout le monde peut y trouver son compte », explique Cyrille Top, coassocié. Le Cambodge dispose notamment d’un patrimoine culturel exceptionnel. Pour commencer le périple, l’agence propose aux voyageurs d’admirer de plus près les temples millénaires d’Angkor, des vestiges classés au patrimoine mondial de l’Unesco. À Phnom Penh, capitale du Cambodge, les merveilles architecturales telles que le Palais royal ou le Musée national méritent également le détour. Dans la foulée, ceux qui s’intéressent à l’Histoire du pays ne seront pas déçus. « Nous proposons des tours qui retracent le protectorat français », nous indique-t-on. À Battambang, deuxième ville du pays, les visiteurs peuvent retrouver d’anciens bâtiments qui datent de l’époque coloniale. Mais la découverte du Cambodge ne se résume pas qu’à ses temples et à ses bâtiments anciens, loin de là ! En effet, le pays peut se vanter de bénéficier d’une Nature particulièrement diversifiée. Seripheap propose donc aux aventuriers de partir explorer les paysages et la faune sauvage dans les jungles de Mondulkiri et du Ratanakiri. Au programme : de la randonnée, du trekking et autres activités, le tout dans un écrin de verdure luxuriante. Au détour des chemins, les aventuriers ont l’occasion de multiplier les rencontres et les échanges authentiques avec la minorité locale. À part ses forêts, le pays est aussi connu pour abriter la plus grande réserve d’eau douce d’Asie du Sud-Est. Le grand lac Tonlé Sap et ses villages flottants figurent parmi les incontournables du Cambodge. Une visite qui promet d’être inoubliable ! Pour se remettre de leurs émotions, les voyageurs iront se prélasser sur les magnifiques plages du sud du pays pour des pauses bien méritées. Les amoureux de cuisine exotique sont également les bienvenus au Cambodge. Parmi les circuits proposés, les fins gourmets pourront visiter, entre autres, Kampot, une ville réputée pour la qualité exceptionnelle de son poivre, et Kep, connue pour son marché aux crabes. « Il y a beaucoup de plats locaux à découvrir dans cette région », confie Cyrille Top. Une agence 100 % locale  "Seripheap"  Créé en 2016, Seripheap, signifiant « liberté » en Khmer, a été lancé sous l’initiative de deux amis et associés : Cyrille et Sylvain. Basée à Phnom Penh, cette agence se spécialise dans les voyages sur mesure sur tout le territoire cambodgien. « Nous organisons tout, depuis l’arrivée à l’aéroport jusqu’au vol du retour. Si les voyageurs le souhaitent, nous pouvons leur aménager un séjour plus libre », rapporte notre interlocuteur. Depuis sa création, l’agence a su développer un vaste réseau de guides francophones expérimentés qui ont une parfaite connaissance du pays. À cela s’ajoute une équipe de chauffeurs aguerris, habitués aux « aléas » de la circulation cambodgienne. « C’est important de fournir cette prestation car la circulation est souvent chaotique et il est presque impossible pour un touriste de conduire seul une voiture ». ...

Bistrot Dumas : une aventure culinaire hors des sentiers battus

Ce bistrot à la réputation déjà faite a été repris par des propriétaires bien sympathiques qui maîtrisent du bout des doigts l'art de recevoir. Une cuisine savoureuse réalisée sous la houlette d’un chef aussi créatif que talentueux, Mouss. Mouss et Muriel proposent au Bistrot Dumas une pause gourmande qui mérite le détour, dans une salle privatisable pouvant accueillir jusqu’à 50 personnes. Planté dans un cadre cosy et chaleureux, il séduit les épicuriens par sa cuisine bistronomique. Sa décoration soignée type Art déco s’illustre dans ses superbes vitraux qui ornent les luminaires et le plafond, en illuminant la salle de mille feux. Un festival de couleurs que l’on imagine comme un avant-goût de ce que la maison a à offrir. Ici, le ton est donné avec une salle spacieuse baignant dans une lumière naturelle, propice à des moments agréables à passer en toute décontraction et convivialité entre collègues, amis, ou en famille. Une carte riche au gré des saisons pour une invitation à la découverte À travers des plats succulents que lui connaissent ses habitués, la maison fait entreprendre un joyeux périple culinaire à ses convives. L'enchaînement des saisons se reflète à travers les couleurs ensoleillées des plats dont le visuel est soigneusement travaillé. En entrée, la carte variée et attrayante propose, par exemple, de commencer les réjouissances avec un velouté de courge muscade et butternut ou le saumon mariné houmous de betterave et délice au beurre. Comme plat de résistance, difficile de résister à l’appel du pavé de cerf ou des cuisses de grenouille à la persillade, des plats hors du commun qui constituent les spécialités de la maison. Pour continuer sur cette lancée, les œufs en meurette et la sole petit bateau cuite sur arête sont aussi des incontournables. Et que dire du tartare de bœuf coupé minute au couteau ou de la quenelle de brochet sauce homardine qui comblent les plus fins des gourmets. Les plus aventureux se laisseront tenter par l’os à moelle coupé dans la longueur pour découvrir une saveur qui fond en bouche, et pourquoi pas une salade de chèvre chaud. Le moelleux au chocolat, les meilleures tartes de Genève ou les mignardises faites maison sont d’une finesse incroyable pour finir les festivités sur des notes de douceur. Le plus qui fait le succès de la maison : des plats bien exécutés « concoctés avec des produits issus des agriculteurs locaux », nous confie le chef Mouss. ...

Le Bouc et la Treille : des vins bio
de grande qualité

Ils sont trois associés, Stéphane Vier, Yves Aubry et Timothée Béchonnet, à vivre cette aventure collective lancée en 1976. Une pratique culturale saine Certifié Ecocert, le domaine Le Bouc et la Treille, de 9 ha, est conduit en agriculture biologique. Ici, la majorité du travail se fait manuellement (travaux en vert, vendanges, fauchage,…). Parmi ses particularités, la maison élabore des vins en amphores et en jarres de terre cuite. Autres spécificités : enherbement total des vignes, levain naturel, vendanges manuelles, macération très longue, vinification sans sulfite, vins orange... Les cuvées phares Les cuvées « Hircus » en Chardonnay et en Gamay sont les cuvées les plus représentatives. Vinifiée et élevée en fûts, la première présente des notes beurrées de noisette et de pain grillé. La seconde, après un long élevage en fût, dévoile une bouche gourmande de fruits confits, des tanins présents, soutenus par une finale épicée. ...

Restaurant Le Petit Manoir :
les saveurs du Vietnam au cœur du vieux Périgord

Rendez-vous incontournable des amoureux de mélanges culinaires, Le Petit Manoir allie savamment gastronomie périgourdine et asiatique. Les délices du terroir agrémentés d’une touche vietnamienne y sont appréciés dans un cadre exceptionnel et enchanteur alliant ère médiévale et subtile modernité. La cuisine Périgord-Asie dans toute sa splendeur Au Petit Manoir, les produits faisant la renommée du Périgord sont mis en avant avec un subtil zeste vietnamien. Les recettes locales et la tradition culinaire sont remises aux goûts de l’Asie avec, à la clé, un harmonieux mélange de succulences gastronomiques d’ici et d’ailleurs. Truffes, canards et épicerie fine trouvent ici une alliance de prédilection dans des assiettes sublimes en bouche et appelant au régal. Découvrez cette singularité en dégustant une brioche de curé, suivie d’un magret cinq parfums et d’une gourmandise au chocolat et aux marrons, dans l’une des deux salles rustiques ou à l’ombre de la terrasse, tous propices à la détente. La fusion culinaire pour tous Enfants, végétariens, fins gourmets : tous trouveront leur bonheur gustatif dans cette table riche de ses diversités. Dans ce lieu dont l’art est reconnu par le Collège culinaire de France, la fusion est l’affaire délicieuse de tous les hôtes qui souhaitent découvrir une tradition revisitée à la manière originale d’un chef vietnamien. Chaque instant de plaisir qui en découlera sera accompagné d’un vin de Bordeaux ou d’un vin local issu d’une cave riche d’une centaine de références. ...

Le domaine des Rosier : le Viognier à l’honneur

Cette propriété existait déjà depuis 1800 mais elle n’a été exploitée par la famille Rosier que depuis 1956 par le biais du grand-père Paul. Après des études d’œnologie à Orange et Belleville-sur-Saône, Bruno Rosier débute au domaine en 1990 auprès de son père. Il commence par planter de nouveaux cépages et introduit du Viognier sur le domaine. A cette époque, la production était encore amenée à la coopérative La Suzienne. Le domaine sous l’ère Bruno Rosier Dès qu’il reprend en main l’exploitation en 2002, Bruno décide de vinifier lui-même sa production. Il travaille ses 30 hectares de vignes et 20 hectares de lavandin en agriculture raisonnée. Cette technique consiste à mettre des rangées de paille de lavandin distillé sous les vignes. Cette seule action permet à la fois d’étouffer les herbes, de lutter contre l’érosion et la sécheresse et de nourrir le sol. Il s’initie aussi à la production de vins blancs, une grande première pour le domaine. Il commence par 55 tonneaux de Bourguignon de 228 litres dans la vieille cave du domaine. Comme le résultat s’est révélé encourageant, il décide de passer à la vitesse supérieure en investissant dans une cave moderne avec des cuves en inox et des 94 futs de chêne européen. Les vins du domaine Comme Bruno Rosier aime à le répéter, il faut du bon raisin pour faire du bon vin. Il s’efforce toujours de travailler des vins ronds et souples en structure. Il propose à la vente du rouge, du blanc et du rosé, et sa touche personnelle consiste à introduire du Viognier, son cépage fétiche, dans toutes ses cuvées. La cuvée «  A l’Envol des Hirondelles » est un Vin de Pays de Méditerranée. Issu de coteaux sablo-argileux mêlés d’éboulis calcaires, ce moelleux 100% Viognier présente une robe jaune paille. Son nez est riche avec des notes de fruits mûrs et de fleurs blanches. En bouche, il est gras et doux avec une finale très longue aux arômes de fruits confits et de fruits exotiques. Il se déguste avec des toasts de tapenade, une tarte Tatin, une belle poire au chocolat ou au pain d’épices. La production de cette cuvée est limitée à seulement 3000 bouteilles. Le « Rosé Plaisir » AOC Grignan les Adhémar, est un vin à la robe rose pâle aux reflets orangés. Son nez est très riche, avec des notes de fruits rouges, pêches et agrumes. La bouche propose des touches d’amandes grillées avec des fleurs blanches. Le millésime 2012 a été récompensé d’une étoile au Guide Hachette 2014. Il se caractérise par une belle rondeur et une fraîcheur qui est parfait pour accompagner la cuisine méditerranéenne, salade, grillade et tajines, et la cuisine asiatique très épicée. ...

Poudre de baobab Ecoidées : un super-aliment bio issu du commerce équitable

Allant du quinoa d’Inde au coco des Philippines, en passant par le baobab du Sénégal, chaque filière est ici gérée suivant une politique humaniste veillant à assurer une juste répartition des bénéfices des activités commerciales. Dans cette gamme bio, la poudre de baobab fait figure de fleuron de par son caractère emblématique et ses nombreux bienfaits. Consommée quotidiennement, cette poudre garantit force et vitalité de par les nombreux éléments nutritifs qu’elle contient.   La poudre de baobab : un pré-biotique naturel Symbole majestueux d’Afrique, le baobab dans son intégralité est, depuis des siècles, utilisé au Sénégal à des fins alimentaires ou médicinales. Le fruit de baobab, duquel est tirée ladite poudre, contient, par exemple, du potassium, du manganèse, du calcium, de la vitamine C ainsi que des antioxydants. « Également riche en fibres solubles, cette poudre est un probiotique permettant de nourrir la flore bactérienne intestinale », nous explique Pierre-Alexandre Huber, fondateur de la marque. Ce dernier de rajouter : « Le transit intestinal et le système digestif dans son ensemble sont ainsi améliorés. » Le baobab : une filière équitable Grâce à un partenariat durable avec un fournisseur sénégalais, Ecoidées figure parmi les précurseurs du commerce équitable et durable. La filière éthique du baobab au Sénégal trouve sa raison d’être dans une action inscrite dans le développement social et économique des populations locales, notamment des familles impliquées dans le processus de production de la poudre de baobab. Les hommes et les femmes impliqués dans la collecte et la transformation du baobab et qui travaillent dans différents villages au Sénégal bénéficient des actions sociales sur le terrain et des retombées du commerce de cette ressource naturelle. ...

Champagne Germar Breton : l’excellence de la côte des Bar

L’exposition idéale des sept hectares de plants de pinot noir et de chardonnay confère aux cuvées de la marque toute leur typicité. Allant de la cuvée Blanc de Noirs, un monocépage pinot noir puissant au goût relevé et fruité, à la cuvée Brut, aux arômes agréables, et élaborée à 60 % de chardonnay et 40 % de pinot noir, le champagne Germar Breton, qui élabore également une cuvée Blanc de Blancs et une cuvée Rosé, se veut être l’ambassadeur de l’excellence de la côte des Bar. Un terroir d’exception mis à l’honneur Le champagne de la maison Germar Breton puise sa mosaïque d’arômes et de goûts dans le sol riche situé dans quatre communes de Barsuraubois. Les saveurs propres à ce terroir unique sont savamment révélées au travers de cuvées, « privilégiant la richesse des arômes du chardonnay et du pinot noir », affirmentKarine et Laurent Breton, propriétaires de la maison de Champagne Germar Breton depuis 1989. Donnant la priorité au savoir-faire artisanal, cette maison exigeante en matière de qualité mise sur des procédés d’élaboration oscillant entre tradition et modernité. Cet attachement aux valeurs ancestrales confère ainsi aux cuvées Germar Breton toute leur authenticité. Une terre bénie travaillée avec soin Afin de préserver la richesse de cette terre généreuse, Karine et Laurent Breton s’attèlent à travailler les vignes en donnant la primauté aux pratiques durables. Les produits fongicides sont alors utilisés de manière raisonnée et le « traitement ne se fait que quand c’est nécessaire, suivant les besoins et le climat », continuent Karine et Laurent Breton. Cette agriculture raisonnée préserve ainsi « l’héritage précieux que représentent les vignes héritées de nos grands-parents et parents », nous confient-ils. ...

Ecole des Vins de Champagne / Villa Bissinger

« TOURISTES CURIEUX, AMATEURS DE VINS, ENTREPRISES, VENEZ DÉCOUVRIR, COMPRENDRE ET APPRENDRE LA DIVERSITÉ DES VINS DE CHAMPAGNE » Entourée de ses adhérents et implantée au cœur du vignoble, l’Ecole des Vins de Champagne vous invite à la découverte des vins de Champagne. Soutenue par la profession, elle est complémentaire aux actions de promotion et d'accueil mises en œuvre par les différentes maisons de champagne, coopératives, viticulteurs ainsi que par l'interprofession. Tout au long de l'année,plusieurs sessions ludiques et pédagogiques sont proposées au grand public qui vont de l'initiation à la dégustation simple jusqu’à un parcours plus approfondi mêlant dégustation, gastronomie, visites et découverte du vignoble. Lors de ces « cours de dégustation », comme le souligne Étienne Monet, directeur de l’établissement, l’institut tient à « faciliter la transmission du savoir par le biais de termes et de techniques faciles à retenir ». La Villa Bissinger est le lieu de dégustation de prédilection avec une cave pédagogique riche de plus de 250 références. Cette mosaïque de pinot noir, de pinot meunier, de chardonnay et d’assemblage « fera comprendre au public le potentiel de diversité que nous offre les vins de Champagne », toujours selon Étienne Monet. Une formation enrichissante au cœur de la Champagne Allant des journées découvertes aux programmes personnalisés, en passant par les parcours initiatiques, l’Institut international des vins de Champagne offre des prestations variées, « à la carte », selon vos envies. Entre amis, en famille ou avec des collègues, déambulez ensemble au pays du champagne en découvrant ses Hommes, ses Vins et la richesse de son histoire. ...

Le Bouchon Gourmand :
expérience culinaire à Narbonne

Déjà de l’extérieur, Le Bouchon Gourmand attire irrémédiablement l’attention avec sa belle terrasse ombragée par des platanes et son mobilier de couleur ardoise. L’intérieur, parfaitement assorti avec la terrasse, propose une ambiance à la fois claire et sombre due à ses murs en gris parsemés de « touches de rouge partout pour donner une chaleur à l’ensemble », décrit Cédric Dupuis, le maitre des lieux. Le tout est agrémenté par une musique de jazz en sourdine, qui invite au calme et à la volupté. La simplicité du « fait maison » Extrêmement attentif sur le concept du circuit court, Cédric Dupuis dresse la majorité de ses plats à partir de produits issus de la région. Les poissons sont, par exemple, achetés à deux pas du restaurant, aux Halles. Côté qualité et fraicheur, le chef se porte totalement garant de ses produits : « Je préfère payer un peu plus cher pour avoir une qualité meilleure. » Il assure ainsi à ses clients une cuisine absolument faite maison, saine, copieuse et toujours bien présentée. Le Bouchon Gourmand propose au choix une carte et plusieurs formules. Très variée, la carte propose des plats à des prix réellement abordables. Mentions spéciales au double burger aux trois fromages, très prisé des ados, à l’épaule de veau cuisson basse température, à la côte de bœuf de race bovine, aux seiches à la persillade à la plancha, sans oublier le duo tartare de Saint-Jacques : des plats savoureux qui font le bonheur des habitués. Les différentes formules sont, quant à elles, à destination d’un large public. On y trouve la formule végétarienne mais aussi la formule express, le midi, pour les travailleurs un peu pressés qui n’ont pas beaucoup de temps pour manger : sur un même plateau sont rassemblés l’entrée, le plat et le dessert, « afin que les clients ne soient pas tributaires du service ». Une cave à vins à 99 % régionale Pour accompagner ses plats, Le Bouchon Gourmand dispose d’une carte des vins exceptionnelle, composée uniquement de vins issus de châteaux et domaines de la région, du Minervois, de la Clape et des Corbières. « Nous avons la réputation d’avoir une très bonne cave à vins, qui correspond à tous les goûts », se félicite Cédric Dupuis. Toujours disponible, celui-ci ne se lasse jamais pour prêter conseil à ses convives. « En général, c’est moi qui oriente les clients, soit par rapport à ce qu’ils mangent, soit par rapport à leurs goûts personnels », note-t-il. À titre d’exemple, Cédric Dupuis propose son confit de canard avec un 100 % Syrah du Château de Parazza, qu’il décrit comme « un mariage extraordinaire ».  ...

Le Grand Hôtel Thalasso & Spa : un vrai coup de cœur pour les fins gourmets et les grands gourmands !

Idéalement situé au centre de la baie de Saint-Jean-de-Luz et faisant face à la mer, cet hôtel cinq étoiles construit en 1909 ouvre de nouveau ses portes le 1er juin 2015, après un an et demi de travaux. Tout est retravaillé de façon à offrir une ambiance chic rehaussée d’un décor aux couleurs chaudes où un air de vacances plane en permanence. Au sein de l’établissement, chaque détail est un plaisir pour tous les sens et invite à la relaxation et à l’évasion, loin du train-train quotidien : les chambres de luxe promettent un séjour romantique à souhait et riche en découvertes, l’espace bien-être est propice à la détente et le restaurant gastronomique donne vue sur la mer. Avec sa cuisine ouverte agrémentée d’une coupole style Art déco, la salle du restaurant étoilé L'Océan plonge dans un décor très contemporain et stylé. Durant la belle saison, rien de tel que de profiter du soleil sur la terrasse tout en jouissant du panorama imprenable donnant sur la baie. Des plats qui éveillent les sens Aux fourneaux : le chef Christophe Grosjean qui propose une cuisine authentique, saine, raffinée, moderne et créative. Au sein du Grand Hôtel Thalasso & Spa, deux restaurants sont proposés. À midi, découvrez les délices du bistrot Badia et, au dîner, succombez à la cuisine gastronomique du restaurant L’Océan. Dans l’un ou dans l’autre, la carte change très régulièrement toute l’année selon la saisonnalité. À découvrir ou à redécouvrir au sein de l’établissement, les quelques plats signatures du chef. En entrée, les huîtres Gillardeau encapsulées dans leur eau promettent une explosion indescriptible de saveurs, tantôt acides, tantôt douces. Son chipiron déstructuré en texture fait également la réputation du chef en guise d’entrée. En plat de résistance, viandes ou poissons, il y en a pour tous les goûts. Dans la gamme des délices sucrés, le second pâtissier Mathieu Bernard fait le bonheur des gourmands en revisitant le meilleur du répertoire des desserts français. Sa sphère ganache chocolat noir, glace à la truffe noire est une véritable apothéose de saveurs nobles et subtiles. Chaque suggestion gourmande sera sublimée par une riche sélection de vins. Le chef sommelier Bérenger Carsana propose une carte composée de grands crus et de vins issus de petits producteurs.   ...

KayFlô : vivre dans le plus grand confort à bord d’une maison-bateau

Si ce modèle de maison-bateau séduit de plus en plus les particuliers, le porteur du projet aspire surtout à investir l’industrie hôtelière : « La Maison KayFlô permet de créer un hôtel à flot dans des espaces naturels ou à quai au cœur des plus belles villes avec une offre de standing en location saisonnière ou à la nuitée» précise-t-il. Voilà maintenant une dizaine d’années que Jean-Marc Salpetrier, ingénieur en génie civil et urbanisme, cogite sur la concrétisation de ce projet initié avec le coup de crayon originel de Gildas Plessis. La Maison KayFlô a été révélée pour la première fois au Nautic de Paris en décembre 2016. Le lancement de la 1ere série est programmé fin 2018 avec la réalisation du premier hôtel à flot en mer dans la baie du Marin à la Martinique. Avec cette maison flottante, une innovation s’opère : L’urbain s’étend en mer et le touriste « terrien » investit l’espace littoral. Nul besoin d’un permis de navigation ou d’un permis de construire, pour bénéficier de son « chez-soi » sur la mer, oui c’est possible ! Une maison-bateau « éconologique » : économique et écologique Cette maison-bateau, signée KayFlô, peut se déplacer pour une exploitation à flot ou à quai. À bord, sa structure monocoque-catamaran brevetée lui permet de gagner considérablement en espace, en volume et aussi de mieux s’intégrer dans l’environnement littoral. « L’espace de vie de la maison-bateau KayFlô est de 100 m² environ, répartis sur 3 niveaux : un niveau chambres et toilettes, un espace de vie avec vue à 360 degrés avec un salon surélevé, une cuisine fonctionnelle, une grande véranda et enfin un niveau haut avec une terrasse panoramique ».Il est possible d’y aménager un jacuzzi, un spa, un coin grillade, une piscine de mer et bénéficier de tout le confort d’une maison moderne. Et grâce à sa conception à deux coques latérales similaires à un catamaran, la maison-bateau KayFlô jouit en plus d’une grande stabilité. Mieux encore, elle peut être totalement autonome grâce à l’installation de 20 m² de panneaux solaires, de deux éoliennes, son système de récupération d’eau pluviale et son traitement des eaux usées. Enfin, investir dans une maison-bateau KayFlô est financièrement avantageux, car elle est proposée à partir de 3 000 euros le mètre carré, soit trois fois moins que le prix moyen du mètre carré à Paris ! « Le fait que le projet soit conçu avec une dimension industrielle nous permet d’offrir la solution au meilleur coût pour s’adresser à l’industrie touristique internationale et aussi aux particuliers. ». Par ailleurs, en France, nul besoin de payer des taxes foncières et d’habitation, une taxe de francisation liée à l’immatriculation du navire suffit. Une expertise 100 % française   Afin de satisfaire ce marché à forte exigence de qualité, le concepteur s’est entouré de professionnels de la mer avec notamment un spécialiste dans l’architecture et la construction navale et un designer de renommée internationale. Il s’agit entre autres de Yacht Concept et du Chantier de l’Arsenal dirigés par Laurent Da Rold tous deux sis à La Rochelle, et du designer Franck Darnet à Nantes. Par ailleurs, le projet KayFlô a également bénéficié d’un soutien inébranlable du CMT Comité Martiniquais du Tourisme, de la Technopole Cacem, de l’Office de l’Eau, de l'ADEME Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie et la BPI Banque Publique d’Investissement. Pour en savoir plus et contacter KAYFLO, rendez-vous sur le site internet www.kayflo.com ...

Le Trianon Palace Versailles : trois espaces de restauration pour des moments magiques

Tout l’espace intérieur du Trianon Palace Versailles a été imaginé en 2008 par l’architecte d’intérieur Fiona Thompson. Elle a apporté à ce cadre majestueux un style contemporain élégant et délicatement coloré, pour vous baigner dans une atmosphère immaculée et intime. Côté cuisine, Frédéric Larquemin a rejoint en novembre 2016 le Trianon Palace Versailles, après s’être formé à l’Ecole Ferrandi et avoir travaillé auprès d’Alain Ducasse et de Gordon Ramsay. Le restaurant étoilé au Guide Michelin « Gordon Ramsay au Trianon » Une verrière pour de la lumière naturelle, des nappes blanches, du cuir capitonné, en un mot un lieu confortable et agréable pour se restaurer. Ici, le chef confectionne une cuisine contemporaine inventive, tout en revisitant les grands classiques de la gastronomie française et en s’inspirant de ses expériences internationales. Il aime travailler les produits de saison achetés au marché ou aux producteurs locaux. A la carte, vous pourrez par exemple découvrir le pressé de foie gras et canard fumé, pommes vertes, cresson et gelée au madère ou le turbot de ligne français braisé, radis, câpres, coques et sauce au Champagne. En dessert, vous pourrez vous régaler, entre autres, avec la Pomme rôtie au caramel demi-sel et fruits de la passion, une réinterprétation de la célèbre tarte Tatin imaginée par le Chef Pâtissier Eddie Benghanem. Pour profiter pleinement de ce lieu, pourquoi ne pas réserver la table du chef, un espace pour 6 personnes qui surplombe la cuisine et d’où vous pourrez admirer le travail de toute la brigade. La Véranda by Gordon Ramsay, la brasserie de luxe du Trianon A la Véranda by Gordon Ramsay, le chef propose une cuisine continentale contemporaine tous les jours le midi comme le soir. Vous pouvez aussi profiter de ce lieu pour un petit-déjeuner buffet. Le Bar Galerie Le Bar Galerie est l’endroit idéal pour profiter d’un savoureux tea-time, servi tous les après-midi. Découvrez tous les week-ends le très apprécié chariot de pâtisseries pour accompagner avec délice votre boisson chaude préférée. ...

Les Assaisonnements Briards : forts en goût

Fidèles à la tradition de fabrication de la moutarde de Meaux® Pommery® débutant au XVIIe siècle, Les Assaisonnements Briards défendent l’authentique au sein d’une structure volontairement maintenue familiale. L’envergure du fabricant n’empêche pas ses moutardes et vinaigres de s’arracher les votes des épicuriens du monde entier. Loin de là… Une longue tradition dans le brassage des moutardes Historiquement, Les Vinaigreries du Lion appartenaient autrefois à la même famille qui fabrique aujourd’hui la tant convoitée moutarde. Ils fournissaient en vinaigre le fabricant de la fameuse moutarde de Meaux® Pommery® depuis 1865. De par la supériorité de la qualité du vinaigre, le meunier de la moutarde de Meaux® Pommery® transmit à cette même famille les secrets de fabrication de cette célèbre moutarde. Depuis, cette haute référence culinaire héritée des chanoines n'a pas été entamée et reste très prisée des épicuriens. Servie autrefois à la table des Rois, elle se retrouve aujourd’hui dans les plus grands palaces et tables de restaurants étoilés. Près de 4 siècles plus tard, les produits se déclinent dans des packagings plus modernes et de taille plus réduite s'adaptant ainsi au mode de consommation actuel. Garants d’un voyage sans heurt sous toutes les latitudes, ces derniers sont toujours conditionnés dans des écrins en grès permettant de les protéger contre les UV et les chocs de température. Les versions gustatives, elles, se font plus osées, étonnantes, à l’instar de la moutarde au miel Pommery®, best-seller de la maison. Le fabricant la recommande par exemple pour rehausser les viandes telles que l’agneau, le veau, boeuf et bien d’autres préparations culinaires… Infiniment vinaigre Les Assaisonnements Briards n’ont pas, pour autant, abandonné la filière vinaigre. La maison a développé toute une gamme de vinaigres d’alcool et de vin, aromatisés par macération naturelle de fruits et d’aromates depuis un siècle et demi. On y retrouve dans des contenants en grès ou en verre, des saveurs comme le vinaigre d’alcool aux framboises, citron vert, fruit de la passion ou encore le vinaigre de vin aux herbes de Provence, estragon, etc. ...

" Jardin d'Edouard " :
rigueur de travail et amour de la vigne

Situé à quelques kilomètres de Nantes, la commune de Château-Thébaud, le " Jardin d'Edouard " est établi en plein cœur de l'appellation " Muscadet Sèvre-et-Maine ". Riche de cinq terroirs différenciés sur des îlots nommés Hucheloup, Fief de Brairon, l'Hermitage, Les Jaris ou Clos de la Vieille Chaussée. Le domaine est membre du réseau des Caves Touristiques du Val de Loire, promu au niveau  " Excellence " grâce à la qualité de l'accueil et de ses locaux ainsi que de son professionnalisme.    Des vins de plaisir S'étalant sur une superficie de 17 hectares, le Jardin d'Edouard produit les cépages blancs Melon de Bourgogne et Folle Blanche ; les rouges Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc et Gamay, sur un terroir du massif armoricain de la rive gauche nantaise. Il est à préciser que le cépage " Melon de Bourgogne " est cultivé essentiellement dans le Muscadet, seule appellation monocépage au monde produisant du ''Melon''. Pour préserver la spécificité du terroir et garder l’authenticité de ses vins, Edouard Massart associe les pratiques ancestrales avec les techniques modernes. La majorité des vins blancs bénéficie de l'appellation AOC et les rouges et rosés celui de l'IGP Val de Loire qui se déclinent en 17 cuvées différentes.  Le haut de gamme « Trésor » est la pépite du domaine en blanc. Elevé durant 24 mois et voire plus, le Cru " Château-Thébaud " reste la référence dans les vins de terroir. Le " Clos de la Vieille Chaussée ", " l'Hermitage ", le rouge " Passion " ou les fines bulles " Délices " figurent aussi parmi les incontournables de la maison.    L’adoption d’une viticulture raisonnée En vue d'une future reconversion vers une agriculture biologique, Edouard Massart pratique la viticulture raisonnée. Dans les faits, il limite au strict minimum les apports et traitements chimiques et respecte des doses minimisées et rigoureusement sélectionnées qui préservent au maximum le terroir et l’environnement. Le travail du sol s’effectue certes avec des engins mécaniques modernes mais continue de s’inspirer des méthodes traditionnelles.   Côté palmarès Grâce à leur authenticité et à leur qualité, les vins du domaine ont été primés à plusieurs reprises dans différents concours locaux, nationaux et internationaux ainsi que dans plusieurs revues spécialisées. Pour cette année 2016, L'Hermitage 2014 a été encore récompensé par une médaile d'Or au Concours international Decanter, L'Hermitage 2015 a reçu la médaille d'Or au concours des Grands Vins de France de Mâcon. Le Cru Château-Thébaud 2012 a été couronné de la médaille d'or et de la médaille d'argent respectivement lors du Concours des vignerons indépendants de France et du Concours Général Agricole de Paris. En 2015, le guide Hachette des Vins a décerné deux étoiles à L'Hermitage 2012. Le Cru Château-Thébaud 2012 quant à lui a obtenu une note de 16/20 par la revue Le Point (Jacques Dupont). Cinq cuvées ont par ailleurs été médaillées aux concours des Vins de Loire d'Angers et celui des Vins du Val de Loire-Nantes. Un véritable florilège de prix qui récompensent la rigueur de travail au sein du domaine. ...

Le restaurant du Grand Hôtel de la Plage :
un repas gastronomique les pieds dans l'eau

Situé au bord de la plage de Biscarrosse, le restaurant du Grand Hôtel de la Plage accueille les gourmands en quête d’une cuisine savoureuse à déguster dans un cadre idyllique. Située sur la dune, les pieds dans l’eau, la terrasse en pin des Landes offre une vue imprenable sur l’océan Atlantique.  À l’intérieur, une décoration moderne et authentique donne déjà un aperçu de l’allure raffinée de l’endroit. Les couleurs noir et blanc de la salle témoignent de son élégance et de sa simplicité tandis que les chaises en rose poudre apportent une note apaisante. De son côté, le bar en Corian, qui a été moulé sur place, charme par ses courbes arrondies et plans inclinés donnant forme à une cabine de bateau. Pour couronner le tout, l’éclat des lumières qui ont été intelligemment installées à travers la salle sublime l’ensemble. D’une cuisine de bistrot à une cuisine gastronomique Lieu emblématique de la ville de Biscarrosse, le restaurant du Grand Hôtel de la plage propose une cuisine bistronomique, qui combine parfaitement la convivialité d’un bistrot à l’aspect gastronomique de plats haute couture. Au menu comme à la carte, un large choix est proposé pour satisfaire les envies de chaque convive, même celle des plus exigeants. Se trouvant à proximité de la mer, le restaurant invite à vivre une fusion avec la nature marine et propose plusieurs plats à base de fruits de mer et de poissons, comme le navarin de homard et langoustines, le filet de maigre au beurre d’orange, le filet de bar aux poivrons confits ou les Saint-Jacques snackées et la purée d’artichauts aux agrumes. De même pour les huitres, qui proviennent directement du bassin d’Arcachon. Les amateurs de viandes ne sont pas en reste. Une série de succulentes suggestions les attend : pot-au-feu de canard, escalope de ris de veau façon viennoise, magret à la mangue rôtie, côte de veau bouchère à la crème de morilles. Aux fourneaux, Lionel Ménard, le chef, est loin d’être à court d’imagination. En s’inspirant de la cuisine de sa grand-mère maternelle, il réalise une cuisine traditionnelle savoureuse et simple, où les produits locaux sont à l’honneur. Néanmoins, il n’hésite pas à explorer les différentes saveurs du monde pour faire découvrir de nouveaux horizons culinaires aux plus aventuriers. Au gré des saisons, le chef se réinvente et se surpasse pour proposer des plats aussi audacieux qu’authentiques. Pour Lionel Ménard, la qualité est primordiale. Il préfère surtout s’approvisionner auprès des producteurs locaux afin de garantir la fraicheur des produits. En outre, il s’assure que le mariage met et vin soit bien réussi pour chaque plat. Une occasion pour les convives de découvrir la belle collection de vins, locaux et venus d’ailleurs, du restaurant. Par ailleurs, le bar ouvert convie à la dégustation des cocktails exotiques et originaux (Americano, ti-punch, piña colada…) ou des portagayola, qui sont une boisson issue de la macération de vin rouge, rosé ou blanc, de fruits entiers, d’armagnac et de sucre. Un endroit historique Demeure de charme des années 1930, l’hôtel a rouvert ses portes en 2013. Les travaux de rénovation ont apporté une touche de modernisme et d’authenticité à l’établissement sans que celui-ci perde son âme d’antan. En tout, il propose 33 chambres, dont 5 au rez-de-chaussée, 14 au premier étage et 14 au second, réparties en 5 catégories différentes. Chaque chambre éblouit par sa décoration sobre et chic, gardant le ton « noir et blanc » de l’établissement. De plus, les chambres sont toutes orientées vers l’océan et bénéficient soit d’un balcon, soit d’une terrasse pour que les clients profitent pleinement de ce paysage inédit. Et pour que la détente atteigne son paroxysme, l’hôtel met à disposition une grande piscine à débordement (durant l’été), un jacuzzi et un sauna. ...

Restaurant Palladia : une table gourmande de très bonne facture

Le restaurant de l’hôtel quatre étoiles Palladia est installé dans une immense salle en ovale très éclairée et ornementée de baies vitrées, faisant de cet endroit un lieu contemporain et chic. Les couleurs chaudes qui y règnent, avec des teintes or et rouge, ainsi que du noir et du blanc, offrent un rendu visuel invitant à la détente. Ambiance chaleureuse et cosy, grand espace permettant à chaque table de jouir d’une excellente intimité… Tout a été pensé dans les moindres détails pour optimiser le confort des clients. Durant la belle saison, la terrasse couverte entourée de jasmins, de citronniers et d’oliviers invite, quant à elle, à passer de bons moments. Produits frais, cuisine de qualité Le restaurant Palladia a l’honneur de vous faire découvrir une cuisine traditionnelle et créative. N’utilisant que les produits de saison et du terroir, le chef garantit fraîcheur et saveur à chacun de ses plats. Les formules varient ainsi au gré des saisons, mais le saumon fumé fait maison reste la plus grande spécialité du restaurant. Ses menus semi-gastronomiques séduisent tous les palais. En entrée, la terrine de saumon aux coquilles de saint-jacques et à la langoustine a du succès. En plat principal, la palette de cochon rôtie et fumée avec l’os, accompagnée d’une polenta au citron et d’un confit d’oignons, en séduit plus d’un. La lotte et sa marinière de coquillages sont aussi très prisées en plat de résistance. Le crémeux des Aztèques en dessert est, quant à lui, un vrai délice recommandé spécialement par la maison. Il s’agit d’un mélange sucré acidulé sensationnel de crème au chocolat et de crème d’avocat citronnée, accompagné d’une flambée à la pina colada. Une chose est sûre, toutes les assiettes sont joliment présentées et divinement savoureuses. Qui dit bon repas, dit bon vin. Une carte agrémentée de quatre-vingts références de vins et de grands crus d’Occitanie accompagne les menus. Laissez-vous conseiller par les maîtres d’hôtel pour découvrir les accords mets-vins les plus harmonieux. ...

Abbaye de Talloires : une cuisine gourmande et généreuse dans un lieu rempli d'histoire

Imaginez le cadre où Paul Cézanne a peint son fameux Lac bleu. Ajoutez des tables où défilent des palettes de fraîcheur, certaines cueillies à deux pas de là dans le potager de la maison. Saupoudrez du talent d’un chef qui a côtoyé les Jacky Fréon et Joël Robuchon. Le décor est planté pour apprécier la cuisine inventive, gourmande et conviviale des tables de l’Abbaye de Talloires. La tentation de la gourmandise Inutile d’essayer une quelconque manœuvre de résistance. L’adresse millénaire est naturellement enveloppée d’un charme auquel l’on ne peut que céder. Il y a dans son atmosphère beaucoup de sympathie et un rien de secret, de mystérieux que viennent réchauffer les touches plus modernes, épurées de la décoration. Les délicats effluves montant des fourneaux des Jardins des Délices assurent aux gourmets que leurs papilles expérimenteront quelque chose de rare. La perspective n’est pas déçue lorsqu’un sabayon de chèvre apporte son fondant pour caractériser le croquant des légumes en entrée. C’est ensuite dans la légèreté que le maigre sauvage de ligne exprime toute sa saveur, avec son accompagnement de courgette fraîchement cueillie au potager. Les amateurs de douceurs s’échapperont le temps de savourer les touches d’ailleurs qui relèvent le vacherin glacé.    ...

Restaurant Il Fico : un beau voyage culinaire en Sardaigne

Des restaurants italiens ? On en compte pléthore à Paris. Certains se démarquent par les saveurs inattendues de leurs plats et la qualité exceptionnelle de leurs produits. C’est le cas d’Il Fico. Véritable ambassadeur de la cuisine sarde, le restaurant est géré d’une main de maître par Nicola Pisu et un pool de passionnés qui, ensemble, ont largement tenu leur promesse en proposant le meilleur de la cuisine traditionnelle sarde. Immersion Le restaurant se trouve rue Coquillière, l’une des plus anciennes rues du Ier arrondissement. Le bâtiment arbore de grosses pierres de couleur neutre, rappelant le charme d’une trattoria à l’ancienne. La grande baie vitrée, au style très industriel, vient s’ajouter à la façade pour renforcer le cachet du restaurant, laissant entrevoir l’ambiance intimiste et chaleureuse de la salle. Une fois à l’intérieur, toujours dans la continuité de ce charme rustique, quelques cadres ici et là embellissent les murs en pierre et les poutres apparentes. Des meubles modernes aux lignes épurées apportent un côté plus contemporain et rehaussent la décoration de table déjà bien soignée. Un concept innovant Le restaurant s’articule autour de deux concepts : « Un concept gastronomique et à la fois bistro », décrit le chef Nicola Pisu. Lui et son équipe travaillent des plats représentatifs des saveurs de la cuisine sarde à base de poissons et de fruits de mer en provenance des côtes de l’île. « La particularité de la cuisine sarde, c’est qu’il y a beaucoup de poissons, et ils sont cuisinés très frais », continue le chef. Viennent s’ajouter les viandes, champignons, fruits et légumes témoignant la richesse de ses terres. La carte sort de l’ordinaire et propose un panel de suggestions surtout orientées vers les produits marins, comme une salade de poulpe à la méditerranéenne en guise d’entrée, de la linguine aux langoustes et sauce tomate ou encore de l’espadon grillé saisi à l'huile aux herbes et ses légumes. L’on y retrouve aussi des plats typiquement italiens à l’image de l’antipasto, généreusement enrichi de mozzarella et de la charcuterie italienne. Au dessert, la panna cotta à la vanille avec poires caramélisées au romarin est un incontournable. Une carte qui suit la saisonnalité Des ingrédients frais et de saison sont les produits de prédilection de Nicola Pisu, et la carte va dans ce sens. « On a une belle équipe en cuisine, on est plus motivé, on cherche toujours de nouveaux produits et on imprime une carte sur mesure selon le marché », explique notre interlocuteur. Le chef travaille directement avec des producteurs locaux de Sardaigne et s’approvisionne auprès des producteurs français pour acquérir la meilleure matière première. Il s’inspire ensuite des produits sur le marché pour concocter de nouvelles recettes, ou pour revisiter certains plats afin de les adapter à la saison. Côté vins, le restaurant privilégie les vins de Sardaigne, et développe une quarantaine de références, qui évolue régulièrement. En rouge, notre interlocuteur cite le Giba Carignano 2012 en provenance du sud de Sardaigne, et aussi l’Olianas Cannonau 2014, un vin biologique très frais, idéal au moment de l’apéritif. La carte propose aussi du blanc, comme le Giba Vermentino 2014, ainsi qu’une intéressante sélection de vins rosés. ...

Attractive bio : un service de proximité pour les amoureux du bio

Une vaste gamme de produits Véritable précurseur, Pascal s’intéresse à l’univers du bio dès 1999 et a voulu apporter le concept à Arpajon en créant un magasin de proximité. Il propose des produits alimentaires en vrac, tels que des fruits et légumes frais provenant des producteurs locaux , des fruits secs, des thés et tisanes bio. Les clients en quête de compléments alimentaires à base de plantes naturelles ou de produits d’hygiène beauté trouveront aussi leur bonheur. Entre les extraits de Fleurs de Bach et les huiles essentielles aux multiples vertus, un vaste choix s’offre à eux. Et comme le propriétaire en connaît un rayon, il se fera un plaisir de guider chaque client. « Ce sont des produits qu’il faut expliquer aux gens et par rapport aux besoins de chaque personne », explique-t-il. D’ailleurs, les clients ne viennent pas uniquement pour dénicher les produits, mais aussi pour profiter des conseils d’un vrai professionnel, soucieux de leur bien-être et attentif à satisfaire leurs désirs. Producteurs bio Le magasin s’approvisionne auprès des producteurs et agriculteurs biologiques opérant aux alentours d’Arpajon. « Nos légumes bio viennent de Fleurs de Cocagne, appartenant à un centre de réinsertion, qui permet aux gens de se réintégrer socialement et en même temps faire de la culture biologique », reprend Pascal. En outre, il travaille également avec le groupement des agriculteurs biologiques de l’Île-de-France pour trouver certains de ses produits alimentaires. Dans une volonté de répondre aux besoins de sa clientèle, Attractive bio peut même commander des produits spécifiques à la demande des clients. En plein centre d’Arpajon, l’épicerie bio de Pascal Gurliat tire son épingle du jeu en offrant un service de proximité à ses clients qui viennent pour se procurer des produits alimentaires et d’autres produits de bien-être. En prime : ils profitent des conseils éclairés d’un passionné et expert dans son domaine. ...

Champagne André Brochot :
une ode à la Nature

La maison a été fondée en 1949 par André Brochot. Actuellement, c’est son fils Francis Brochot qui dirige l’exploitation familiale. Cette maison travaille sur un vignoble d’un hectare établi sur les coteaux sud d’Épernay. Tirant profit de ce prestigieux terroir, chaque cuvée reflète parfaitement le soin particulier apporté aux vignes et à la terre. Un grand respect pour la Nature Une grande cuvée ne s’obtient qu’avec des raisins de qualité. Francis Brochot le sait mieux que quiconque, lui qui, depuis des années, prend soin de son vignoble en privilégiant une agriculture durable et authentique. Animé par un profond respect de la Nature, Francis Brochot travaille la terre « à l’ancienne ». « Mon vignoble n’a cessé d’être labouré, donc sans désherbage chimique, la fertilisation est assurée par des composts certifiés bio », nous explique-t-il. En outre, pour soigner ses vignes, ce vigneron passionné se sert uniquement de pesticides bio. Au moment des vendanges, les raisins sont triés et pressurés au cours de la journée de cueillette. La maison opte pour un pressurage traditionnel vertical. Quant à l’assemblage, il se fait exclusivement à partir des têtes de cuvées de chardonnay ou de pinot noir et meunier. Les cuvées de la maison André Brochot Les champagnes André Brochot se déclinent en trois gammes. La première gamme comprend trois cuvées : « Cuvée », cuvée Sélection et cuvée Millésime. « Pour cette sélection, la vinification a été faite en tête de cuvée pinot meunier », précise le propriétaire. Les cuvées Prestige, Millésime 2005 et Millésime 2010 composent la gamme « Grande Réserve ». Celles-ci sont obtenues à partir de l’assemblage de chardonnay, de pinot noir et de pinot meunier. Enfin, la gamme « Rosé », élaborée exclusivement à partir de pinot meunier, s’exprime  en trois saveurs différentes : le brut, le millésime 2007 et le demi-sec. Ayant chacune leur spécificité, les cuvées ont en commun une qualité irréprochable. Ce n’est certainement pas un hasard si la maison André Brochot empile les succès lors de concours prestigieux comme les Féminalise (médaille d’or en 2011, en 2012 et en 2014) ou le concours d’Épernay (médaille d’or en 2011). Preuve que ses produits sortent vraiment de l’ordinaire, la maison a déjà remporté le prix d’excellence au concours général agricole en 2012. Cette distinction récompense la régularité du haut niveau de qualité des champagnes André Brochot. ...